La ministre allemande de l'Éducation soutient le professeur d'extrême droite Jörg Baberowski

Par Johannes Stern
21 février 2020

La Fondation Konrad Adenauer (KAS), qui s'aligne sur l'Union chrétienne-démocrate (CDU), le plus grand parti du gouvernement fédéral allemand, a organisé le 12 février un symposium intitulé «La liberté du savoir: L’objectif et la réalité d'une valeur fondamentale».

Aux côtés de la ministre de l'Éducation Anja Karliczek, de l'ancien président du Parlement allemand Norbert Lammert et du président de l'Association des professeurs d'université Bernhard Kempen, le professeur d'extrême droite Jörg Baberowski était assis sur la plate-forme. Leur présence est documentée sur le site officiel de la KAS.

Quelques jours auparavant, Baberowski a fait une démonstration révélatrice de ce qu'il entend par «liberté d'expression». Il a arraché les affiches électorales de l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE – Étudiants et jeunes internationalistes pour l'égalité sociale) d'un tableau noir sur le campus de l'université Humboldt et les a détruites. Lorsqu'il s'est rendu compte que Sven Wurm, le porte-parole de l' IYSSE à l'université, filmait ses actions, Baberowski s'en est pris à lui et l'a menacé en lui disant: «Dois-je te frapper au visage?» L'incident a été enregistré sur vidéo.

Baberowski holding torn-down IYSSE posters

Les attaques de Baberowski contre les étudiants critiques n'ont dérangé personne lors de l'événement de la KAS. Comme la présidente sociale-démocrate de l'université Humboldt, Sabine Kunst, le gouvernement allemand soutient le professeur d'extrême droite. Karliczek avait déjà déclaré son soutien à Baberowski dans une déclaration officielle publiée en 2019.

«Les récents incidents et perturbations de l'enseignement et des activités scientifiques dans certaines universités sont des signes avant-coureurs. Les universitaires et les étudiants devraient être autorisés à être, en fait doivent être, stimulants et capables d'examiner publiquement des sujets controversés», a déclaré Karliczek dans son discours d'introduction.

Le président de l'Association allemande des professeurs et maîtres de conférences universitaires, Bernhard Kempen, qui est également un défenseur notoire de Baberowski, a clairement indiqué dans le débat qui a suivi le type de professeurs «stimulants» que Karliczek avait à l'esprit.

Le rapport officiel de la réunion a déclaré: «Les incidents impliquant des universitaires controversés comme Jörg Baberowski, Berndt Lucke et Herfried Münkler, qui ont conduit à des protestations dans les universités, «représentent un changement qualitatif dans le spectre du débat scientifique», a déclaré Kempen, qualifiant cette évolution de «dangereuse».

Kempen s'est prononcé en faveur «d'une prise de position claire des universités». Elles ne doivent pas être considérées à tort comme une zone de protection où chaque groupe peut déterminer ce qui peut être ou ne pas être dit en matière d'études savantes.»

Les opinions «savantes» qui, selon Kempen, ne devraient pas être critiquées par les étudiants sont en fait des positions d'extrême droite qui ont longtemps été considérées comme «inacceptables» dans les universités allemandes. Et pour cause. Après les crimes des nazis et les deux guerres mondiales, qui ont été lancées depuis le sol allemand, il a été jugé inacceptable de banaliser Hitler et le Troisième Reich et de défendre des positions d'extrême droite et militaristes.

Mais ce consensus a pris fin il y a longtemps. Les médias et les hommes politiques font l'éloge des extrémistes de droite, des militaristes et des membres du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD) en les qualifiant d'«universitaires» honorables et dénoncent les critiques dont ils font l'objet comme des attaques contre la «liberté du savoir».

Baberowski, qui dirige le département d'histoire de l'Europe de l'Est à l'université Humboldt, est l'apologiste nazi le plus connu des historiens allemands, après la mort d'Ernst Nolte. Il l'a déclaré à Der Spiegel en 2014: «Hitler n'était pas un psychopathe, et il n'était pas brutal. Il ne voulait pas parler de l'extermination des Juifs à sa table.»

En janvier de cette année, il a déclaré à la Frankfurter Allgemeine Zeitung que Hitler «ne voulait rien savoir d'Auschwitz», l'un des principaux mensonges véhiculés par les négationnistes de l'Holocauste. Les travaux «savants» de Baberowski se caractérisent par une banalisation des nazis et des crimes du Troisième Reich.

Münkler, aujourd'hui professeur émérite, est l'un des principaux va-t-en-guerre et stratèges de grande puissance de l'impérialisme allemand. Dans son essai de 2015, «Le pouvoir au centre», il a demandé que l'Allemagne assume le rôle de puissance hégémonique de l'Europe en devenant un «chef exigeant», plutôt que de rester un «trésorier». Dans des interviews et des discours, il a lancé un appel à l'achat et à l'utilisation de drones armés, a décrit le gaz toxique comme une arme «humaine» et s'est plaint que dans une «société post-héroïque», les gens ne soient plus prêts à sacrifier leur vie pour des intérêts économiques et géostratégiques.

