L'establishment canadien minimise la tentative d'assassinat de Trudeau

Par Roger Jordan
9 juillet 2020

Corey Hurren, 46 ans, a été arrêté par la GRC jeudi matin dernier après avoir foncé avec sa camionnette dans une grille menant à Rideau Hall, la résidence officielle du premier ministre canadien Justin Trudeau et de la gouverneure générale Julie Payette. Hurren, un vétéran de l'armée et membre actuel des Rangers canadiens, une unité de réserve opérant dans des régions éloignées, était lourdement armé lorsqu'il a été arrêté, notamment avec un fusil d'assaut M14, un revolver chargé de haute qualité, un chargeur de munitions illégal de grande capacité et deux fusils de chasse chargés.

Selon l'acte d'accusation publié lundi, Hurren, qui était en service militaire à plein temps au moment de son arrestation, est accusé de 21 infractions liées aux armes à feu et d'un chef d'accusation pour avoir proféré des menaces contre Trudeau. Hurren «a sciemment proféré» ou «transmis une menace au premier ministre Justin Trudeau ... de causer la mort ou des lésions corporelles», selon l'acte d'accusation. Des reportages contradictoires sont apparus sur la façon dont cette menace a été proférée. Au départ, la GRC a déclaré que Hurren avait voulu remettre «une note» à Trudeau, mais a refusé de divulguer quoi que ce soit sur le contenu de la note. Par la suite, les médias ont affirmé que Hurren avait proféré la menace lors de ses échanges avec des agents de la GRC sur le terrain de Rideau Hall.

Bien que l'on ignore encore beaucoup de choses sur la biographie et les opinions politiques de Hurren, il est clair, à tout le moins, qu'il a été influencé par des opinions d'extrême droite.

Il a servi dans l'armée de 1997 à 2000, atteignant le grade de caporal, et a rejoint la réserve en 2019.

Hurren semble avoir été radicalisé par les bouleversements sociaux et économiques déclenchés par la pandémie de coronavirus, notamment les difficultés rencontrées par l'entreprise de fabrication de saucisses qu'il a créée en 2014 à Bowsman, au Manitoba, la petite communauté où il vit.

Fin mars, il a partagé un billet sur le compte Instagram de sa petite entreprise défendant les vues de «QAnon», un groupe d'extrême droite qui prétend que le président américain Donald Trump est visé par des forces dans «l'État profond». «Je ne suis pas sûr de ce qu'il restera de notre économie, de nos industries et de nos entreprises lorsque tout cela sera terminé», a indiqué en mai un post de Hurren sur Facebook, indiquant qu'il craignait pour la survie de son entreprise. Juste une heure avant l'attaque, il a partagé un message soutenant l'affirmation de l'extrême droite américaine et allemande selon laquelle Bill Gates et diverses organisations internationales ont créé la pandémie de COVID-19.

La seule conclusion qui peut être tirée des preuves disponibles est que Hurren a planifié un assassinat politique. Il a conduit son camion chargé d'armes à feu, de rations alimentaires militaires et de munitions depuis sa maison du nord du Manitoba jusqu'à Ottawa (une distance de plus de 2.500 kilomètres); il a volontairement foncé à travers la grille de la résidence officielle temporaire du premier ministre; puis il a cherché à se rendre à pied, lourdement armé, jusqu'à la maison de Trudeau. Il a été intercepté par un détachement de sécurité de la GRC, qui l'a mis en garde à vue après un long échange verbal de 90 minutes.

Cependant, à en juger par la réaction des médias et de l'establishment politique, y compris celle de Trudeau, il ne s'est pas passé grand-chose d'extraordinaire jeudi matin dernier. Après quelques reportages superficiels sur la détention de Hurren, dont une poignée soulignant son partage de théories de conspiration d'extrême droite en ligne, l'histoire a largement disparu des médias. Trudeau, qui n'était pas à Rideau Hall lorsque l'attentat manqué a eu lieu, a remarqué platement lors d'une conférence de presse vendredi qu'il était heureux que la GRC ait réagi rapidement à cet incident «préoccupant». Ce n'est qu'après la publication, lundi, de l'acte d'accusation contre Hurren que le National Post a pu se résoudre à admettre l'évidence: l'attentat ressemble à «une tentative d'assassinat».

