Les protestations de masse se poursuivent au Tamil Nadu contre les lois communautaristes du gouvernement indien sur la citoyenneté

Par nos correspondants
30 décembre 2019

Des manifestations de masse se poursuivent dans tout l'État du Tamil Nadu, dans le sud de l'Inde, contre la loi sur la citoyenneté musulmane (CAA), adoptée par le gouvernement central et proposée par le Bharatiya Janata Party (BJP).

Les manifestations ont lieu malgré la répression policière exercée par le gouvernement de l'État du All India Anna Dravida Munnetra Kazhagam (AIADMK). L'AIADMK est un allié du BJP et son soutien parlementaire a joué un rôle déterminant dans l'adoption de la CAA par la Rajya Sabha, la chambre haute du parlement national indien.

Une partie de la manifestation de Valluvarkottam

En vertu de la CCA, la citoyenneté sera accordée aux immigrants non musulmans qui sont arrivés en Inde avant 2015 en provenance du Pakistan, du Bangladesh et de l'Afghanistan. Ce droit est toutefois refusé à tous les immigrants musulmans de ces pays et à toute personne provenant d'autres nations de la région, y compris les Tamouls qui ont fui la guerre civile raciste au Sri Lanka et les Rohingya du Myanmar qui sont victimes de persécutions militaires brutales dans ce pays. C'est la première fois que la citoyenneté sera déterminée sur une base religieuse depuis l'indépendance officielle de l'Inde en 1947.

La CAA est mise en œuvre parallèlement à l'extension nationale du Registre national des citoyens (NRC) annoncée par le ministre de l'Intérieur de BJP, Amit Shah. En vertu du NRC, les 1,3 milliard de citoyens indiens doivent fournir une preuve documentaire de leur citoyenneté à la satisfaction des autorités gouvernementales. Ceux qui ne le feront pas seront déclarés «non-citoyens» et seront menacés de détention et, éventuellement, d'expulsion.

Des manifestations contre la CAA et le NRC ont eu lieu dans de nombreuses villes du Tamil Nadu, dont Coimbatore, Vellore, Trichy, Madurai et Chennai, la capitale de l'État, au cours de la semaine dernière. Des étudiants de plusieurs universités, dont l'Université de Madras, le New College, le Mohammed Sathak College et l'IIT Chennai, y ont participé.

Le 19 décembre, des centaines de personnes ont manifesté contre la CAA et le NRC à Valluvar Kottam, à Chennai, pour demander un retrait immédiat des mesures. Les autorités policières de Chennai poursuivent en justice 600 personnes, dont l'acteur bien connu Siddharth, le musicien T.M. Krishna et divers politiciens de l'opposition, pour avoir organisé la manifestation, qu'elles jugent illégale.

Le 23 décembre, M.K. Staline, le chef du Dravida Munnetra Kazhagam (DMK), principal parti d'opposition à l'assemblée de l'État du Tamil Nadu, a mené une manifestation à Chennai avec plusieurs autres partis d'opposition, dont le Parti du Congrès, le Marumalarchi Dravida Munnetra Kazhagam (MDMK), la Ligue musulmane de l'Union indienne (UIML), ainsi que les deux principaux partis parlementaires staliniens: le Parti communiste de l'Inde (marxiste) ou CPM et le Parti communiste de l'Inde (CPI).

La manifestation a été organisée en défiance des interdictions du gouvernement de l'État et de la police. Dans une tentative évidente d'intimidation des participants, la haute cour de Madras a ordonné à la police de Chennai de filmer, y compris par drones, tous ceux qui participaient à la manifestation. Des policiers ont été vus en train de filmer le rassemblement depuis des immeubles.

Manifestation de Valluvarkottam

Malgré une intensification de la répression policière, une soixantaine d'étudiants de l'Université de Madras à Chennai ont organisé des manifestations d’occupation à l'intérieur du campus. Pendant deux jours au début de la semaine dernière, une vingtaine d'étudiants ont tenu bon et ont refusé de quitter le campus. La police a empêché d'autres étudiants d'entrer dans l'université pour tenter d'isoler les manifestants.

Le 26 décembre, près de 200 personnes ont participé à un piquet de protestation organisé par le CPM et le CPI, la Ligue populaire démocratique de la jeunesse maoïste, Dravidar Kazhagam et le mouvement nationaliste tamoul du 17 mai au stade Chepauk de Chennai.

