Qui a décidé que les États-Unis devraient faire une «guerre chaude» à la Russie?

Par Andre Damon
25 novembre 2019

Il y a un dicton attribué au banquier JP Morgan: «Un homme a toujours deux raisons pour ce qu'il fait: une bonne et une vraie.»

Le 26 septembre, Adam Schiff, membre du Congrès, a examiné le contenu de la plainte du «lanceur d’alerte» qui a déclenché l'enquête de destitution du président Donald Trump. «Cela se lit comme un chantage classique du crime organisé», a déclaré Schiff.

Mettant en scène le rôle de Trump en train de dialoguer avec le président ukrainien Volodymir Zelensky, Schiff a exigé: «Je veux que vous inventiez des scandales à l’égard de mon adversaire politique, comprenez. Beaucoup.»

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskiy (au centre) se rend dans la région de Donetsk touchée par la guerre, dans l'est de l'Ukraine [source: Bureau de la presse présidentielle ukrainienne via l'AP]

Si le prétendu «chantage de crime organisé» par Trump était la «bonne» raison de l'enquête de destitution, la «vraie» raison est apparue au cours de deux semaines d'audiences publiques au Congrès. Les audiences ont permis de lever le voile sur un complot américain massif visant à dépenser des milliards de dollars pour renverser le gouvernement ukrainien élu démocratiquement en 2014 et à fomenter une guerre civile qui a entraîné la mort de milliers de personnes.

La campagne de destitution est elle-même le résultat d'efforts déployés par des éléments des agences de renseignement et des éléments du département d'État pour aggraver le conflit entre Washington et la Russie, avec des conséquences potentiellement catastrophiques pour le monde entier.

Jeudi, le membre démocrate du Congrès Eric Swalwell a montré une photo du président ukrainien Zelensky en gilet pare-balles sur les «lignes de front» de la guerre civile dans l'est de l'Ukraine. Il a demandé aux témoins du Département d’État «pourquoi est-il si important que nos dollars des contribuables durement gagnés aident le président Zelensky et les hommes qui se trouvent à ses côtés à combattre la Russie dans cette guerre chaude?»

David Holmes, conseiller politique à l'ambassade américaine à Kiev, a répondu:

«Ce n’est pas le moment de nous retirer de notre relation avec l’Ukraine, mais plutôt de l’accentuer. Pendant que nous sommes assis ici, les Ukrainiens mènent une guerre chaude sur le territoire ukrainien contre l'agression russe.»

Plus tard dans son témoignage, Holmes a évoqué les sommes énormes dépensées par les États-Unis et leurs alliés européens pour mener cette «guerre chaude», affirmant que les États-Unis avaient fourni 5 milliards de dollars et leurs alliés européens 12 milliards de dollars depuis 2014.

Dans son témoignage de la semaine dernière, l'ancienne ambassadrice en Ukraine, Marie Yovanovich, a rappelé qu'en tant qu'ambassadrice:

«Je suis allé au front environ 10 fois pendant une guerre chaude […] parfois littéralement lorsque nous avons entendu l'impact de l'artillerie et pour voir comment nos dollars d'assistance étaient utilisés.»

Elle a ajouté:

«L’Ukraine, qui possède une masse terrestre considérable et une population nombreuse, pourrait constituer un important […] multiplicateur de forces du côté de la sécurité […] Et à présent, l’Ukraine est un champ de bataille pour la concurrence entre les grandes puissances, avec une guerre violente pour le contrôle du territoire et une guerre hybride pour contrôler le gouvernement de l'Ukraine.»

Elle a expliqué que la «révolution de Maidan» financée par les États-Unis et dirigée par les fascistes de 2014, qu'elle-même et d'autres fonctionnaires du département d'État ont absurdement appelée la «révolution de la dignité» faisait partie de ce conflit. «C'est pourquoi ils ont lancé la Révolution de la dignité en 2014, exigeant de faire partie de l'Europe», a-t-elle déclaré.

Le diplomate George Kent a évoqué le même thème dans son témoignage de mercredi dernier en ces termes:

«La Révolution populaire de la dignité en Ukraine en 2014 a contraint un dirigeant corrompu pro-russe à s'enfuir à Moscou. Après cela, la Russie a envahi l’Ukraine, occupant sept pour cent de son territoire, ce qui correspond à peu près à la taille du Texas des États-Unis…»

«Depuis lors, plus de 13.000 Ukrainiens sont morts sur le sol ukrainien en défendant leur intégrité territoriale et leur souveraineté contre l'agression russe. Le soutien américain dans la guerre d'indépendance de facto de l'Ukraine a été crucial à cet égard.»

