Les bolcheviks contre le stalinisme 1928-1933: Léon Trotsky et l'Opposition de gauche par Vadim Rogovin

Un magnifique récit sur les adversaires de Staline en URSS

Par Andrea Peters
31 décembre 2019

«Il se peut fort bien que la période historique examinée dans notre livre ait été soumise aux évaluations les plus biaisées. Dans d'innombrables articles de journaux, la «grande percée» de Staline a été déclarée comme étant soit la continuation naturelle de la stratégie révolutionnaire du bolchevisme, soit interprétée comme le tournant de Staline vers le "trotskisme"... Des conceptions a priori sur la continuité organique entre le bolchevisme et le stalinisme, est également venue la version de la nature absolument arbitraire des répressions de Staline. Cette version était partagée (bien que pour des raisons de principe différentes) par les staliniens et les anticommunistes, qui considéraient que le régime politique créé par la Révolution d'octobre n'avait pas subi de dégénérescence. Les adeptes de cette version ne reliaient pas la terreur stalinienne à la logique de la lutte interne au parti, qui obligeait Staline à répondre par des contrecoups monstrueux à la protestation croissante au sein du parti contre ses politiques. En 1928-1933, ce processus était encore loin d'être achevé.» -Vadim Rogovin (p.492)

Les bolcheviks contre le stalinisme

La publication en anglais de Les bolcheviks contre le stalinisme 1928-1933: Léon Trotsky et l'Opposition de gauche par l'historien et sociologue marxiste soviétique Vadim Rogovin (1937-1998) est un événement politique et intellectuel majeur. Le deuxième livre de la série de sept volumes de Rogovin, Y avait-il une alternative? (Was There an Alternative?), est un magnifique récit de la lutte politique menée par les opposants à Staline en URSS dans les années qui ont suivi l'exil de Léon Trotsky et jusqu'à la conquête du pouvoir par Adolf Hitler. Elle démontre que l'ascension de Staline n'était ni prédestinée ni une conséquence naturelle de la Révolution d'octobre. Au contraire, le grand chauviniste et bureaucrate russe s'est emparé du pouvoir dans un conflit féroce avec le prolétariat, la paysannerie et les cadres du mouvement socialiste révolutionnaire.

Rogovin a produit ce volume et six autres dans les dernières années de sa vie alors qu'il luttait simultanément contre un cancer en phase terminale. Pendant plusieurs décennies, Rogovin a travaillé comme sociologue en étudiant les conditions de vie en URSS. Il a été attiré par ce sujet parce qu'il voulait étudier l'ampleur, la portée et les origines de la stratification en Union soviétique. Ayant trouvé clandestinement son chemin vers les travaux de Trotsky et de l'Opposition de gauche, Rogovin a acquis la conviction que l'inégalité sociale était la clé pour comprendre le stalinisme.

Au début des années 1990, l'isolement politique de Rogovin, qui a duré des décennies, du mouvement trotskiste mondial a finalement pris fin lorsqu'il a pris contact avec le Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI). Les bolcheviks contre le stalinisme est le premier ouvrage de Rogovin écrit en étroite collaboration politique avec le CIQI et marque un moment clé dans son développement en tant qu'historien marxiste.

Une courte critique ne peut pas rendre compte de la profondeur et de la complexité de ce fascinant volume de 500 pages. Les bolcheviks contre le stalinisme est un grand drame. Il entrelace des sources primaires et secondaires – discours et articles publiés, correspondance personnelle, reportages des médias, documents d'archives, mémoires personnelles, récits historiques et même romans – pour amener le lecteur à travers les méandres d'une période de cinq ans de l'histoire soviétique dans une série de chapitres courts et ciblés qui traitent des crises économiques, des problèmes politiques et des conditions sociales qui ont conduit aux politiques de Staline et à l'éruption continue d’une opposition. Il s'agit d'une exploration du matériel humain du parti bolchevique, qui, alternativement, a participé et s’est opposé à l’immense réaction nationaliste et bureaucratique à la Révolution russe.

