Mehring Books lance Why are they Back ? à Londres

Par Nos correspondants
20 mars 2019

L'édition anglaise de « Warum sind sie wieder da? Geschichtsfälschung, politische Verschwörung und die Wiederkehr des Faschismus in Deutschland», [Pourquoi sont-ils de retour ? Falsification historique, complot politique et le retour du fascisme en Allemagne] fut lancée, dimanche à la librairie Foyles de Londres. L'auteur du livre, Christoph Vandreier, vice-président du Parti de l’égalité socialiste en Allemagne [SGP] et David North, président du Comité de rédaction international du World Socialist Web Site, ont présenté le livre devant 150 personnes.

Ouvrant la réunion, le secrétaire national du SEP britannique, Chris Marsden, a déclaré que le massacre tragique de 50 fidèles musulmans à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, « souligne l'importance de la discussion que nous avons aujourd'hui ».

Marsden a expliqué que le citoyen australien Brenton Tarrant avait été radicalisé en Europe. Le titre de son manifeste, « Le Grand Remplacement », était emprunté à l'intellectuel d'extrême droite français Renaud Camus et la défaite de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017 en France avait été un « point de basculement ».

David North addresses the audience at the book launch

Tarrant faisait partie d'un réseau international d'organisations d'extrême droite, a déclaré Marsden. Son manifeste faisait l'éloge du fasciste norvégien Anders Behring Breivik, qui a tué 77 personnes en Norvège le 22 juillet 2011, dont 69 participants à un camp d'été des Jeunes travaillistes. Tarrant avait également salué comme un héros Darren Osborne, emprisonné en 2017 après avoir conduit une camionnette dans un groupe de fidèles à la mosquée de Finsbury Park dans le nord de Londres. Comme Tarrant, Osborne avait prévu d'assassiner le maire de Londres Sadiq Khan et le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn. Corbyn a été agressé physiquement le mois dernier au Centre de protection des musulmans de cette même mosquée.

En Grande-Bretagne, le référendum du Brexit s'est accompagné d'un déluge de nationalisme. En juin 2016, à la veille du référendum, le fasciste Thomas Mair avait poignardé et tué par balle la députée travailliste Jo Cox. Tarrant avait lui-même écrit en soutien du Brexit, que « c'était le peuple britannique qui ripostait en tirant sur l'immigration de masse, le déplacement culturel et le mondialisme, et c'est une grande et merveilleuse chose ».

« Ce sont là autant de manifestations du climat toxique créé par la classe dirigeante, qui vient en aide à des gens comme Osborne, Mair et Tarrant », a déclaré Marsden.

Christoph Vandreier speaking at the book launch

Dans son allocution, Christoph Vandreier a souligné que la publication de « Why Are They Back ? » était le résultat d'une lutte politiquement unifiée des sections du Comité international de la Quatrième Internationale en Europe et aux Etats-Unis. Le livre visait à attirer l'attention de la classe ouvrière internationale sur des événements politiques d'une portée considérable: « En Allemagne, pour la première fois depuis la fin du régime nazi, un parti d'extrême droite[Alternative pour l'Allemagne - AfD] compte 90 députés au parlement national ».

« Pourquoi sont-ils de retour? Explique comment ce virage vers la droite a été préparé sur le plan politique et idéologique. »

« En juin 1986, l'historien de droite Ernst Nolte a publié un article dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung, où il affirmait que l'Holocauste était une réponse compréhensible à la violence de l'Union soviétique », a-t-il expliqué.

« Beaucoup d'intellectuels de l'époque ont bien compris les implications politiques de ce revanchisme historique » et s'y sont opposés dans des dizaines d'articles. Cette lutte, connue sous le nom de Historikerstreit [Querelle des historiens], s'est terminée par une défaite décisive des révisionnistes. « Avec la réunification de l'Allemagne et le retour du militarisme allemand, la droite a tenté à plusieurs reprises de renverser le résultat de l'Historikerstreit. »

Ces tentatives ont atteint leur paroxysme en 2014, à un moment où « des politiciens allemands de haut rang annonçaient la fin de la retenue militaire de l'Allemagne ».

En juin de la même année, le « plus grand journal d'information allemand Der Spiegel publia un article demandant une réécriture de l'histoire allemande ». Dans ce document, Nolte a été défendu par un professeur de l'Université Humboldt de Berlin, Jörg Baberowski. Non seulement Baberowski a dit que Nolte avait raison, mais, « il a ajouté en guise de justification, 'Hitler n'était pas un psychopathe, et il n'était pas cruel. Il ne voulait pas qu'on parle de l'extermination des Juifs à sa table. »

« Baberowski est devenu un héros de l'extrême droite et a été souvent cité et salué par des publications comme Breitbart News et le Daily Stormer. »

« La politique de la classe dirigeante n'est plus compatible avec les droits démocratiques. C'est pourquoi l'élite dirigeante de chaque pays utilise de plus en plus des méthodes autoritaires et c’est pourquoi le fascisme est encouragé » a poursuiviVandreier.

