Des dizaines de milliers de personnes défient les menaces du gouvernement indien et manifestent contre les lois suprémacistes hindoues

Par Deepal Jayasekera
21 décembre 2019

Le gouvernement du parti hindouiste-suprémaciste Bharatiya Janatha (BJP) a intensifié la répression d'État contre les travailleurs et les jeunes qui s'opposent à sa Loi d'amendement de la citoyenneté (CAA) communautariste.

Cette loi réactionnaire, qui a été adoptée à la va-vite au parlement national par le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi, accorde la citoyenneté indienne aux immigrants non musulmans du Pakistan, du Bangladesh et d'Afghanistan mais refuse ce droit aux musulmans de tous les pays d'Asie du Sud. Les immigrants d'autres pays de la région, notamment les Tamouls du Sri Lanka et les Rohingyas du Myanmar, sont également exclus.

En même temps, le gouvernement a étendu son Registre national des citoyens (NRC), déjà imposé dans l'État d'Assam, au nord-est du pays, à tous les autres États indiens. Dans le cadre du NRC, les personnes doivent fournir aux autorités des documents prouvant qu'elles sont citoyennes de l'Inde.

Les lois CAA et NRC menacent les 200 millions de résidents musulmans de l'Inde d'être déclarés «non-citoyens» et possiblement expulsés.

Le gouvernement Modi a réagi à une éruption de manifestations de masse, impliquant des dizaines de milliers de personnes de tous les groupes ethniques et religieux, par une brutalité policière accrue et une répression d'État. Défiant ces menaces, d'énormes manifestations et marches ont eu lieu mercredi à Calcutta, capitale du Bengale occidental, pour la troisième journée consécutive.

Hier, les gouvernements des États du BJP ont imposé l'article 144 du Code pénal indien dans tout l'Uttar Pradesh, ainsi qu'au Bengaluru et au Mangaluru dans l'État du Karnataka. L'imposition de cette loi coloniale britannique répressive, qui interdit les rassemblements de plus de quatre personnes, est une tentative de pénaliser toute opposition à la CAA et au NRC.

Mercredi, des policiers et des paramilitaires armés de Delhi ont organisé une «marche du drapeau» ou une démonstration de force pour tenter d'intimider et de réprimer les manifestations dans les quartiers de Seelampur et de Jafrabad. Huit personnes ont été arrêtées. Des mesures au titre de l'article 144 ont également été imposées au Fort Rouge et dans le nord-est de la ville.

Hier, la police a arrêté plusieurs manifestants près du Fort Rouge avant une manifestation prévue, organisée par le Parti communiste de l'Inde-Marxiste (CPM), stalinien, et son soi-disant Front de gauche. La police avait précédemment refusé l'autorisation de la marche prévue.

La police a également interdit une marche de protestation prévue à Bengaluru. Le célèbre historien Ramchandra Guha a été traîné par la police devant l'hôtel de ville alors qu'il expliquait aux médias pourquoi il s'opposait aux lois suprémacistes hindoues du BJP et à la répression étatique.

«La police travaille sous les directives du gouvernement central. Nous protestons de façon non-violente contre une loi discriminatoire, de façon disciplinée... Avez-vous vu de la violence?» a dit Guha, alors que lui et des dizaines d'autres personnes ont été forcées de monter dans un bus et emmenées au poste de police.

Les autorités gouvernementales ont imposé un couvre-feu dans cinq zones de police de Mangaluru, également dans l'État du Karnataka, et ont suspendu l'accès à Internet dans la ville. Jeudi, deux personnes ont été tuées dans la ville après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants qui auraient tenté de mettre le feu à un poste de police. Un autre homme a été tué à Lucknow, la capitale de l'État de l'Uttar Pradesh, lors de violents affrontements entre les manifestants et la police. Plus de 110 personnes auraient été détenues par la police.

Une manifestation massive contre la CAA a également eu lieu dans la région de Braj, dans l'Uttar Pradesh. La police a attaqué la manifestation et arrêté 38 personnes, dont la plupart ont été libérées par la suite pour des motifs de liens personnels. Le président et le secrétaire du Sarvdaleey Muslim Action Committee in Utter Pradesh, basé à Agra, qui a organisé la manifestation, ont été maintenus en détention. Cinq étudiants ont été arrêtés à Agra alors qu'ils tentaient d'organiser une manifestation à l'intérieur de l'université BR Ambedkar.