Lucke, qui a été la cible de protestations à l'université de Hambourg, est le fondateur de l'AfD, dont le président honoraire, Alexander Gaulland, glorifie la Wehrmacht et décrit le régime nazi comme «une crotte d'oiseau dans plus de 1000 ans d'histoire allemande couronnée de succès».

Le dirigeant de l'AfD en Thuringe, Björn Höcke, avec qui Lucke a célébré lors d'une fête électorale lorsqu'il était chef de l'AfD, est un fasciste. Il a mis en garde dans un livre contre une «mort imminente du peuple due au remplacement de la population» et a préconisé l'expulsion forcée des personnes «culturellement étrangères» d'Allemagne par le biais d'un «projet de ré-émigration à grande échelle».

Lucke défend également des points de vue racistes et a notamment qualifié les réfugiés de «la lie de la société». Cela n'a pas empêché le gouvernement de l'État social-démocrate/Vert de Hambourg d'imposer le retour de Lucke à l'université en déployant la police pour s'opposer à la résistance des étudiants.

La défense acharnée de Baberowski par le gouvernement allemand et la défense agressive des professeurs de l'AfD comme Lucke doivent être considérées comme un avertissement. Dans un contexte de crise capitaliste la plus profonde depuis les années 1930, de conflits croissants entre les grandes puissances et de la préparation de nouvelles guerres, l'élite dirigeante ne se contente pas de s'aligner sur les forces d'extrême droite, elle adopte également leurs méthodes.

L'assaut physique de Baberowski contre Wurm donne un avant-goût du type de régime que l'élite dirigeante cherche à établir en Allemagne, 75 ans après l'effondrement du troisième Reich, afin d'imposer son programme de militarisme, de renforcement de l'appareil d'État répressif et d'application des attaques contre les services publics et le niveau de vie des travailleurs.

Si les menaces vulgaires et les attaques physiques de Baberowski contre les étudiants sont apparemment protégées par la «liberté académique», les critiques de ses positions de droite ne le sont pas. La raison n'est pas difficile à comprendre. Les positions du professeur de droite sont partagées par le gouvernement. La décision des sociaux-démocrates, de la CDU et de l'Union chrétienne-sociale de poursuivre la grande coalition après les élections fédérales de 2017 a fait de l'AfD le principal parti d'opposition au Parlement allemand. Depuis lors, ils ont intégré les extrémistes de droite dans les affaires parlementaires et ont adopté leur agitation et leurs politiques.

L'armement de la grande coalition comprend la banalisation des nazis et la lutte contre la gauche. De manière significative, Baberowski jouera un rôle important cette année lors des cérémonies officielles commémorant la fin de la Seconde Guerre mondiale. L'idéologue d'extrême droite prendra la parole lors d'un événement organisé par l'Association des Mémoriaux de Saxe le 4 mai aux côtés du secrétaire d'État parlementaire au ministère de la Défense, Peter Tauber.

Dans le dernier rapport du Verfassungsschutz (l'agence de renseignement intérieur), le gouvernement de grande coalition inclut pour la deuxième fois consécutive le Sozialistische Gleichheitspartei (SGP – Parti de l'égalité socialiste) comme «objet de surveillance», car, selon l'accusation du ministère de l'Intérieur, il préconise un programme socialiste «contre l'État et l'ordre social existants, qu'il calomnie universellement comme étant capitalistes, contre l'UE, contre le prétendu nationalisme, et contre le militarisme et l'impérialisme».

Le SGP a intenté un procès au Verfassungsschutz en 2019 et dans sa déclaration «Non à la conspiration de droite! Défendons le Parti de l’égalité socialiste contre les services secrets Verfassungsschutz!», elle lançait l’avertissement: «En attaquant le SGP, cette agence criminelle veut constituer un précédent pour un nouveau type de poursuite judiciaire des délits d’opinion, visant tout individu critique de la situation sociale et politique réactionnaire actuellement existante. Les grévistes feraient l’objet de poursuites, ainsi que les libraires qui vendent des ouvrages marxistes, ou les artistes, journalistes et intellectuels critiques».

Les attaques de Baberowski contre les étudiants de gauche et le soutien du gouvernement à son égard soulignent à quel point ce processus est avancé. Il est grand temps d'agir. Nous appelons tous ceux qui défendent les droits démocratiques et qui veulent s'opposer à la renaissance du fascisme et du militarisme à nous contacter aujourd'hui et à se joindre à la lutte pour une contre-offensive socialiste.

L’auteur recommande aussi:

Le spectre des années 1930
Il faut sonner l’alarme! La conspiration politique et la résurgence du fascisme en Allemagne [15 février 2020]

L'Allemagne: les « correspondances berlinoises » ou l’université Humboldt au service du militarisme [22 juin 2016]

(Article paru en anglais le 20 février 2020)