Les procureurs ont jusqu'à présent refusé de porter des accusations de sécurité nationale ou de terrorisme contre Hurren. Affichant un degré de complaisance étonnant, Leah West, ancienne avocate spécialisée dans la sécurité nationale au ministère de la Justice, a déclaré au Toronto Star: «Pour porter des accusations de terrorisme, il faudrait avoir des raisons de croire qu'il était motivé par des motifs politiques, idéologiques ou religieux, et qu'il avait l'intention d'intimider, probablement dans ce cas le premier ministre ou des éléments du gouvernement. Cela n'était peut-être pas évident à première vue lors de l'enquête initiale».

On ne peut que se demander à quel point la réponse aurait été différente si l'agresseur lourdement armé et le futur assassin avaient exprimé une quelconque affinité pour des groupes terroristes islamistes.

Les circonstances entourant la tentative d'assassinat commise par Hurren soulèvent des questions extrêmement troublantes sur ses motivations et ses liens politiques, notamment sur le degré d'activité dans les cercles d'extrême droite, sur le fait qu'il ait agi seul ou qu'il ait promu des opinions d'extrême droite parmi ses collègues des forces armées canadiennes.

Un jour seulement avant l'attaque de Hurren, des centaines d'extrémistes de droite et d’adeptes de la théorie du complot se sont réunis sur la colline du Parlement à Ottawa pour ce qu'ils ont appelé un «rassemblement de la fête du Dominion». Les banderoles de la manifestation dénonçaient les «élites mondiales» pour avoir inventé la crise du coronavirus, appelaient à l'abrogation de toutes les restrictions liées à la COVID-19 et soutenaient le mouvement d'extrême droite américain «QAnon». Plusieurs «Yellow Vests», un groupe d'extrême droite basé en Alberta et en Saskatchewan, étaient présents au rassemblement. Ce groupe a organisé à plusieurs reprises des manifestations anti-Trudeau et anti-immigrants au cours des 18 derniers mois. Bien qu'il n'y ait pas encore de preuve que Hurren a assisté au rassemblement, il semble plus qu'une coïncidence que sa tentative d'attaque contre la résidence du premier ministre ait eu lieu dans la même ville quelques heures plus tard.

Dans ces conditions, comment expliquer l'indifférence générale face à une tentative d'assassinat d’un premier ministre en exercice par un partisan de l'extrême droite?

Derrière de nombreux discours officiels sur l'éthique «progressiste» et «démocratique» du capitalisme canadien, toutes les sections de l'élite dirigeante ont joint leurs efforts pour déplacer rapidement la politique vers la droite au cours des dernières décennies, en organisant une offensive contre la classe ouvrière qui a produit une croissance explosive des inégalités sociales. Une étude récente a révélé que le 1% le plus riche de la population possède plus d'un quart de toutes les richesses des ménages et plus que les 40% les plus pauvres de tous les Canadiens.

Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 ont été utilisées pour justifier une vaste extension des pouvoirs et de la portée de l'appareil de sécurité nationale. À la suite d'une attaque terroriste d'inspiration islamiste contre la Chambre des communes en 2014, le gouvernement conservateur de Stephen Harper a accordé des pouvoirs supplémentaires considérables aux agences de renseignement en vertu du projet de loi C-51, notamment en donnant au Service canadien du renseignement de sécurité le droit d'enfreindre pratiquement n'importe quelle loi en prétextant des «menaces» à la sécurité nationale définies de manière vague. Le gouvernement libéral de Trudeau a consacré ces mesures avec son projet de loi C-59.

Au cours des deux dernières décennies, les forces armées canadiennes ont été engagées dans des guerres et des interventions militaires provocatrices pratiquement sans interruption, de l'Afghanistan à Haïti (où les soldats canadiens et américains ont mené à bien un coup d'État mené par une milice fasciste contre le président élu du pays), en passant par la Libye, la Syrie et l'Irak.