L'une des principales conclusions du livre est que les arrestations, les expulsions et l'exil n'ont pas suffi à briser l'influence de Trotsky et de l'Opposition de gauche. Ces forces ont continué à exercer une immense influence sur la vie politique du pays et ont façonné les nouvelles forces d'opposition qui ont émergé à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Ainsi, Les bolcheviks contre le stalinisme éclaire la logique politique qui a conduit Staline aux exterminations de masse pendant la Grande Purge: Trotsky et l'Opposition de gauche représentaient une menace implacable pour la bureaucratie qui ne pouvait être contenue que par la violence physique.

Vadim Rogovin

Lorsque la classe ouvrière de Russie a renversé les forces combinées du tsarisme et du capitalisme en amenant les bolcheviks au pouvoir à l'automne de cette année-là, la révolution a immédiatement rencontré d'énormes difficultés. La Première Guerre mondiale avait physiquement dévasté la Russie, qui était embourbée dans la pauvreté et le retard. Les sociaux-démocrates d'Europe avaient trahi les luttes de leurs propres classes ouvrières et la jeune révolution s'est retrouvée isolée. Elle a dû simultanément combattre, sur un vaste territoire, les forces contre-révolutionnaires de l'impérialisme, qui cherchaient à détruire la victoire des masses russes et à empêcher la révolution de s'étendre à travers le globe.

La révolution russe a prévalu contre toute attente. Mais alors même que l'Union soviétique se formait, une bureaucratie commença à émerger qui se consacra non pas au programme marxiste de la révolution mondiale mais à la construction du «socialisme dans un seul pays.» Joseph Staline était à sa tête. Profitant de l'épuisement et de l'isolement de la classe ouvrière soviétique, cet appareil ascendant a utilisé sa position d'administrateur de l'économie et des institutions politiques du pays pour s'assurer des privilèges spéciaux.

La bureaucratie stalinienne naissante était organiquement hostile à la révolution mondiale. Elle comprenait instinctivement que si les masses ouvrières arrivaient au pouvoir ailleurs, la classe ouvrière à l'intérieur de l'Union soviétique mènerait le combat contre une élite parasitaire se nourrissant des conquêtes du tout premier État ouvrier du monde. Par conséquent, dans la poursuite de sa politique, la bureaucratie a trahi les révolutions à l'étranger et a écrasé la démocratie interne au sein du Parti communiste soviétique et de l'Internationale communiste. Dans ses dernières années, Lénine a anticipé les dangers posés par cette tendance bureaucratique et les a combattus. Il a été rejoint par Léon Trotsky, son codirigeant de la révolution russe. Lorsque Lénine fut frappé d'incapacité par des attaques en 1923 et mourut finalement en 1924, Trotsky continua cette lutte avec d'autres membres du Parti bolchevique, formant l'Opposition de gauche en 1923.

Rogovin place les écrits de Trotsky et ceux publiés dans le Bulletin de l'Opposition par l’Opposition de gauche au centre de ce volume, montrant clairement qu'ils sont la clé pour déchiffrer l'histoire de la période. Les articles, les commentaires et la correspondance de Trotsky et du Bulletin, qui ont souvent été écrits par des opposants en URSS travaillant dans la clandestinité puis diffusés en secret, contiennent des aperçus remarquables sur le caractère de la société soviétique et esquissent une critique approfondie du stalinisme. De toutes les tendances d'opposition qui ont émergé en Union soviétique, seule «l'alternative de l'Opposition de gauche» – comme la caractérise Rogovin – était capable de défier et de vaincre fondamentalement le stalinisme.

Lorsque Les bolcheviks contre le stalinisme a été publié pour la première fois en russe en 1993, le matériel qu'il contenait était nouveau pour le lecteur soviétique. Trotsky avait été retiré des annales officielles de l'histoire soviétique. L'accent mis par Rogovin sur le caractère distinctif et l'importance de l'Opposition de gauche était, et demeure aujourd'hui, une réprimande ouverte aux falsificateurs de l'histoire soviétique de toutes les allégeances politiques. Il menait une bataille contre la puissante bureaucratie du Parti communiste et ses partisans dans l'intelligentsia, qui, avec l'aide de la falsification historique, restauraient le capitalisme face à une opposition sociale croissante.