Le seul mouvement qui s'y est opposé, gagnant ainsi le soutien de nombreux étudiants et travailleurs, est le Parti de l'égalité socialiste et son mouvement de jeunesse, l'International Youth and Students for Social Equality (Jeunes et étudiants internationalistes pour l'égalité sociale) :

« Les fascistes ne sont pas un mouvement de masse, mais une minorité détestée. Cependant, l'élite dirigeante promeut une fois de plus le fascisme et une idéologie droitière afin de supprimer l'opposition à son militarisme et à l'aggravation des inégalités sociales... C'est pourquoi un mouvement indépendant de la classe ouvrière est le seul moyen de combattre ce danger. »

Dans ce contexte, Vandreier a souligné la résurgence de la lutte de classe à l'échelle internationale, les travailleurs qui manifestaient en nombre croissant en Algérie, aux Etats-Unis, au Mexique, en France et dans de nombreux autres pays.

« En Allemagne, il y a de plus en plus de grèves dans l'industrie automobile et dans le secteur public ; et dans notre lutte à l'Université Humboldt, nous avons pu constater un soutien massif d’étudiants dans toute l'Allemagne et surtout de la part de travailleurs. »

En recommandant « Pourquoi sont-ils de retour ? » David North a déclaré: « Il est extraordinaire que ce qui se passe en Allemagne n'ait presque pas été rapporté dans la presse européenne et américaine. Le fait que le parti le plus influent politiquement en Allemagne aujourd'hui – le parti de l'opposition officielle, l'AfD – soit un parti dirigé par des pro-nazis purs et durs, des apologistes d'Hitler, a été largement ignoré comme s’il s’agissait d’un non-événement. »

David North

North a raconté comment le SGP en Allemagne avait pris connaissance de Baberowski pour la première fois. Ce fut en 2014, après que le professeur de Humboldt eut parrainé une conférence donnée par l’historien britannique en vue Robert Service dont la biographie de Léon Trotsky, parue peu avant, avait été largement discréditée. L'American Historical Review s'était prononcée publiquement en faveur de la réponse détaillée de North à Service, qualifiant la biographie de Trotsky de « travail d'écrivaillon » en raison de ses nombreuses falsifications et distorsions. Face à la défense de Service par Baberowski et à sa suppression de la critique du SGP et de l'IYSSE à l'Université Humboldt, North avait prédit: « S'ils mentent au sujet de Trotsky aujourd'hui, ils mentiront au sujet d'Hitler demain »

L'histoire du fascisme en Allemagne avait laissé un héritage de traumatisme dans chaque famille. Le sentiment "Nie wieder" (plus jamais ça !) exprimait la profonde hostilité de la population allemande envers le fascisme. « L'importance du livre de Christoph [...] c'est qu'il montre clairement que ce qui s'est passé en Allemagne est une conspiration politique concertée, impliquant les plus hauts niveaux de l'Etat, avec la complicité d'une communauté universitaire indifférente à la résurgence de forces néo-nazies ».

North a passé en revue l'histoire des années 1930, expliquant qu'Hitler n'aurait pas pris le pouvoir sans deux facteurs essentiels: l'effondrement complet de la direction de la classe ouvrière, tant du Parti social-démocrate (SPD) que du Parti communiste (KPD); et deuxièmement, la décision active des éléments de l'élite politique allemande de porter Hitler au pouvoir.

« Nous sommes les seuls à avoir accordé une attention sérieuse à la croissance du fascisme et aux dangers qu'il représente pour la classe ouvrière », a déclaré North. Il a rappelé une conférence donnée à Wellington, en Nouvelle-Zélande, en décembre 2018, au cours de laquelle il avait averti « dans cette ville calme et belle » que « le fascisme était un danger dans le monde entier ».

L'horrible attaque de Brenton Tarrant contre des fidèles musulmans avait révélé la véritable idéologie du fascisme. Abordant le manifeste de Tarrant, North a noté sa déclaration selon laquelle « pour une fois, la personne qu’on appellera fasciste, est un fasciste authentique ».

Tarrant avait nommé le chef fasciste britannique Sir Oswald Mosley « la personne la plus proche de mes convictions ». North a répondu: « Ici, en Angleterre, il y a eu beaucoup de discussions sur l'antisémitisme. La question a été soulevée dans le contexte d'une série interminable de diatribes contre Jeremy Corbyn et ses partisans du Parti travailliste. On prétend qu'ils sont antisémites et que le Parti travailliste est un foyer d'antisémitisme. Vous savez tous que nous n'avons rien à voir avec Jeremy Corbyn. La manière dont il a répondu – ou n'a pas répondu – à ces calomnies est au cœur de beaucoup de nos critiques.

