Des milliers de travailleurs de la santé canadiens infectés par le COVID-19 en raison du manque d'EPI

Par Omar Ali
2 juin 2020

La négligence en matière de soins de santé au Canada par une élite dirigeante indifférente à la vie des travailleurs peut se manifester de manière particulièrement aiguë au cours de la présente pandémie par l'incapacité à fournir au personnel médical, même en première ligne, un équipement de protection individuelle (EPI) adéquat. Cela a entraîné des infections massives parmi les professionnels de la santé, dont plus de 4000 en Ontario seulement ont été testés positifs au COVID-19. Le nombre total de décès parmi les professionnels de la santé est difficile à évaluer, mais au moins cinq professionnels de la santé sont morts rien qu'en Ontario.

En Colombie-Britannique, une épidémie de coronavirus a éclaté parmi les infirmières d'une unité de soins intensifs d'un hôpital. Selon Christine Sorensen, présidente du BC Nurses' Union, quatre infirmières travaillant dans un hôpital de la ville d'Abbotsford, dans la vallée du Fraser, qui se consacre au traitement des patients atteints de coronavirus, ont été déclarées positives au COVID-19. Le syndicat a déclaré qu'il s'était déjà plaint des conditions de travail dangereuses dans l'établissement d'Abbotsford, notamment de l’engorgement. Les infirmières qui y sont affectées se sont plaintes de la pénurie d'EPI qui les a obligées à rationner les équipements. Les infirmières disent avoir dû effectuer un quart de travail complet sans changer d'équipement.

Les conditions sont similaires dans d'autres parties de la province et même dans tout le pays. Le syndicat de la Colombie-Britannique affirme avoir reçu plus de 2000 plaintes de ses membres. Les infirmières ont signalé des pénuries de tout l'équipement de base dont elles ont besoin pour accomplir leurs tâches en toute sécurité, notamment les gants, les blouses, les masques respiratoires et les écrans faciaux. Sorensen s'est plainte du fait que les hôpitaux ne disposent pas des barrières en plexiglas qui sont maintenant largement disponibles dans les grandes chaînes de supermarchés. Les infirmières ont pour instruction de laisser les masques dans un endroit sûr lorsqu'elles partent en pause afin de pouvoir réutiliser le même à leur retour.

La réponse du ministère de la Santé du gouvernement provincial du Nouveau Parti démocratique à l'épidémie et à la pénurie d'EPI a été de simplement de prétendre une fois de plus qu’il se consacrait à la sécurité des travailleurs de la santé de première ligne.

En Ontario, la dernière mise à jour de l'Ontario Health Coalition a indiqué que les infections parmi le personnel médical et les patients des établissements de soins de santé ont doublé, passant de 3783 à 7894 entre le 21 avril et le 5 mai. Au 5 mai, 16,1 % de toutes les infections par COVID-19 en Ontario concernaient des travailleurs de la santé.

Les établissements de soins de longue durée ont été particulièrement touchés par le virus, plus de 250 des 626 maisons de retraite de l'Ontario ayant souffert d'une épidémie de COVID-19. Comme le montre de façon détaillée un rapport de l'armée canadienne, qui a dû déployer du personnel dans cinq maisons de soins à but lucratif de l'Ontario ravagées par le coronavirus, de nombreuses épidémies ont été le résultat d'un approvisionnement insuffisant en EPI et d'une utilisation inappropriée de l'équipement médical. (Voir: L'Ontario prend en charge la gestion des foyers pour aînés où l'armée a constaté une négligence systématique)

Des conditions tout aussi dangereuses existent pour les médecins. Si les sondages auprès des médecins indiquent une amélioration de leur situation, la fourniture d'EPI reste une source d'inquiétude, en particulier pour les médecins de proximité. Les travailleurs de la santé ont été contraints d'organiser des campagnes de dons et de compter sur les stocks privés donnés par les entreprises. Le Dr Sandy Buchman, président de l'Association médicale canadienne, a critiqué la situation dans laquelle les médecins et les travailleurs de la santé ont été placés. «Si nous avions planifié correctement et contrôlé ces fournitures provinciales et fédérales de matériel», a déclaré le Dr Buchman, «nous ne serions pas en situation d’urgence».

La raison pour laquelle les autorités sont «en situation d’urgence» est que le gouvernement fédéral n’a rien fait pour se préparer à la pandémie. Bien que l'on ait su à la mi-janvier que le virus était très contagieux et pouvait se propager rapidement dans le monde entier, le gouvernement libéral de Trudeau a attendu le 10 mars pour écrire aux provinces afin de déterminer leur approvisionnement en EPI et autres équipements médicaux essentiels. Le gouvernement, avec le soutien de tous les partis de l'opposition et des syndicats, a passé beaucoup plus de temps à préparer un plan de sauvetage de plusieurs milliards de dollars pour les grandes banques et les entreprises, conçu avant tout pour soutenir le marché boursier et garantir la richesse des super-riches. On n’a fourni aux travailleurs et au système de santé que des rations.

