«Le temps est venu de lutter pour un véritable socialisme et la fin de l'exploitation capitaliste»

Le candidat du PES à la présidence américaine, Joseph Kishore, ouvre la campagne 2020 en s'adressant aux étudiants et à ses partisans dans le Michigan

Par nos correspondants
31 janvier 2020

Pour plus d'informations sur la campagne présidentielle du PES et pour vous impliquer, visitez socialism2020.org.

Joseph Kishore, le secrétaire national du Parti de l'égalité socialiste (PES) et son nouveau candidat à la présidence des États-Unis pour les élections de 2020, a lancé la campagne du parti par une réunion à l'université du Michigan (UM), Ann Arbor, lundi soir. Pour plus d'informations sur la campagne présidentielle du PES et pour vous impliquer, visitez socialism2020.org.

Le rapport de Kishore, «La résurgence de la lutte des classes et la lutte pour le socialisme en 2020», s'est concentré sur la croissance des grèves et des protestations en 2019 et 2020 qui ont eu lieu dans un contexte de violence impérialiste croissante, d'escalade des attaques contre les droits démocratiques et de recours par la classe dirigeante au fascisme et à la dictature. L'événement a été parrainé par l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE: Étudiants et jeunes internationalistes pour l'égalité sociale) de l'UM.

Joseph Kishore addressing the meeting in Ann Arbor, Michigan

La classe ouvrière américaine et internationale est confrontée à une alternative claire, a déclaré Kishore: la barbarie capitaliste ou le socialisme international. L'enrichissement d'une élite dirigeante parasitaire coïncide avec une guerre sans fin qui menace le monde entier. «Toute la réaction du passé revient», a déclaré Kishore, «le fascisme, l'antisémitisme, la détention massive d'immigrants et de réfugiés... Sans un changement révolutionnaire du système social, la société humaine elle-même risque de s'effondrer».

«La classe ouvrière, cependant, a commencé à se battre». L'année dernière, a déclaré Kishore, des manifestations et des grèves de masse ont eu lieu au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis, où a eu lieu une grève de 40 jours des travailleurs de l'automobile de GM.

Les stratèges de la classe dirigeante en avaient pris note, le Financial Times comparant 2019 aux années révolutionnaires de 1848, 1917 et 1968 et notant craintivement que 2020 semble être encore plus explosive. Un autre reportage faisait référence à une année de révolutions radicales, «comme nous n'en avons jamais vu». La seule consolation pour ces auteurs est que les bouleversements de l'année passée étaient apparemment «sans dirigeant».

«La question de la direction est en effet cruciale», a déclaré Kishore. «Les travailleurs sont en mouvement. Cependant, pour que les luttes de la classe ouvrière réussissent, il leur faut un programme politique et un parti, c'est-à-dire une direction».

Kishore a souligné l'importance de l'énorme croissance des inégalités sociales, qui suscite un intérêt généralisé pour le socialisme. En 2019, a-t-il rapporté, les 500 personnes les plus riches ont augmenté leur richesse d'un total de 1,2 mille milliards de dollars, une somme presque suffisante pour effacer toute la dette des étudiants américains (1,5 mille milliards de dollars), couvrir deux fois la totalité des dépenses en éducation publique aux États-Unis (700 milliards de dollars), ou éliminer vingt fois la dette étouffante de Porto Rico (74 milliards de dollars).

Les niveaux d'inégalités sociales sans précédent sont le résultat des politiques mises en place à la fois par les démocrates et les républicains. Le résultat, a déclaré Kishore, a été une «catastrophe sociale» subie par la classe ouvrière sous la forme de suppressions d'emplois, de réductions de salaires, d'élimination des programmes sociaux et de désespoir dans les villes en raison de la désindustrialisation.

Le budget militaire américain gargantuesque (738 milliards de dollars) est à la fois une énorme perte de ressources sociales et un danger menaçant pour le monde, a déclaré MKishore, qui a ensuite passé en revue le bilan des 25 dernières années de guerre sans fin menée par les États-Unis, en particulier contre l'Irak et l'Afghanistan, avec son lot de millions de victimes.

La mise en accusation de Trump par les démocrates – dont le procès était en cours lundi soir – est menée sur la base la plus à droite et accroit, plutôt que diminue, le danger de guerre. Kishore a noté les commentaires d'Adam Schiff, le principal responsable démocrate du processus de destitution à la Chambre des représentants, selon lesquels des fonds pour l'Ukraine étaient nécessaires afin que le pays puisse combattre la Russie «là-bas pour que nous n'ayons pas à les combattre ici».

Ce à quoi Kishore a répondu en demandant: «Et qui a demandé au peuple américain s'il voulait une guerre avec la Russie, soit là-bas, soit ici?»

