Non à la guerre criminelle de Trump contre l'Iran!

Par Le Comité de rédaction international du World Socialist Web Site
7 janvier 2020

Le World Socialist Web Site condamne catégoriquement l'assassinat du général Qassem Suleimani, le 3 janvier dernier, à l'aéroport international de Bagdad.

Le tir du missile du drone qui a tué Suleimani et neuf autres personnes est un acte de meurtre flagrant, passible de poursuites - si les lois pénales étaient appliquées - en vertu à la fois du droit international et du droit américain.

Le meurtre de Souleimani, le chef de la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien, largement considéré comme le deuxième personnage le plus important du gouvernement iranien, a donné lieu à des manifestations massives tant en Irak qu'en Iran et est largement considéré au Moyen-Orient comme une déclaration de guerre des États-Unis contre toute la région.

Le gouvernement iranien a promis des représailles. L'ayatollah Ali Khamenei, le chef suprême de l'Iran, a déclaré que le pays prendrait «une revanche énergique». Étant donné le niveau de la colère populaire, en faire moins risquerait de faire perdre le contrôle de l'Iran même.

En Iran, les foules qui se sont rassemblées pour rendre hommage à Souleimani et aux autres personnes tuées dans l'attaque - en tout, cinq Iraniens et cinq Irakiens ont été assassinés lors de l'attaque du drone - se comptent par millions alors que le cortège funèbre a fait son chemin d'Ahvas à Mashhad et finalement à Téhéran.

A Bagdad, plus de 100.000 personnes ont défilé pour protester contre l'assassinat, en scandant

«Mort à l'Amérique», dans ce qui a été qualifié de la plus grande manifestation publique en Irak depuis le renversement de la monarchie en 1958.

Sous le poids de cet immense déferlement d'hostilité populaire, le Parlement irakien a voté dimanche à une écrasante majorité une résolution exigeant l'expulsion des forces militaires américaines d'Irak. Alors que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a indiqué que Washington ignorerait tout ordre de retrait irakien, les 5000 soldats américains actuellement déployés ont abandonné leur ostensible mission de formation des forces de sécurité irakiennes, de peur que les soldats irakiens ne retournent leurs armes contre leurs instructeurs, et se préparent à des attaques.
Le président Donald Trump a répondu aux déclarations de Khamenei par une série de menaces de plus en plus frénétiques diffusées sur Twitter. Il a d'abord prétendu avoir sélectionné 52 cibles en Iran, «représentant les 52 otages américains pris par l'Iran il y a de nombreuses années». Il s'agit, dit-il, de sites importants pour la «culture iranienne». Une telle attaque s'ajouterait à la liste des actes illégaux du gouvernement américain.

Dans les tweets qui ont suivi, le président américain a promis de frapper l'Iran «plus fort que

jamais» et a déclaré que ses déclarations sur Twitter servaient de «notification au Congrès des États-Unis que si l'Iran frappait une personne ou une cible américaine, les États-Unis riposteraient rapidement et complètement, & peut-être de manière disproportionnée». Une telle notification légale n'est pas requise, mais elle est néanmoins donnée!

Les menaces insensées de Trump sont calculées pour enflammer la situation et ne laisser au gouvernement iranien, qui subit une immense pression populaire, d'autre choix que de prendre des mesures de rétorsion violentes. Cela peut sembler de la pure folie, compte tenu des conséquences d'une guerre avec l'Iran. Mais ce serait le comble de la naïveté politique que de croire que l'attaque contre Souleimani a été ordonnée par Trump dans un accès de colère personnelle.

L'ordre a été donné par Trump dans l'intention délibérée de provoquer la guerre. Il y a une méthode à cette folie. C'est une tentative de trouver un moyen de sortir de la crise, internationale et nationale, de plus en plus désespérée du capitalisme américain par des actes de violence spectaculaires.

L'assassinat de Suleimani n'est pas un événement isolé, mais plutôt le début d'une nouvelle guerre. Il marque une ligne de démarcation entre un «avant» et un «après» non seulement au Moyen-Orient, mais aussi au niveau international. Les futurs historiens traiteront ce crime d'État avec la même importance que l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo en 1914.

Personne ne devrait faire l'erreur de sous-estimer les conséquences de la guerre avec l'Iran. Le développement du conflit va rapidement acquérir une dimension mondiale. Ce n'est qu'une question de temps avant que la logique du conflit - qui affecte les intérêts vitaux d'innombrables États sur la vaste masse terrestre eurasienne - n'entraîne de nombreux pays dans le tourbillon de la guerre. Ni le gouvernement russe ni le gouvernement chinois ne pourront accepter le contrôle américain sur l'Iran. Le gouvernement indien ne pourra pas rester les bras croisés alors que le Pakistan est totalement déstabilisé par le conflit américano-iranien.

De plus, l'armée américaine - malgré tous les milliers de milliards de dollars qui ont été gaspillés en armement - n'est pas préparée à la résistance de masse qu'elle rencontrera. Ayant été incapables d'imposer leur volonté à l'Irak et à l'Afghanistan, même après des décennies de guerre, les États-Unis constateront que la guerre avec l'Iran mène à une catastrophe militaire et politique.

Pourquoi, donc, l'administration Trump s'est-elle engagée dans cette voie désastreuse ?

First, the decision to launch a war against Iran is bound up with the rolling out of a new strategic doctrine in 2018 based on a shift from the “war on terrorism” to the preparation for wars arising from “great power competition.” The imposition of a colonial-style puppet regime in Tehran and control over the Persian Gulf’s energy supplies is seen by Washington as an essential preparation for war with Russia and China. Significantly, in the recently passed trillion-dollar military budget, a budget for world war, the Democrats and Republicans removed language that would have required the US president to seek congressional authorization before launching a military attack on Iran.

