Chine: un blog d’un ouvrier de la construction de l'hôpital COVID-19 devient viral avant d'être effacé

Par notre correspondant en Chine
31 mars 2020

Alors que les médias et les sites en ligne chinois étaient presque submergés par les éloges officiels sur la réponse du gouvernement à la pandémie de COVID-19, un travailleur migrant impliqué dans la construction rapide des hôpitaux de Wuhan pour le traitement du coronavirus a attiré l'attention du public cette année.

Il a publié un blog sur les médias sociaux qui mettait à nu la terrible situation des ouvriers du bâtiment, soulignant ainsi la réalité sociale brutale à laquelle est confrontée l'ensemble de la classe ouvrière chinoise.

L'ouvrier a participé à la construction de l'hôpital Leishenshan, l'un des deux hôpitaux temporaires construits par des milliers d'ouvriers en deux semaines seulement pendant la période initiale de la pandémie. Des milliers de travailleurs sont arrivés de toute la Chine pour travailler 24 heures sur 24 sur les deux sites.

Des travailleurs migrants de la construction à Pékin

Le gouvernement a utilisé la construction rapide des deux hôpitaux comme un outil de propagande pour promouvoir le nationalisme et le système totalitaire du régime, les médias officiels évoquant la «vitesse chinoise» ou «le miracle chinois».

Cependant, derrière cette «vitesse» et ce prétendu «miracle» se cache la situation réelle des travailleurs chinois. Exploités par les employeurs et les sociétés de location de main-d'œuvre, ils travaillent en moyenne 12 heures par jour et souffrent fréquemment d'arriérés de salaires et de déductions. Les mauvaises conditions sanitaires et les installations de protection inadéquates sont également à l'origine de leur mécontentement. Mais ces conditions peu sûres ont été délibérément minimisées ou ignorées par les médias officiels.

Le blog du travailleur a rapidement reçu plus de 40.000 messages et commentaires, mais il a été rapidement supprimé et les discussions qui s'y rapportaient ont été restreintes. Le blog effacé disait ceci:

« Nous sommes des travailleurs impliqués dans la construction de l'hôpital de Leishenshan. Nous avons participé à la construction des salles d'isolement; nous avons vu beaucoup de patients du service et des ambulances chaque jour. Maintenant que nous avons terminé notre travail, l'entreprise nous a placés dans une zone résidentielle de logements préfabriqués pour les travailleurs migrants afin de nous mettre en quarantaine. Quatre à cinq personnes vivent dans une pièce pour la quarantaine. Est-ce que cela s'appelle une quarantaine ? Est-ce que c'est sûr ?

« Des centaines de personnes travaillant ensemble seraient touchées si une seule personne tombait malade. Cependant, afin d'économiser de l'argent, la société n'a pas prévu d'hôtel pour nous isoler, et a également prévu des dizaines de gardes de sécurité pour nous surveiller.

« Plus tard, lorsque les travailleurs locaux de Wuhan ont pu rentrer chez eux, la société a commencé à nous réserver des chambres individuelles préfabriquées, avec un certain retard. Mais nous ne pouvons pas entrer et sortir librement; nos déplacements sont limités. Simplement parce que nous ne sommes pas des travailleurs locaux, ils nous ont gardés détenus à cet endroit.

« L'entreprise de construction et la société de placement de main-d'œuvre nous ont exploités et ont déduit nos salaires. Elles nous ont retiré des centaines de millions de dollars. Nous sommes maintenant contrôlés par eux. Les gens ne connaissent pas du tout notre situation. Veuillez faire circuler ceci et les dénoncer.

« Les travailleurs locaux de Wuhan peuvent déjà rentrer chez eux, mais nous, les travailleurs migrants, avons été détenus ici parce que d'autres villes refusent également d'accepter des travailleurs qui ont travaillé à Leishenshan. Mais qu'en est-il de nos vies ? Nous avons des parents, des épouses, des enfants. Ils ont besoin d'argent, ils ont besoin de vivre. Nous ne pouvons pas attendre ici éternellement !

« Nous demandons seulement justice, parce qu'au début, ils nous ont promis 14 jours de quarantaine et ont dit qu'ensuite nous pourrions partir. Si cela était reporté pour une raison quelconque, ils continueraient à nous donner des allocations de subsistance. Mais maintenant, nous n'avons plus rien. Ils nous traitent comme des réfugiés et ne nous donnent pas d'argent.