Les étudiants des principales universités indiennes sont largement impliqués dans les manifestations. Ces manifestations se sont intensifiées à la suite des attaques policières brutales qui ont eu lieu dimanche à l'université Jamia Milia Islamia (JMI) de Delhi et à l'université musulmane Aligarh (AMU) de l'Uttar Pradesh.

La police est entrée illégalement dans les deux universités, arrêtant et agressant des étudiants, dont certains ont été gravement blessés. Des protestations ont rapidement éclaté dans plusieurs universités indiennes pour dénoncer les violentes attaques contre les étudiants de la JMI et de l'AMU.

Mercredi, les membres de l'Association des enseignants de Jamia (JTA) ont organisé une marche pour remercier les étudiants universitaires de tout le pays d'avoir soutenu les étudiants de la JIMI et d'avoir rejeté catégoriquement la CAA et le NRC.

«Nous ne voulons pas d'une autre partition», a déclaré la JTA. L'organisation a mis en place un comité pour enquêter sur les «brutalités policières». Il a demandé le retrait de toutes les accusations portées par la police contre les étudiants de la JMI et une indemnisation adéquate pour tous les biens endommagés lors de l'agression policière.

La direction de la police de l'Uttar Pradesh affirme que leurs agents ne sont pas entrés dans les foyers à l'intérieur de l'UMA, mais les images de télévision en circuit fermé montrent clairement la police qui fait une descente dans les foyers, agresse les étudiants et endommage les biens.

Une équipe d'enquête composée d'avocats a révélé que la police et les agents de la Force d'action rapide (RAF) ont attaqué des étudiants avec des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des grenades paralysantes, alors qu'ils entraient dans des foyers et des mosquées et vandalisaient les véhicules des étudiants. Une soixantaine d'étudiants ont été blessés, dont trois gravement. De nombreux étudiants sont portés disparus et seraient arrêtés et détenus.

Les mesures discriminatoires de la CAA et du NRC font partie du programme réactionnaire du BJP visant à affaiblir et à diviser la classe ouvrière selon des critères communautaristes. Craignant l'opposition croissante de la classe ouvrière indienne et des travailleurs ruraux aux politiques d'austérité et aux «réformes» favorables aux investisseurs, le BJP tente de mobiliser les éléments d'extrême droite hindous et de les utiliser comme troupes de choc contre la classe ouvrière.

En même temps, le Congrès et les partis staliniens indiens tentent de détourner l'opposition de masse aux lois de la CAA en des appels inoffensifs au gouvernement et à l'élite dirigeante indienne.

Le parti du Congrès, après avoir fait face à une série de débâcles électorales aux mains du BJP, tente maintenant de se présenter comme une opposition «laïque» aux suprémacistes hindous et de relancer ses chances électorales.

L'opposition du Congrès à la CAA et au NRC est cependant une fraude. Le NRC en Assam, qui rend "apatrides" près de deux millions de personnes y vivent, suit l'Accord d'Assam signé avec le Mouvement d'Assam en août 1985 par le gouvernement Congrès du Premier ministre d'alors de Rajiv Gandhi.

Le Congrès collabore depuis longtemps avec les communalistes hindous, depuis 1947, année où il a accepté la partition de l'Inde britannique d'alors en un Pakistan musulman et une Inde à dominance hindoue, jusqu'à la formation récente d'un gouvernement avec le fasciste Shiv Sena dans l'État occidental du Maharashtra.

Le rôle politique le plus traître dans la diversion des manifestations de masse contre la CAA et le NRC est joué par les staliniens - le CPM et le Parti communiste indien (CPI), et leur Front de gauche.

Les staliniens se sont emparés des mouvements hindous suprémacistes de Modi pour intensifier leurs efforts visant à subordonner politiquement la classe ouvrière au Congrès et à divers partis bourgeois régionaux réactionnaires basés sur le système des castes, en prétendant qu'ils représentent un rempart " laïque " contre le BJP. Les staliniens organisent actuellement des manifestations anti-CAA conjointement avec le Congrès à Delhi, au Kerala et au Bengale occidental.

D'autres partis et organisations tentent de détourner l'opposition à la CAA en encourageant des sentiments réactionnaires anti-immigrants. Le ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal, du parti Aam Admi, par exemple, a dénoncé la CAA depuis la droite, affirmant que l'immigration en provenance des pays voisins empêchera les Indiens de trouver du travail. De même, l'Association des étudiants de l'Assam, qui organise des manifestations anti-CAA en Assam, s'oppose à l'octroi de la citoyenneté à tous les immigrants du sous-continent indien.

(Article paru en anglais le 20 décembre 2019)