Kishore a repris le thème de la nécessité de développer une direction politique au sein de la classe ouvrière, ce qui, selon lui, ne consiste pas simplement à alerter les travailleurs sur les inégalités sociales croissantes ou même sur la montée du militarisme, aussi cruciales que soient ces tâches. Au contraire, a-t-il dit à l'auditoire, il est nécessaire d'expliquer les méthodes et les objectifs de ceux qui cherchent à bloquer la classe ouvrière et à la lier politiquement à la classe dominante.

Une partie importante du rapport a été consacrée à une analyse du Projet 1619 du New York Times. L'auteur principal du projet, Nikole Hannah Jones, s'est exprimé mercredi sur le campus de l'Université du Michigan. Kishore a expliqué que le World Socialist Web Site a joué le rôle principal dans la divulgation des falsifications historiques et des motivations politiques impliquées dans l'effort du New York Times, le média du Parti démocrate, utilisé pour réécrire l'histoire.

L'objectif, a déclaré Kishore, est d'établir un nouveau récit qui place la «race» et le conflit racial au centre de l'histoire américaine et de la politique contemporaine. «Le but est de promouvoir les conflits raciaux au moment même où des masses de travailleurs et de jeunes du monde entier entrent en lutte pour des questions de classe». Il a noté que Hannah-Jones a déclaré que la race est «tout aussi matérielle que la classe», ce qui signifie qu'il existe, objectivement, des intérêts raciaux.

Le reste du rapport de Kishore et plusieurs questions du public concernaient le rôle de Bernie Sanders. Le sénateur du Vermont a progressé dans les sondages d'opinion, en particulier dans l'Iowa et le New Hampshire, où des primaires sont prévues dans les deux semaines à venir, sur la base de son appel à l'opposition aux inégalités sociales et à la guerre. Les questions portaient sur le rôle de l'establishment du Parti démocrate dans l'opposition à une nomination Sanders en 2016 et sur la question de savoir si une administration Sanders créerait un plus grand espace pour les candidats socialistes.

En réponse, Kishore a expliqué que le rôle de Sanders est de canaliser l'opposition sociale derrière le Parti démocrate et de bloquer un mouvement politique indépendant de la classe ouvrière. S'il devait devenir président, a-t-il ajouté, Sanders jouerait un rôle similaire à celui de Syriza (la «Coalition de la gauche radicale») en Grèce, qui a mis en œuvre les diktats des banques et a servi de ligne de front de la politique anti-réfugiés de l'Union européenne.

En conclusion, Kishore est revenu sur le rôle que les travailleurs et les jeunes doivent jouer en 2020. «Le temps est maintenant venu de lutter pour un véritable socialisme et pour mettre fin à l'exploitation capitaliste», a-t-il déclaré. Il a exhorté tous les participants à soutenir la campagne électorale du PES.

Plusieurs étudiants sont restés après la présentation et la période de questions officielle pour parler en petits groupes et rencontrer le candidat.

Un étudiant de Chine, Zhehao, qui était venu aux réunions précédentes a été particulièrement attiré par la position de principe du PES contre le Projet 1619. Il s'est toutefois inquiété du fait que le PES accordait autant d'importance aux questions politiques théoriques par rapport aux questions de salaire, de conditions de travail et d'endettement des étudiants. Il est resté pour une discussion variée avec un partisan du PES.

Roman, un vendeur au détail, s'est montré très intéressé par l'unification internationale des luttes de la classe ouvrière que Kishore avait abordées dans le rapport. «Je comprends que les travailleurs devraient être, et sont en fait, connectés», a-t-il déclaré. «Mais pour l'instant, je veux savoir comment nous pouvons réaliser ce genre d'internationalisme s'il n'existe pas encore dans nos propres frontières».

Les partisans du PES ont discuté du type d'initiative politique nécessaire pour combattre le poison nationaliste répandu par les syndicats, qui s'efforcent d'isoler les luttes des travailleurs. Roman a voulu en savoir plus et a conclu en disant: «Je prévois de venir à toutes les réunions du PES que je peux. Je suis certainement intéressé par cette campagne».

Vanessa et Michaela, toutes deux étudiantes et travailleuses, ont exprimé leur soutien à la campagne du PES après la réunion en s'entretenant avec des partisans du PES. Vanessa a mentionné son intérêt pour la campagne de Sanders, mais a ajouté que la réunion lui avait donné à réfléchir, en disant: «Je me rends compte qu'il y a des gens à ma gauche, et je pense que je dois avoir une pensée plus critique» sur Sanders. En 2020, elle ne voulait pas s'adapter cette fois à la pression de choisir «le moindre des deux maux».

Michaela and Vanessa

Michaela, elle aussi, avait été attirée par la campagne de Sanders, mais elle envisageait la situation politique dans son contexte mondial. «Je m'intéresse vraiment à la façon dont se produit la révolution réelle, la mobilisation par le biais de manifestations et comme ce que nous voyons au Chili. Comment pouvons-nous faire en sorte que cela se produise dans les universités américaines?»

Pour plus d'informations sur la campagne présidentielle du PES et pour vous impliquer, visitez socialism2020.org.

(Article paru en anglais le 29 janvier 2020)