En 1989, par exemple, une lettre envoyée au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev par un membre de la base du parti a déclenché un signal d'alarme. La division du Parti communiste responsable de son idéologie a dit que les sentiments exprimés dans la lettre étaient connus pour être «répandus (représentatifs) parmi la classe ouvrière». L'auteur de la lettre décrit le Parti communiste comme étant composé d'«opportunistes», d'«élites» et de bourgeois «nouveaux». Il appelait la classe ouvrière à «prendre les choses en main en tant que chef de son propre parti» afin de mener une «guerre de classes». La même année, des grèves massives des mineurs ont éclaté dans le pays. Armée de la connaissance de sa propre histoire, Rogovin comprit que la classe ouvrière soviétique pouvait être une force imparable.

Les bolcheviks contre le stalinisme commence avec la crise économique de 1927 et les travaux du 15e Congrès du Parti communiste, tenu en décembre de la même année. L’incapacité de Staline et des autres dirigeants à apporter des changements à la Nouvelle Politique économique (NPE) a conduit précisément aux problèmes prédits par l'Opposition de gauche: une crise des céréales, au cours de laquelle les paysans ont refusé de se séparer de leur récolte parce que les villes étaient incapables de produire les biens nécessaires à la campagne. La NEP a permis une production réglementée par l'État pour le profit dans les secteurs manufacturier et agricole. Le résultat fut l'émergence de couches aisées dans les villes (NEPmen) et dans les campagnes (koulaks, c'est-à-dire les couches les plus aisées de la paysannerie). Si cette politique a permis de relancer l'économie, elle s'est révélée incapable de résoudre les problèmes du secteur industriel du pays, dont le développement avait pris du retard.

Le livre décrit comment le Parti communiste, sous la direction de Staline et Boukharine, a réagi à la crise économique en intensifiant les attaques contre l'Opposition de gauche par des arrestations et des exils et une campagne de dénonciation implacable. Le fait d'être actif dans l'Opposition de gauche n'est pas seulement devenu un motif d'expulsion du parti, mais illégal selon l'article 58 du code pénal. Si le concept de «pression forcée sur les koulaks» a été formulé pour la première fois par Boukharine avant le 15e Congrès, Rogovine note qu'à l'issue du Congrès, il ne s'agissait pas d'une politique officielle, laquelle continuait d'être engagée en faveur de la préservation de la NEP.

Mais lorsque la crise des céréales explosa au début de 1928 et que la famine menaçait les villes, le Politburo se tourna vers des «mesures d'urgence» pour obliger les paysans à remettre leur récolte. Rogovin soutient que l'implication directe de Staline a été décisive pour faire avancer les répressions. Il a donné des ordres qui contrevenaient aux décisions du congrès du parti et à la loi soviétique. Il en résulta une montée du mécontentement dans les campagnes et des problèmes économiques qui se répandirent, que Staline chercha à mettre sur le compte des excès des responsables locaux et du prétendu sabotage des «éléments bourgeois.» Des directives furent émises en secret, alors que la crainte grandissait au sein de la direction de Staline que les trotskistes, qui avaient déjà fait une puissante critique des mesures d'urgence dans le Bulletin de l'Opposition et continuaient à avoir de l'influence dans les cellules du parti et les lieux de travail, ne profitent des échecs du régime.

Ce schéma de crises économiques et d'improvisations sauvages, associé à la désignation de responsables de niveau inférieur du parti et d'administrateurs de l'État comme boucs émissaires, à des violations flagrantes de la légalité soviétique, à la dénonciation et à la répression des opposants, à la domination par des décrets secrets et à la violence visant des segments clés de la population, se répétera sans cesse dans les années à venir, pour finalement dégénérer en collectivisation forcée et en purges de masse.

En 1929, la bureaucratie stalinienne a poursuivi ses efforts pour éliminer l'opposition en créant des divisions spéciales des services secrets pour rechercher les «droitiers» (ceux qui préconisaient un assouplissement des restrictions de l'économie de marché) et les trotskistes dans les organes du parti et dans les établissements de recherche scientifique et d'enseignement. Cela correspondait au passage des «mesures d'urgence» à une collectivisation forcée à grande échelle. En décembre 1929, utilisant une formulation qui n'avait pas été acceptée auparavant par le parti, Staline appela à la «dékoulakisation».