« Des centaines de travailleurs ont protesté à plusieurs reprises. Avant-hier, une bagarre a éclaté. La police a emmené les travailleurs et les a enfermés. Il y a des conflits tous les jours, et la police vient souvent pour nous réprimer.

« Le salaire qui nous est versé par l'hôpital est déduit par l'entreprise, et nous n'avons pas beaucoup d'argent entre les mains. Maintenant qu'ils nous traitent comme ça, nous sommes très démunis. La violence et la protestation font désormais partie de la vie quotidienne. Nous sommes trop fatigués pour vivre. À part la subvention pour la quarantaine de 14 jours, le gouvernement et la société ne nous ont jamais donné un centime après cela. Où sont tous les dons et les crédits à Wuhan ?

« Faire circuler. Nous espérons que les médias et les journalistes viendront ici pour voir la situation réelle des travailleurs. »

Voici quelques commentaires publiés sur le blog :

« 1. Ma mère est médecin, et la situation est la même pour les médecins. Les médecins reçoivent parfois des subventions et parfois rien. La nourriture est donnée, mais nous devons la payer.

« 2. Nous sommes tous des outils abandonnés après usage.

« 3. Ne laissez pas la voix de la louange remplir mon écran; il y a encore beaucoup d'injustice et d'exploitation dans le monde.

« 4. C'est tellement honteux ! Ils ont promis tant de choses quand ils ont dupé les gens pour qu'ils travaillent, et après le travail, ils ont jeté les travailleurs comme des ordures ! Lorsque le gouvernement a demandé aux gens de soutenir la construction, il n'a pas dit aux gens qu'une telle trahison se produirait.

« 5. Ils oppriment les gens qui ne peuvent pas faire de bruit – les ouvriers sanitaires, les agents de sécurité, les ouvriers du bâtiment – tout cela pour être réduits en esclavage par la classe dirigeante. La classe dirigeante parle toujours d'un noble dévouement, qui n'est qu'une couverture pour leur exploitation des travailleurs. »

Ce que le travailleur décrit dans son blog n'est en aucun cas un cas isolé. C'est un véritable portrait des conditions de vie de millions de travailleurs exploités par le capitalisme en Chine.

Les plus touchés sont les travailleurs migrants et ceux qui sont embauchés par le biais du système de répartition de la main-d'œuvre. Une grande partie des travailleurs chinois sont classés comme «travailleurs migrants». Beaucoup d'entre eux sont originaires de zones rurales et se voient refuser l'égalité de traitement en raison des restrictions du système d'enregistrement des résidences. Ils subissent depuis longtemps la pression de l'inégalité de statut économique et social.

La «répartition de la main-d'œuvre» signifie qu'une entreprise sous-traite une partie de ses activités à un tiers, généralement une autre entreprise. Cette tierce partie est responsable de l'envoi de travailleurs pour travailler pour l'entreprise d'origine. L'entreprise tierce est responsable de toutes les conditions de travail et de la répartition des salaires des travailleurs détachés. Ce système a permis de réduire les coûts de main-d'œuvre des entreprises, ainsi que les conditions et les droits fondamentaux des travailleurs. En conséquence, ces travailleurs se trouvent au niveau le plus bas de l'économie, où ils ont souvent l'impression de ne pas pouvoir se faire entendre.

De plus, les conditions de travail sont mauvaises. Afin de réduire autant que possible les coûts des entreprises, non seulement l'entreprise et le gouvernement capitaliste ne prêtent aucune attention à la sécurité sur le lieu de travail et à la formation des travailleurs en matière de sécurité, mais ils déduisent également des salaires le coût des équipements de protection nécessaires, tels que les masques, les casques, les gants, etc.

En conséquence, des suicides de travailleurs handicapés et des protestations de travailleurs malades se sont produits à plusieurs reprises. Comme le révèle le blog, la classe dirigeante choisira sans hésitation le profit plutôt que la santé des travailleurs. Selon des statistiques incomplètes, au cours des six derniers mois, plus de 290 accidents de travail ont eu lieu en Chine et il y a eu plus de 640 accidents en 2019.

Alors que le gouvernement capitaliste de Pékin fait l'éloge du «miracle chinois» dans les médias dans le cadre de la propagande nationaliste du parti stalinien au pouvoir, la classe ouvrière en paie le prix à travers sa sueur, son sang et ses larmes. Mais cela conduit à des luttes croissantes. L'année dernière, il y a eu plus de 1.300 grèves et manifestations en Chine.