Le rôle des partis d'opposition dans les rassemblements anti-CAA n'a rien à voir avec la mobilisation de l'opposition populaire contre les mesures suprémacistes hindoues du BJP, mais consiste plutôt à contenir et à détourner le mouvement de masse. Ces organisations n'ont jamais pris une position de principe contre le communautarisme.

Dans le passé, la DMK a établi des alliances électorales avec le BJP et a rejoint les gouvernements de coalition nationale dirigés par ce parti hindouiste suprémaciste.

De même, le parti du Congrès a une longue histoire de connivence avec les suprémacistes hindous. Cela comprend leur collaboration avec les dirigeants coloniaux britanniques qui ont quitté le pays pour partager l'Inde britannique d'alors en un Pakistan musulman et une Inde dominée par les hindous en 1947, jusqu'à la décision récente du Congrès de former un gouvernement avec le fasciste Shiv Sena dans l'État occidental du Maharashtra.

Le CPM et le CPI travaillent activement avec le Congrès pour canaliser les protestations de masse anti-CAA derrière ce grand parti d'affaires et le promouvoir à tort comme le principal rempart «laïc» contre le BJP communautaire.

Ashwin

Dans un bref discours à la manifestation du 26 décembre, le chef de l'État du CPM au Tamil Nadu, Bala Krishnan, a lancé un appel au nationalisme indien et au régionalisme du Tamil Nadu, déclarant: «Cette manifestation a pour but de défendre la nation. Edapadi [ministre en chef du Tamil Nadu] prévoit de détruire le Tamil Nadu.»

Krishnan a appelé les ministres en chef de 11 États indiens qui prétendent s'opposer à la CAA à s'unir et les a dépeints comme des «forces laïques» malgré leurs antécédents de collaboration de longue date avec la droite hindoue.

Des correspondants du WSWS sont intervenus dans les manifestations anti-CAA à Chennai les 19 et 26 décembre, distribuant des centaines d'exemplaires en tamoul des articles du WSWS sur les mesures de suprématie hindoue du BJP.

Ashwin, 29 ans, a dénoncé les lois communalistes. «Je m'oppose au NRC et à la CAA parce qu'ils visent à expulser les musulmans de l'Inde. Les nouvelles lois ne visent que les musulmans et non les autres minorités religieuses», a-t-il dit. «Je suis très opposé à la division des gens basée sur le communautarisme religieux. Je veux être un citoyen du monde et un internationaliste.»

Tharun, 19 ans, a dit: «L'Inde est un pays laïque et les musulmans y vivent en harmonie avec les autres communautés depuis des années. Le BJP menace maintenant leur sécurité et cela peut provoquer une situation de guerre. Ce qui est arrivé aux Juifs en Allemagne sous Hitler peut arriver aux musulmans en Inde.»

Tharun, à droite

Alam Shah, 28 ans, qui travaille dans l'industrie du cinéma, a dit «Le gouvernement central discrimine les musulmans. J'ai peur parce que je suis un musulman pratiquant. Ce que nous voyons, ce n'est pas seulement une augmentation du communautarisme, mais une crise sociale croissante.

«Je suis d'accord avec votre programme de mobilisation de la classe ouvrière contre le communautarisme et le capitalisme. Il est exact de dire que la cause profonde du communautarisme et du danger de guerre entre l'Inde et le Pakistan était la partition de 1947».

Isakki, un étudiant

Gautam, 26 ans, étudiant à l'université, a dit «Quand nous avons protesté à l'intérieur du campus universitaire de Madras, on nous a refusé nos droits fondamentaux et la police nous a brutalement attaqués. Ils ont fermé les toilettes et les portes de l'université pour essayer de nous empêcher de protester.

« Les nouvelles lois ont un impact non seulement sur les musulmans, mais aussi sur les Tamouls sri-lankais. Le gouvernement Modi a créé des centres de détention, qui seront comme des prisons pour les réfugiés. Je suis d'accord que la seule façon de combattre la répression de l'État est d'unir la classe ouvrière.»

Isakki, 25 ans, étudiant, a dit: «Je suis d'accord que la partition de 1947 a trahi la classe ouvrière, mais je pensais que la constitution indienne était laïque et démocratique jusqu'à ce que vous expliquiez que la constitution a été créée à partir du meurtre communautariste de deux millions de personnes.» Il a exprimé son accord avec la lutte du WSWS pour unir les travailleurs au-delà de toutes les différences religieuses, de caste et linguistiques.

(Article paru en anglais le 28 décembre 2019)