Tout d'abord, la décision de lancer une guerre contre l'Iran est liée au déploiement d'une nouvelle doctrine stratégique en 2018, basée sur le passage de la " guerre contre le terrorisme " à la préparation de guerres découlant de la " compétition des grandes puissances ". L'imposition d'un régime fantoche de type colonial à Téhéran et le contrôle des approvisionnements énergétiques du Golfe persique sont considérés par Washington comme une préparation essentielle à la guerre avec la Russie et la Chine. Fait significatif, dans le budget militaire de mille milliards de dollars récemment adopté, un budget pour la guerre mondiale, les démocrates et les républicains ont supprimé les termes qui auraient obligé le président américain à demander l'autorisation du Congrès avant de lancer une attaque militaire contre l'Iran.

Deuxièmement, et ce n'est pas moins important, la décision imprudente de faire la guerre reflète le désespoir de la classe dirigeante américaine face à la croissance du conflit de classes aux États-Unis. Son anxiété face à l'intensification de la colère sociale et à la montée du sentiment anticapitaliste est aggravée par le fait que toute l'économie américaine dépend du recours illimité à la planche à billets, connue sous le nom d'«assouplissement quantitatif», effectuée pour empêcher un effondrement général des marchés financiers.

La classe dirigeante américaine est bien consciente des implications révolutionnaires de la crise, et c'est ce sentiment de danger ultime qui sous-tend le caractère imprudent de ses actions. Face à l'accumulation de crises économiques, sociales et politiques qui s'entremêlent et sont insolubles, l'administration Trump joue sur la guerre, non seulement pour détourner et distraire le public, mais aussi pour légitimer l'intensification de la répression étatique et des attaques contre les droits démocratiques fondamentaux.

Ce n'est pas un hasard si, quelques heures après le meurtre de Suleimani, des contingents de police militarisée lourdement armés patrouillaient les rues des grandes villes américaines.

La situation qui prévaut aujourd'hui aux États-Unis - et, d'ailleurs, dans tous les grands pays capitalistes d'Europe occidentale - ressemble à celle qui existait dans l'Allemagne nazie à la veille de la Seconde Guerre mondiale. En 1938, le régime d'Hitler, ayant accumulé des dettes massives et insoutenables pour maintenir l'économie à flot et financer le renforcement militaire, a vu dans la guerre le seul moyen de sortir du désastre imminent. Un historien a décrit la situation qui se présentait à Hitler comme suit :

«La seule "solution" ouverte à ce régime des tensions et crises structurelles produites par la dictature et le réarmement était plus de dictature et plus de réarmement, puis l'expansion, puis la guerre et la terreur, puis le pillage et l'esclavage. L'alternative la plus évidente et la plus fréquente était l'effondrement et le chaos, et donc toutes les solutions étaient des affaires temporaires, mouvementées, au jour le jour, des improvisations de plus en plus barbares autour d'un thème brutal.» [Nazism, Fascism and the Working Class, par Tim Mason (Cambridge, 1995), p. 51]

L'imprudence américaine a créé la division et la consternation en Europe. Les chefs d'État et les ministres des affaires étrangères parlent tous de «désescalade», alors même que leurs propres gouvernements renforcent frénétiquement leurs forces armées. Le Secrétaire d’État américain voyou Mike Pompeo a condamné les Européens pour ne pas avoir été «aussi utiles que je le souhaiterais», ajoutant: «Les Britanniques, les Français, les Allemands doivent tous comprendre que ce que nous avons fait, ce que les Américains ont fait, a sauvé des vies en Europe également.» Tout le monde, bien sûr, sait que c'est un mensonge et que l'attaque ne peut que produire un nouveau bain de sang. Néanmoins, malgré leurs réticences, les gouvernements européens, embourbés dans la crise, se rangent derrière l'administration Trump.

Les médias américains s'efforcent, comme toujours, de créer une psychologie de guerre au sein du public américain. Même ceux qui expriment des doutes sur les implications de l'action de Trump formulent invariablement leurs timides critiques en dénonçant Suleimani comme un «mauvais acteur» et même un «terroriste», qui serait responsable de la mort de centaines de soldats américains.

Tout cela n'est qu'un tissu de mensonges. Souleimani a dirigé des forces qui ont vaincu à la fois les filiales d'Al-Qaïda soutenues par les États-Unis en Syrie et l'EI, le monstre de Frankenstein de Washington, en Irak. Il n'est pas impliqué dans les crimes qui ont résulté de la guerre d'agression américaine en Irak, qui a tué plus d'un million de personnes et a produit des horreurs telles que le massacre de Falloujah et les chambres de torture d'Abu Ghraib. Quant aux soldats américains morts en Irak, leur sang est sur les mains de l'administration Bush et des démocrates qui ont soutenu leur envoi dans une «guerre de choix» fondée sur le mensonge.

Dans sa déclaration du Nouvel An, le World Socialist Web Site a écrit :

«Le mouvement vers une troisième guerre mondiale, qui menacerait l'humanité d'extinction, ne peut être arrêté par des appels humanitaires. La guerre est née de l'anarchie du capitalisme et de l'obsolescence du système d'États-nations. Par conséquent, elle ne peut être arrêtée que par la lutte mondiale de la classe ouvrière pour le socialisme.»

La nouvelle décennie n'a même pas une semaine, mais cet avertissement est déjà justifié.

(Article paru en anglais le 6 janvier 2020)