Kent a ensuite comparé le rôle des États-Unis dans la guerre civile ukrainienne à celui de l'Espagne et de la France lors de la guerre d'indépendance américaine. Dans ce conflit, l’Espagne et la France étaient officiellement en guerre contre la Grande-Bretagne, notamment lors de déclarations officielles de guerre en 1778 et 1779.

Si l'analogie de Kent est vraie, alors les États-Unis sont en guerre non déclarée avec la Russie.

Mais quand cette guerre a-t-elle jamais été discutée avec le peuple américain? Le Congrès a-t-il déjà voté pour l’autoriser? Quelqu'un croit-il que si la question «Voulez-vous dépenser des milliards de dollars pour aider l'Ukraine à faire la guerre à la Russie» eut été posée au public américain, le pourcentage de réponses affirmatives serait-il autre chose que minuscule? Bien sûr, cette question n'a jamais été posée.

Mais lors des audiences du Congrès de cette semaine, des représentants du gouvernement ont déclaré que toute remise en question de cette aide était pratiquement une trahison. Dans son témoignage de jeudi, l'ancienne responsable du Conseil national de sécurité, Fiona Hill, a accusé quiconque doutait que «l'Ukraine est un partenaire précieux» des États-Unis de défendre les «intérêts de la Russie».

«Quand nous sommes consumés par la rancune partisane, nous ne pouvons pas combattre ces forces extérieures», a-t-elle déclaré, menaçant le «président, ou toute autre personne, [qui] entrave ou compromet la sécurité nationale des États-Unis.»

En 2017, Hill a écrit un article sur le blog de la Brookings Institution appelant Trump un «bolchevik», faisant écho aux déclarations faites il y a plus de 60 ans par Robert W. Welch, dirigeant de la Société John Birch, qui a déclaré que le président Eisenhower était un «communiste».

Les accusations folles des démocrates selon lesquelles Trump est considéré comme un «agent russe» reposent sur un contenu bien réel: la poussée extrêmement dangereuse des factions au sein de l'État en faveur d'un affrontement militaire entre les États-Unis et la Russie, dont les arsenaux d'armes nucléaires combinés sont capables de détruire toute l'humanité plusieurs fois.

En juin 2017, quelques mois à peine après l'entrée en fonction de Trump, le World Socialist Web Site décrivait la lutte croissante au sein de l'État comme suit:

Les différends qui les séparent [démocrates] du gouvernement Trump sont principalement axés sur des questions de politique étrangère […] Les démocrates sont déterminés à empêcher Trump d'affaiblir la politique anti-russe développée sous Obama, et que la campagne d'Hillary Clinton s’était engagée à développer.

La concentration hystérique sur la Russie n'est pas un hasard. Comme on le sait, les priorités de la politique étrangère de Trump sont axées sur la lutte contre la Chine. Son prétendu plaidoyer en faveur d'un «marché» avec la Russie est incompatible avec le plan stratégique soutenu par les sections dominantes de l'armée, du renseignement et de la politique étrangère. La destruction de la capacité de la Russie à contrecarrer les opérations militaires américaines est aperçue comme essentielle pour le contrôle de la masse continentale eurasienne, sans laquelle une victoire américaine dans le conflit à long terme avec la Chine est considérée comme impossible.

Il n'y a pas de faction pro «paix» au sein de l'establishment politique américain. Aucun crédit ne peut être accordé à l’un ou à l’autre des partis de l’impérialisme américain, qui ont, au cours des décennies, présidé le renversement de dizaines de gouvernements, le déclenchement de nombreuses guerres et la mort de millions de personnes.

Il est impératif que la classe ouvrière articule son propre point de vue indépendant face à cette crise. Comme l'indiquait le mois dernier le World Socialist Web Site, «La lutte contre le gouvernement Trump et la défense des droits démocratiques les plus élémentaires sont une lutte contre le capitalisme et l'impérialisme américain, qui doit être menée de manière totalement indépendante et opposée au Parti démocrate.»

A lire également:

Révolution de palais ou lutte des classes: la crise politique à Washington et la stratégie de la classe ouvrière

(Article paru en anglais le 23 novembre 2019)