Ces développements ont conduit au renforcement des opinions d'extrême droite et même fascistes parmi des sections de l'armée. En novembre dernier, un rapport du renseignement militaire a révélé qu'au moins trois douzaines de militaires en service avaient été identifiés comme soutenant des groupes d'extrême droite ou exprimant des opinions racistes ou d'extrême droite. Aucun d'entre eux n'a été expulsé de l'armée. Au lieu de cela, ils ont reçu l'instruction d’aller consulter ou ont reçu des avertissements. La publication du rapport est intervenue quelques semaines après qu'un réserviste basé au Manitoba, le caporal-chef Patrik Mathews, se soit enfui aux États-Unis après qu'un journaliste ait révélé son rôle de recruteur pour une organisation néonazie. En janvier, Mathews a été arrêté par le FBI pour son implication dans un complot terroriste d'extrême droite.

Lors d'un autre incident en 2018, un groupe de militaires de l’ARC affilié au groupe d'extrême droite des Proud Boys a reçu une simple réprimande après avoir perturbé une cérémonie mi'kmaq à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Le renforcement des groupes et des réseaux d'extrême droite n'est pas seulement un sous-produit de la politique de la classe dirigeante, mais il est activement encouragé. Après qu'Ottawa ait joué un rôle majeur dans le coup d'État de 2014 mené par les fascistes en Ukraine, Trudeau s'est rendu dans le pays après être devenu premier ministre en 2015 avec, dans sa délégation, des membres de nationalistes ukrainiens d'extrême droite basés au Canada, dont beaucoup ont contribué à fournir des armes aux milices fascistes lors de la guerre civile du pays avec les séparatistes prorusses.

La politique étrangère n'est pas le seul domaine dans lequel l'impérialisme canadien cultive l'extrême droite et les forces fascistes. Alors que la lutte des classes s'intensifie au pays, sous l'effet d'une inégalité sociale toujours plus grande et des attaques incessantes de l'élite dirigeante contre le niveau de vie des travailleurs, les forces d'extrême droite sont systématiquement cultivées.

Le mois dernier, un tribunal québécois a acquitté le chef d'un groupe fasciste qui avait pris d'assaut un bureau de presse et menacé un journaliste qui avait enquêté sur les activités de l'extrême droite.

Lors du récent lock-out de plus de 750 travailleurs de la raffinerie Federated Cooperative Ltd. à Regina, en Saskatchewan, le directeur général de la FCL, Scott Banda, est apparu aux côtés de membres de United We Roll, un groupe de camionneurs d'extrême droite associé aux «Yellow Vests», pour dénoncer le piquetage des travailleurs. United We Roll a brisé un piquet de solidarité pour les travailleurs en lock-out mis en place sur un site de FCL en Alberta, et a également démantelé un blocus près d'Edmonton lors des manifestations nationales contre les pipelines au début de l'année. Début 2019, le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a explicitement déclaré son soutien à un convoi organisé par les «Yellow Vest» à Ottawa pour protester contre le soutien du gouvernement Trudeau à un accord des Nations unies sur les réfugiés.

Les travailleurs au Canada doivent considérer la tentative d'assassinat de Trudeau comme un avertissement sérieux du danger que représente l'extrême droite. Elle se déroule dans un contexte de résurgence de la politique d'extrême droite et du fascisme au niveau international, y compris la promotion et la protection des réseaux d'extrême droite au sein de l'appareil d'État allemand par l'establishment politique. Il y a tout juste un an, Walter Lübcke, un homme politique chrétien-démocrate local en Allemagne, a été assassiné à son domicile par un extrémiste de droite connu. Le gouvernement allemand a récemment été contraint d'annoncer la réorganisation de son unité d'élite des forces spéciales (le KSK) en raison de la sympathie et des liens très répandus que son personnel entretient avec les réseaux d'extrême droite et néonazis.

Comme dans les années 1930, lorsque le capitalisme mondial était également enlisé dans une crise systémique, les élites de la bourgeoisie, terrifiées à l'idée d'une remise en cause par la base de leurs vastes richesses et privilèges, cultivent les forces fascistes comme troupes de choc contre la classe ouvrière. Au Canada comme partout dans le monde, des voyous fascistes et la violence de l'État seront déployés au pays et à l'étranger pour faire respecter les intérêts rapaces de l'oligarchie financière. Seule la mobilisation massive de la classe ouvrière sur la base d'un programme socialiste et internationaliste peut répondre à la menace posée par l'extrême droite.

(Article paru en anglais l 8 juillet 2020)