Les bolcheviks contre le stalinisme met en lumière la puissante critique faite de la collectivisation forcée et de ses conséquences inévitables par Trotsky et l'Opposition de gauche, et retrace les différentes étapes de la «guerre civile» contre la paysannerie, en documentant en détail les méthodes utilisées, les réactions violentes des villages, les efforts désespérés des organes locaux du parti pour mettre en œuvre des mesures imprudentes et impossibles, les souffrances humaines extraordinaires qui en ont résulté – y compris les famines en Ukraine et ailleurs qui ont coûté la vie à des millions de personnes – et les efforts de Staline pour couvrir les crimes de l'État et rejeter la responsabilité du désastre sur les paysans eux-mêmes, ainsi que sur les sous-fifres et les opposants politiques.

Stalin et Bukharin

Le volume examine le tribut payé par les masses ouvrières en raison de la collectivisation et de la course effrénée de Staline à l'industrialisation, fondée sur des exigences fantasques selon lesquelles l'Union soviétique dépasserait ses propres objectifs de développement planifiés. La propagation du travail à la pièce, l'accélération de la production, le rationnement de la nourriture dans les villes, l'inégalité croissante des salaires, les restrictions punitives sur la rotation de la main-d'œuvre, tout cela a contribué à la chute des conditions de vie des masses de travailleurs et à un fossé grandissant entre eux et les bureaucrates privilégiés alliés au régime stalinien. S'attaquant aux fondements sociaux du stalinisme, Rogovin rejette:

... la thèse favorite des «démocrates» contemporains selon laquelle Staline exprimait l'intérêt de nouvelles couches de la classe ouvrière non éduquée et dépolitisée formée dans les années du premier plan quinquennal, et que le «lumpen qui aspirait à l'égalitarisme» était devenu la base sociale du soutien au régime de Staline. En réalité, c'est précisément sur ces nouvelles couches de la classe ouvrière soviétique, qui constituent son segment le moins qualifié, que le fardeau de la législation répressive du travail de Staline est tombé particulièrement durement, car il a durci sans relâche les sanctions pour les «violations de la discipline du travail». (p. 283)

L'un des chapitres les plus remarquables du livre, «La signification sociale et de classe de la “grande percée”», traite des origines du stalinisme. Rogovin s’attaque aux affirmations de ceux qui soutiennent que le stalinisme est apparu uniquement dans la foulée de la NEP, lorsque l'industrialisation rapide et la collectivisation forcée se sont installées. Il insiste sur le fait que la NPE a en fait jeté les bases d'une croissance massive de la bureaucratie, car un énorme appareil administratif chargé de superviser la distribution et de gérer les relations de classe était nécessaire pour réguler l'économie de marché qui avait été légalisée dans les villes et à la campagne. Staline et ses alliés ont cultivé cette bureaucratie naissante en lui assurant l'accès à des privilèges. Cela s'est accompagné d'une attaque politique et idéologique contre le principe d'égalité. Tout en accommodant et en encourageant au départ la croissance des paysans aisés dans les villages et des couches de la petite-bourgeoisie dans les villes, la bureaucratie est finalement entrée en conflit avec eux, car la restauration complète du capitalisme aurait sapé son propre pouvoir et ses privilèges.

Les brusques revirements de la politique officielle et leurs conséquences calamiteuses, les tensions sociales extrêmes qui se développaient dans le pays et l'écrasement de la démocratie à l'intérieur du parti ont provoqué des vagues de mécontentement, de critique et d'opposition au sein du Parti communiste, même de la part des couches qui avaient auparavant joué un rôle central dans la purge de l'Opposition de gauche. Parfois, cela a pris la forme d'efforts organisés qui ont soulevé la nécessité d'écarter Staline du pouvoir. D'autres fois, cela s'est manifesté par des humeurs et des vues hostiles largement répandues dans les organes, les lieux de travail et les institutions du parti.

Rogovin présente aux lecteurs les vétérans qui s’opposaient à Staline et ceux qui ont été entraînés dans la lutte pendant les cinq années couvertes par son livre, en creusant leur biographie politique. Il caractérise en détail leurs programmes politiques, évalue leurs forces et leurs faiblesses, examine leur attitude face au trotskisme et documente leurs destins politiques.

