Les manifestations à Hong Kong accueillies par des menaces et des dénonciations

Par Peter Symonds
15 août 2019

Pour une deuxième journée, les manifestants occupant l'aéroport international de Hong Kong ont bloqué des centaines de départs, suscitant de nouvelles menaces de Pékin, des condamnations de responsables de Hong Kong et des appels lancés par les chefs d'entreprise de la ville pour que l'ordre soit rétabli.

La confrontation politique à Hong Kong qui avait débuté par des manifestations de masse début juin est maintenant devenue un facteur important contribuant à l'instabilité financière et économique mondiale. La ville est un point d'entrée et une base d'opérations clés pour les investisseurs étrangers et les sociétés exerçant des activités en Chine. En conséquence, l'aéroport de Hong Kong est l'un des plus achalandés au monde, tant pour les passagers que pour le fret.

Mardi, au milieu d'une occupation par plusieurs milliers de personnes, les autorités aéroportuaires ont été obligées d'interrompre tous les services d'enregistrement des vols après 16h30, entraînant l'annulation de quelque 300 départs. Des affrontements ont éclaté entre des policiers antiémeutes dans la soirée après que les manifestants aient arrêté un Chinois de la partie continentale, qu'ils accusaient d'être un agent de police infiltré.

Un policier tire des gaz lacrymogènes dans l'aéroport de Hong Kong

Selon le South China Morning Post, la police antiémeute a utilisé du gaz poivre dans l'aéroport pour chasser les manifestants. On y a indiqué que, à compter de mardi matin, il ne restait qu'un petit groupe d'une trentaine de manifestants.

L'occupation de l'aéroport a considérablement accru les enjeux de la confrontation politique qui se déroule depuis maintenant 10 semaines. Les énormes protestations de juin contre le projet de loi autorisant des extraditions de Hong Kong vers la Chine se sont transformées en un mouvement de protestation présentant des revendications démocratiques plus larges, y compris une action contre les violences policières et des élections libres au suffrage universel.

L'administration de la ville, dirigée par la cheffe de l’exécutif Carrie Lam et soutenue par Pékin, a catégoriquement refusé de faire des concessions aux manifestants, autres que de suspendre la législation. Lors d'une conférence de presse tenue mardi, Mme Lam a dénoncé les «activités illégales» des manifestants, défendu les actions violentes de la police et averti que «les émeutes ont poussé Hong Kong au bord du point de non-retour».

Les propos de Lam font écho à ceux des chefs d'entreprise de Hong Kong, confrontés à la chute des cours des actions et aux craintes d'un ralentissement économique, en particulier dans le secteur de l'immobilier. Swire Pacific, un riche empire familial qui possède la compagnie aérienne Cathay Pacific et un vaste portefeuille de biens immobiliers, a publié une déclaration condamnant «les activités illégales et les comportements violents» et apportant tout son soutien à la police et à Lam «dans leurs efforts pour rétablir l'ordre public». Sun Hung Kai Properties, contrôlé par la troisième famille la plus riche d’Asie, a également appelé mardi à la restauration de l’ordre social et a apporté son soutien à Lam.

Des sections de l'élite des affaires de Hong Kong, préoccupées par la violation de leurs intérêts par Pékin, avaient initialement soutenu les manifestations contre le projet de loi sur l'extradition, mais demandent maintenant la fin du mouvement de protestation. Le magnat de la propriété, Peter Woo, a déclaré dans un communiqué lundi que les manifestations avaient déjà contraint le gouvernement à mettre de côté la législation et a affirmé que certaines personnes utilisaient la question pour «créer délibérément des problèmes».

Les manifestants insistent toutefois pour que le projet de loi sur l'extradition soit complètement retiré, et non simplement suspendu. En outre, ces longues manifestations se fondent sur des préoccupations plus fondamentales concernant l’absence de droits démocratiques de base à Hong Kong et la crise sociale à laquelle sont confrontés les travailleurs et les jeunes dans l’une des villes les plus chères du monde.

L'énorme fossé social entre la poignée de milliardaires qui dominent Hong Kong sur les plans économique et politique et la grande majorité de la population de la ville occupe une place importante. Les bas salaires, l'insécurité économique, le manque d'opportunités pour les jeunes, les logements inabordables et les services de protection sociale parcellaires sont autant de sources de mécontentement et de colère.