Le manque de fournitures d'EPI adéquates a conduit les gouvernements fédéral et provinciaux à improviser en autorisant l'utilisation de matériaux périmés et de qualité inférieure. Ottawa a révisé ses normes pour les masques en mars, autorisant l'utilisation de masques plus poreux pendant la pandémie, allant ainsi à l'encontre des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé.

La faute du manque de ce matériel essentiel incombe carrément à la classe dirigeante canadienne, qui a impitoyablement réduit les dépenses de santé pendant des décennies, laissant le pays très vulnérable à une pandémie qui était à la fois prévisible et prévue depuis longtemps. Après avoir gardé des stocks insuffisants, le gouvernement fédéral a envoyé 2 millions de masques périmés dans une décharge l'année dernière. Sally Thornton, vice-présidente de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC), l'agence responsable de la Réserve nationale stratégique d'urgence (RNSU), a affirmé que la réserve «se porte bien», même si elle a fait valoir que les provinces et les territoires sont responsables de leur propre approvisionnement et qu'Ottawa ne sert qu'à aider à fournir une capacité d’appoint.

Reconnaissant tacitement que le gouvernement ne s’était pas préparé adéquatement, Patty Hajdu, la ministre fédérale de la Santé, a admis que le gouvernement ne disposait pas d'assez d'EPI pour la durée de la crise. Santé Canada a commandé 1,8 milliard d'unités d'EPI, principalement à la Chine, qui fournit une grande partie du stock mondial d'EPI. Cependant, les fournisseurs chinois prennent des commandes du monde entier avec la montée en flèche de la demande. La conséquence a été une course effrénée pour s'assurer des approvisionnements en baisse et des avions affrétés par le gouvernement canadien revenant vides de la Chine. Certaines entreprises ont profité de la situation pour vendre des masques N95 contrefaits et de qualité inférieure à des prix exorbitants.

La réponse des médias et du gouvernement a été d'attiser le sentiment anti-chinois pour détourner les critiques des véritables responsables. En janvier, Global News a publié un article accusant la Chine de censurer les informations sur le virus afin de s'assurer l'approvisionnement mondial en EPI sans déclencher une guerre des enchères. L'article allait plus loin en affirmant que la Chine avait utilisé ses relations dans la diaspora pour sécuriser ces équipements. Le chef réactionnaire du Parti conservateur fédéral d'opposition, Andrew Scheer, a critiqué le gouvernement pour ne pas être suffisamment hostile à Pékin.

Une infirmière de Toronto, s'exprimant au WSWS, a expliqué que l'EPI était crucial pour les travailleurs de la santé, d'autant plus qu'il y a une pénurie de personnel infirmier et qu'il est essentiel de les maintenir à l'abri des virus pour qu'ils puissent continuer à travailler. L'équipement de protection individuelle à l'intérieur de l'hôpital est utilisé à tout moment, même pendant les réunions entre collègues. Elle a souligné que certaines infirmières sont déjà tentées de travailler alors qu'elles sont infectées, désireuses de ne pas laisser sur la table les gains potentiels d'heures supplémentaires alors que leurs revenus ont été déprimés ces dernières années.

La colère des travailleurs de la santé face au manque d'EPI a conduit à l'éclatement de protestations. Au Québec, le principal syndicat d'infirmières, la FIQ, s'est senti obligé d'organiser des manifestations à Montréal pour protester contre l'incapacité du gouvernement de droite de la Coalition Avenir Québec (CAQ) à fournir de l'EPI. Les protestations ont également été motivées par un régime brutal d'heures supplémentaires forcées, par des pénuries de personnel et par l'annulation de toutes les vacances par le gouvernement.

Le premier ministre du Québec, François Legault, a répondu avec arrogance en déclarant que «ce n'est pas le moment» de protester. La FIQ, comme ses homologues syndicaux à travers le pays, est elle-même profondément complice des conditions catastrophiques qui ont été imposées aux travailleurs de la santé au cours des dernières décennies par le biais de budgets d'austérité et de concessions contractuelles successives.

Les infirmières et les autres professionnels de la santé ne pourront obtenir l'accès à des EPI adéquats et à d'autres produits de première nécessité pour garantir un environnement de travail sûr qu'en formant des comités de sécurité de base en opposition à l'establishment politique et à ses partisans syndicaux. Leur sort n'est que l'une des expressions les plus extrêmes du mépris de la classe capitaliste pour la vie des travailleurs. Des pans entiers de l'économie, des travailleurs de l'emballage des viandes aux travailleurs des épiceries et de l'automobile, sont contraints de travailler dans des conditions dangereuses avec des équipements de protection inadéquats. Les professionnels de la santé doivent unifier leurs luttes avec ces travailleurs et toute la classe ouvrière en opposition à la subordination de la santé et de la vie des travailleurs au profit capitaliste: c'est-à-dire dans la lutte pour le contrôle de la production par les travailleurs et la réorganisation socialiste de la société.

(Article paru en anglais le 1er juin 2020)