Dans le récit de l'histoire des forces d'opposition en URSS, Nikolaï Boukharine occupe une place importante dans le livre. Un vieux bolchevik, proche camarade de Lénine et «droitier» qui avait préconisé l'extension des relations de marché, Boukharine avait été l'allié proche de Staline dans la répression des trotskistes. À la mi-juillet 1928, cependant, il étudiait la possibilité d'une alliance avec les anciens opposants Kamenev et Zinoviev, qui avaient récemment renoncé à leurs critiques et avaient été ramenés à Moscou. Kamenev décrit les vues de Boukharine comme étant celles d'une «haine absolue» et d'une «rupture absolue» avec Staline, combinées à l'hystérie. Rogovin note: «[Il] n'avait pas de programme politique précis et cohérent ni d'idée claire sur les méthodes à utiliser pour lutter contre Staline. Il était dans la panique et en proie à des humeurs conflictuelles qui se succédaient.» (p. 59)

Au cours des cinq années suivantes, Boukharine ne cessera de faire des reproches cinglants aux politiques et méthodes de Staline et aux distorsions de la théorie socialiste, mais il se montrera incapable de mener une lutte cohérente et de principe. Il vacillait, agissant parfois comme un partisan servile de Staline et suivant la ligne du parti. Pendant tout ce temps, il cherchait des alliés, se livrait à des escroqueries politiques et drapait ses critiques de Staline sous le manteau de l'antitrotskisme. Rien de tout cela n'a fonctionné à son avantage. L'accusation d'«ennemi du peuple» fut d'abord dirigée contre Boukharine et il fut persécuté en tant que «déviant de la droite». L'analyse de Rogovin sur l'histoire politique de «l'opposition de droite», sur les raisons pour lesquelles il n'y avait pas de bloc d'opposition «de droite et de gauche» et sur la chute de Boukharine est détaillée et convaincante.

Les coups politiques que Staline a portés contre ses adversaires n'ont cependant pas résolu les crises qui secouaient l'Union soviétique. L'opposition à son régime a continué d'émerger, tant dans les anciens que dans les nouveaux quartiers, et même parmi ceux que Staline a mis en déroute, expulsés du parti, rétrogradés, arrêtés et exilés. Le lecteur apprendra à connaître ces tendances d'opposition, les personnalités impliquées, leurs revendications, leurs documents, leurs efforts pour établir des contacts les uns avec les autres, leurs origines dans les différentes couches de la société, leur attitude envers l'Opposition de gauche et comment l'appareil stalinien a agi avec eux.

Rioutine et sa famille

En septembre 1930, par exemple, les ouvriers de Podolsk rencontrèrent les représentants des plus grandes usines de Moscou et envoyèrent une lettre à trois bolcheviks de premier plan dans laquelle ils dénonçaient «le régime autocratique et effréné de Staline» et menaçaient de lancer un appel aux masses. À peu près à la même époque, un groupe d'opposition s'est formé autour de Sergueï Syrtsov, un dirigeant du parti et de l’État, et a attiré d'autres personnalités de haut niveau dans un «bloc de droite et d'extrême gauche» autoproclamé, qui était en contact avec des personnalités politiques extrêmement proches de Staline. En 1932, l'Union des marxistes-léninistes, organisée par M.N. Rioutine et V.N. Kaïourov, produit un long document, «Staline et la crise de la dictature prolétarienne». Rogovin utilise la plateforme de Rioutine tout au long du livre et fait une analyse minutieuse du caractère politique du document, en considérant ce qu'il exprime sur la perspective des forces qui se rassemblent contre Staline et leurs attitudes envers l'Opposition de gauche.

Les bolcheviks contre le stalinisme montre clairement que le stalinisme était en crise politique constante, alors que la croissance de la bureaucratie, l'étranglement de la démocratie soviétique, l'exploitation intense de la classe ouvrière et la guerre contre la paysannerie entraient en conflit avec les traditions et le cadre socialiste révolutionnaire de l'Union soviétique. Rogovin écrit:

Que Staline connût bien la «plate-forme de Rioutine»; les lettres de l'URSS publiées dans le Bulletin de l'opposition; les documents d'enquête et les rapports des agents de la GPU, enregistrant l'activité et les humeurs des anciens et des nouveaux groupes d'opposition: tout cela montrait que non seulement beaucoup d'anciens opposants étaient vivement opposés à sa politique, mais même beaucoup de communistes qui n'avaient participé dans les années 1920 à aucune opposition, et qui avaient voté «à l'unanimité» lors des réunions officielles du parti. (p. 424)

