Les étudiants et travailleurs de Pittsburgh et New York soutiennent les travailleurs de Maruti Suzuki victimes d’un coup monté

Par nos correspondants
10 mai 2017

Les membres et les sympathisants du Parti de l’égalité socialiste (PES) et son mouvement de jeunes et étudiants internationaux pour l’égalité sociale, l’IYSSE, ont poursuivi leur campagne internationale pour soutenir les travailleurs de Maruti Suzuki en Inde, victimes d’un coup monté de leur employeur et de l’État. Le PES et l’IYSSE ont étendu la campagne aux campus universitaires et aux lieux de travail en Pennsylvanie et à New York, dont l’Université de Pittsburgh, SUNY Geneseo et le Delphi Technical Center Rochester.

Les membres de la section de l’IYSSE à l’Université de Pittsburgh ont fait campagne sur le campus mercredi 5 avril. L’Université de Pittsburgh, une institution affiliée à l’État avec plus de 25 000 étudiants, se situe dans la partie ouest de la Pennsylvanie, autrefois la capitale mondiale de l’acier.

Les étudiants ont réagi à la détresse des travailleurs de l’automobile en prison et à leur traitement aux mains de la police et du gouvernement indiens avec indignation. En une heure, le IYSSE a collecté dix-huit signatures pour la pétition, initiée par le Comité international de la Quatrième Internationale, demandant la libération immédiate et la réintégration des travailleurs emprisonnés.

Plus de trente étudiants à l’université de Pittsburgh ont signé la pétition.

De gauche à droite : Sailee Patil, Isha Madkaiken, Neha Prajapati and Siddhi Shrivastav ont signé la pétition

Lorsque les militants de l’IYSSE ont demandé à Jarred s’il voudrait bien signer, il fut d’accord quand l’IYSSE a expliqué que la lutte des travailleurs de Maruti Suzuki avait de l’importance non seulement pour les jeunes et travailleurs en Inde, mais dans le monde entier. « il ne s’agit pas que de leur cas », a-t-il dit.

Beaucoup d’étudiants ont signé la pétition, parfois en groupes, après des discussions avec des membres de l’IYSSE.

Les membres du PES ont également fait campagne auprès des travailleurs de l’usine automobile Delphi à Rochester, dans l’État de New York, le berceau de Kodak et de Xerox. Delphi est un grand équipementier de l’automobile qui s’est séparé de General Motors dans les années 1990. Son siège est actuellement au Royaume-Uni. Delphi déposa son bilan il y a une dizaine d’années, procédure au cours de laquelle il a été déchargé de ses obligations de payer les retraites de ses travailleurs et a dans l’ensemble saccagé le niveau de vie de ses retraités comme des travailleurs actifs.

Après avoir reçu le tracte et écouté l’histoire du coup monté contre les travailleurs de Suzuki Maruti, les travailleurs de Delphi étaient solidaires de leur lutte. Un employé de Delphi qui signait, a expliqué à son collègue : « Je signe la pétition parce que ce genre de chose pourrait m’arriver un jour, et je voudrais qu’un collègue de travaille me défende dans ce cas-là. »

Les travailleurs de Delphi, qui étaient réticents à se faire enregistrer en raison de la crainte de représailles par l’entreprise et le syndicat de l’automobile l’UAW, étaient réceptifs au slogan « Une attaque contre un est une attaque contre tous », le slogan de solidarité associé au mouvement ouvrier depuis longtemps.

Kevin Smallwood

La section de l’IYSSE à l’Université d’État de New York à Geneseo (SUNY Geneseo) a également présenté la campagne Maruti Suzuki aux étudiants. SUNY Geneseo est une université généraliste de l’éducation nationale avec environ 5000 étudiants, où l’IYSSE a mené campagne pour la défense des droits des immigrants.

Lors de sa réunion du 13 avril, organisée une semaine après l’attaque illégale de missiles de croisière lancée par le gouvernement Trump contre la Syrie, les participants ont adopté à l’unanimité la résolution suivante demandant aux travailleurs, étudiants et jeunes de soutenir les travailleurs de Maruti Suzuki, s’opposer à la guerre et construire l’unité internationale de la classe ouvrière :

« Cette réunion des Jeunes et étudiants internationaux pour l’égalité sociale, l’IYSSE, à SUNY Geneseo, condamne le bombardement du gouvernement américain contre la Syrie le 6 avril [7 avril, heure syrienne], ainsi que tout acte futur du gouvernement des États-Unis en vue de lancer une guerre contre la Syrie ou la Russie Les frappes du gouvernement Trump contre l’armée syrienne tentent de renforcer l’hégémonie américaine par des moyens militaires et risquent l’escalade d’un conflit militaire direct avec la Russie. Une telle guerre met en danger des millions de vies et risque de déboucher sur l’utilisation d’armes nucléaires.

« En outre, cette réunion de l’IYSSE à Geneseo condamne également les menaces américaines contre la Corée du Nord, qui risquent de déclencher une guerre en Asie de l’Est avec la Corée du Nord, la Chine ou les deux. Une telle guerre serait catastrophique pour les habitants de la Corée du Nord, de la Corée du Sud, de la Chine, du Japon et d’autres pays.

« Enfin, cette réunion de l’IYSSE à Geneseo appelle les travailleurs, les étudiants et les jeunes à s’unir à l’échelle internationale en opposition à la guerre et à d’autres attaques contre la classe ouvrière. En tant que composante essentielle de cette démarche, nous soutenons la campagne lancée par le World Socialist Web Site et le Comité international de la Quatrième Internationale pour libérer les travailleurs de Maruti Suzuki en Inde victimes d’un coup monté, dont 13 ont été condamnés à la prison à vie pour un crime qu’ils n’ont pas commis. Nous appelons les travailleurs, les étudiants et les jeunes à soutenir cette campagne. Une attaque contre un est une attaque contre tous ! »

Plusieurs étudiants ont signé la pétition immédiatement et d’autres l’avaient déjà signée. Un signataire, un travailleur de la région, a déclaré : « Je ne vais pas laisser tomber mes camarades travailleurs. »

L’IYSSE et le PES vont poursuivre leur campagne internationale pour la défense des travailleurs Maruti Suzuki.

(Article paru en anglais le 9 mai 2017)