Comme le commentait cette semaine Jamil Anderlini, journaliste au Financial Times: «Aujourd'hui, les plus grandes fortunes de Hong Kong reposent sur le contrôle de la terre et de la propriété sur ce qui est le marché immobilier le plus cher au monde. Le salaire mensuel moyen à Hong Kong est d'environ 17.500 dollars HK (2230 dollars US), tandis que le loyer moyen d'un appartement d'une chambre dans le centre-ville est de 16.500 dollars HK.»

L'entrée de la classe ouvrière dans le mouvement de protestation, marquée par l'appel d'une grève générale impliquant des dizaines de milliers de personnes la semaine dernière, suscite la peur chez les classes dirigeantes, non seulement à Hong Kong et à Pékin, mais sur le plan international. La réponse très discrète aux menaces d'une intervention chinoise visant à réprimer les manifestations témoigne de l'inquiétude des cercles dirigeants que les événements à Hong Kong puissent se reproduire dans des villes du monde entier.

Le régime du Parti communiste chinois (PCC) a intensifié ses dénonciations de manifestants. Dans des commentaires lundi, un porte-parole du bureau des affaires de Hong Kong et Macao a qualifié les manifestants de «dérangés» et a déclaré que «les premiers signes de terrorisme» apparaissaient, jetant les bases d'une intervention militaire chinoise.

Le South China Morning Post a annoncé qu'un convoi de camions transportant des policiers lourdement armés était arrivé lundi à Shenzhen, une grande ville chinoise et une zone économique spéciale située de l'autre côté de la frontière avec Hong Kong. Alors qu'un expert militaire basé à Pékin a déclaré au journal que les mouvements faisaient partie d'exercices réguliers et ne devaient pas être source d’inquiétudes, les journaux chinois appartenant au gouvernement, le People's Daily et le Global Times, ont publiés des vidéos du convoi et ont averti les manifestants de Hong Kong qu’ils pourraient subir de graves conséquences.

Le People’s Daily a publié une déclaration sur les médias sociaux affirmant que la Police armée du peuple est à Shenzhen prête à gérer «les émeutes, les perturbations, la violence importante et la criminalité et les questions de sécurité sociale liées au terrorisme». Dans une publication de médias sociaux en chinois mardi, le Mondial Times a déclaré que «si les émeutiers de Hong Kong ne peuvent pas lire le signal d'un rassemblement policier armé à Shenzhen, alors ils courent à l'autodestruction», selon une traduction de CNBC.

Ces commentaires visent également à empoisonner l'opinion publique sur le continent chinois, reflétant les craintes profondes à Pékin que les manifestations à Hong Kong provoquent des troubles sociaux parmi les travailleurs chinois à propos du manque de droits démocratiques et de la détérioration des conditions sociales.

Les médias chinois appartenant à l'État ont également accusé les États-Unis d'être la «sinistre intervention» derrière les manifestations de Hong Kong et d'essayer de créer une «révolution de couleur» aux portes de la Chine. Sans aucun doute, les responsables américains suivent de près les événements à Hong Kong et calculent s’ils peuvent être utilisés pour promouvoir les intérêts américains.

Cependant, même si l'administration Trump a dénoncé sévèrement et de manière provocatrice Pékin à propos du commerce et de graves points chauds stratégiques tels que la mer de Chine méridionale, il n'a fait aucun commentaire de ce type à propos des manifestations à Hong Kong.

Dans un tweet de mardi, Trump a déclaré que les troupes chinoises étaient déplacées vers Hong Kong, mais loin de s'opposer à la décision, il a semblé l'accueillir favorablement. «Nos services de renseignement nous ont informés que le gouvernement chinois déplaçait des troupes à la frontière avec Hong Kong. Tout le monde devrait être calme et en sécurité!» A-t-il commenté.

Lors d'une allocution devant les médias plus tôt dans la journée, Trump a pratiquement compati avec les autorités chinoises et de Hong Kong, en déclarant: «La situation à Hong Kong est une situation très difficile, très dure. Nous verrons ce qui se passera». Il a ensuite ajouté: «J'espère que cela fonctionnera pour tout le monde, y compris la Chine. J'espère que cela fonctionne pacifiquement. J'espère que personne ne sera blessé. J'espère que personne ne sera tué».

Les commentaires de Trump ne font que souligner l'unité de base entre les classes dirigeantes aux États-Unis, en Chine et dans le monde entier contre la résurgence de la lutte de la classe ouvrière au niveau international, dont les manifestations à Hong Kong constituent une expression initiale.

(Article paru en anglais le 14 août 2019)