Même les purges de masse de cette période, qui ont chassé 800.000 personnes du Parti communiste, n'ont pas pu stabiliser le régime. L'Opposition de gauche, travaillant en exil, s'est battue pour établir un contact avec les tendances d'opposition se développant à l'intérieur de l'URSS. Le décor était planté pour la Grande Terreur, dont Rogovin traite dans les volumes suivants de la série.

Trotsky et l'opposition de gauche et Zinoviev

Le livre contient également une discussion fascinante sur le programme qui a conduit à la réhabilitation des victimes de Staline pendant le règne de Khrouchtchev et plus tard. Bien que certaines vérités aient été admises, de nouvelles falsifications ont été développées afin de nier qu'il existait de véritables opposants à Staline et une alternative fondamentale à son règne. Une des caractéristiques les plus intéressantes de ce volume est la capacité de Rogovin à expliquer au lecteur les débats politiques et historiographiques contemporains entourant l'histoire soviétique.

Par exemple, Rogovin écrit:

À la fin des années 1980, la plupart des ouvrages consacrés à une critique du stalinisme s'intéressaient à son côté répressif extrêmement cruel, mais ne révélaient pas son aspect commun, quotidien, exprimé par des contrastes sociaux frappants... Le porteur de ces tendances souhaitait que le résultat de la «perestroïka» soit une société avec une différenciation sociale aussi forte que sous Staline, mais qui permettrait d'éviter les mesures répressives de Staline... L'héritage idéologique et psychologique du stalinisme était profondément enraciné dans la conscience de ceux qui, pendant les années de stagnation et de «perestroïka», étaient enclins à cultiver des humeurs d'élitisme, de clanisme et une mentalité de caste qui était répandue à l'époque de Staline. (p. 296)

Les derniers chapitres de Les bolcheviks contre le stalinisme traitent de l'arrivée au pouvoir d'Hitler en Allemagne, de la responsabilité de la bureaucratie stalinienne pour ce crime, et de la réponse de l'Opposition de gauche. Trotsky appellera à la formation d'une nouvelle Internationale communiste en 1933, ce qu'il réalisera avec la fondation de la Quatrième Internationale en 1938. L'internationalisme de l'Opposition de gauche était distinctif et c'est ce qui a permis au mouvement d'être l'opposant le plus intransigeant et le plus inébranlable de Staline. Les politiques intérieures monstrueuses mises en œuvre sous Staline, la croissance d'une bureaucratie privilégiée, l'attaque contre l'égalité sociale, la répression de la démocratie au sein des partis, tout cela découlait, disait Trotsky, du rejet de la révolution mondiale par Staline et de la promotion du nationalisme russe.

En dehors de cet épisode crucial, les événements internationaux ne sont pas au centre des préoccupations de Les bolcheviks contre le stalinisme, qui se concentrent sur l'histoire du stalinisme et les oppositions à l'intérieur des frontières de l'Union soviétique. Comme la pensée de Rogovin a évolué dans les années à venir en raison de ses relations politiques étroites avec le Comité international de la Quatrième Internationale, il consacrera une attention toujours plus grande à la bataille du stalinisme contre la révolution mondiale dans les cinq volumes suivants de sa série, Y avait-il une alternative?

Il est difficile d'exagérer l'exploit de Rogovin avec Les bolcheviks contre le stalinisme. Il combine une recherche novatrice avec une histoire pénétrante et dramatique. Il redonne à Trotsky et à l'Opposition de gauche la place qui leur revient dans l'histoire soviétique. Les lecteurs qui entrent en contact avec cet ouvrage seront profondément touchés – dans tous les sens du terme, politiquement, psychologiquement, intellectuellement – et encouragés à rechercher la pleine vérité de la lutte contre la contre-révolution stalinienne.

Les bolcheviks contre le stalinisme 1928-1933: Léon Trotsky et l'Opposition de gauche est disponible (en anglais) chez Mehring Books.

(Article paru en anglais le 21 décembre 2019)