« Mais il s’agit dans cette attaque contre Corbyn et ses partisans du Parti travailliste d’une falsification si brutale de l'histoire et d’une telle distorsion de la réalité, qu'elle a servi à saper la capacité de mener une lutte contre le fascisme et l'antisémitisme là où il existe vraiment. »

North est revenu sur la carrière d'Oswald Mosley qui illustrait « ce que représentait réellement l'antisémitisme en Grande-Bretagne du point de vue historique ». Il s’est référé aux travaux d'historiens britanniques qui avaient montré que « l'antisémitisme était au cœur de la perspective du fascisme britannique. Qui jouissait d'ailleurs de beaucoup de soutien dans une grande partie du parti conservateur. »

« La campagne qui a été menée dans les médias par la droite politique et celle du Parti travailliste, et par tant d'universitaires ralliés à cette campagne, sert à saper entièrement toute compréhension historique de ce qu'est réellement le fascisme, de ce qu'est réellement l'antisémitisme et de ce qu’il implique pour la classe ouvrière. »

Christoph Vandreier and David North during the Q&A session

Au cours d'une séance de questions-réponses, des membres de l'auditoire ont demandé pourquoi on avait laissé le fascisme se développer à nouveau après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale et si cela était dû à la complaisance populaire et pourquoi les universitaires en Allemagne et à l’international n'avaient pas réagi aux efforts visant à réhabiliter Hitler.

« La question de la guerre est de retour. Une guerre impérialiste majeure des Etats-Unis contre la Chine et la Russie ou même entre les puissances impérialistes est possible à cause de la crise profonde du capitalisme » a expliqué Vandreier. Pour que l'impérialisme allemand s'affirme mondialement comme une grande puissance militaire, il fallait réécrire l'histoire. « Ce n'est pas seulement que les journaux et les universitaires n'ont pas réagi aux positions de Baberowski. Ils l'ont défendu et ont attaqué l'IYSSE et le SGP. »

North a déclaré que les tentatives d’attribuer la résurgence du fascisme à des défaillances individuelles étaient erronées. « Les êtres humains agissent sur le monde non pas en tant qu'individus, mais par la politique, par l'action politique et l'activité politique [...] »

« L élément central de l'histoire du XXe siècle est qu'il s'agissait d'une ère de luttes sociales sans précédent, de luttes révolutionnaires. Il y a eu d'autres siècles révolutionnaires, mais ce qui a distingué le XXe siècle, c'est qu'il s’est caractérisé par l'effort conscient de grandes masses de gens pour mettre fin au système capitaliste... ils ont agi avec un haut niveau de compréhension de leur identité de classe. »

Christoph Vandreier signs copy of Why Are They Back?

Le produit suprême de cette lutte a été la Révolution d'octobre 1917 en Russie ; elle a été le seul moment où une direction politique a pu se montrer à la hauteur de la tâche historique posée à la classe ouvrière internationale. Face à la contre-révolution nationaliste du stalinisme et aux défaites imposées à la classe ouvrière au niveau international, une réponse démoralisée s'est développée, incarnée par l'école de Francfort.

« En l'absence d'une compréhension ferme et claire des processus historiques et des questions politiques, on a trouvé des réponses plus faciles avec des explications donnant la faute aux défauts supposés inhérents des êtres humains. »

People queue to buy literature at Mehring Books stall

La conscience sociale peut changer très rapidement, a poursuivi North. En Amérique, Bernie Sanders est de plus en plus considéré comme un défenseur du Parti démocrate. « Les gens cherchent des réponses sérieuses et je pense que vous verrez que l'humeur politique commence à changer. Les discussions deviennent plus intelligentes, plus réfléchies et aussi plus optimistes. Dans la mesure où les gens commencent à comprendre, ils ont aussi le sentiment que les possibilités de combattre et de vaincre la réaction politique sont là. »

North conclut en disant: « Les grands changements sociaux ne sont pas immédiatement compris. Ils sont complexes. Il faut du temps pour que les gens assimilent les leçons politiques essentielles. Ce processus d'assimilation trouve son expression la plus consciente au sein du mouvement marxiste [...] Les expériences des années 1930 ont démontré le rôle décisif de la direction politique. C'est pourquoi Trotsky a dit, dans le Programme de transition, lorsqu'il parle de l’alternative fascisme ou socialisme, que la crise de l'humanité se présente comme la crise de la direction révolutionnaire ».

Après la discussion, de nombreuses personnes présentes ont fait la queue au stand de Mehring Books pour faire signer leur exemplaire de Why Are They Back? par Vandreier. De la littérature a été vendue pour environ 1500 livres sterling, dont 71 exemplaires de Why are they Back? et 18 du livre nouvellement sorti : « Agents: l'infiltration du mouvement trotskyste par le FBI et le GPU ».

Why are They Back? est disponible en pré-commande chez Mehring Books.

(Article paru en anglais le 19 mars 2019)