Le prix de l'or atteint un niveau record

Par Nick Beams
7 août 2020

L’injection de billions de dollars et d'autres devises par les gouvernements et les banques centrales du monde entier, sous la direction de la Banque fédérale (Fed) américaine, pour renflouer les sociétés et le marché boursier, a propulsé le prix de l'or à un niveau record de plus de 2000 dollars l'once.

La frénésie des achats d'or est animée par deux facteurs: la spéculation alors que les investisseurs se précipitent, croyant que le prix ira encore plus haut, et les inquiétudes à long terme selon lesquelles l'inondation des marchés financiers avec des quantités massives d'argent généré par ordinateur pourrait conduire à une crise de confiance dans le dollar américain, s'étendant dans tout le système financier.

L'ampleur de l'achat d'or a été révélée plus tôt cette semaine lorsque le Financial Times a rapporté que le fonds négocié en bourse (ETF) SPDR Gold Shares, qui détient des stocks d'or physiques plutôt que des dérivés financiers basés sur le métal, achetait des tonnes d'or chaque jour.

Ses avoirs, qui sont conservés dans les coffres londoniens de la banque mondiale HSBC, s'élèvent désormais à 1258 tonnes après avoir acheté 15 tonnes lundi et mardi de cette semaine.

Constitués d'un partenariat entre la Banque de Boston, State Street, et le World Gold Council, un organisme commercial, les stocks d'or de SPDR équivalent désormais à un quart de l'or détenu à Fort Knox aux États-Unis et sont plus que les réserves d'or de la Banque du Japon, la Banque d'Angleterre et la Banque de réserve de l'Inde.

Le but immédiat du SPDR est le rendement de l'achat d'or. L'ETF a annoncé un rendement de 33 pour cent cette année avec la montée en flèche du prix de l'or, portant sa valeur à plus de 80 milliards de dollars.

Le Financial Times a cité une note des analystes de Wells Fargo qui a souligné les raisons de la hausse du prix de l'or. Au début de 2020, a-t-elle déclaré, «la reprise de l'or s'est produite en raison des craintes liées au coronavirus et de l’utilisation excessive de la planche à billets des monnaies mondiales. Plus récemment, l'or s’est mesuré au dollar américain; remontant au-dessus de 1900 $ [il est maintenant à plus de 2030 $] car le dollar américain est devenu l'une des monnaies les plus faibles de la planète.»

Dans les temps dits «normaux» – aujourd'hui quelque chose de lointain – l'or est désavantagé par rapport à l'investissement en obligations d'État car il ne rapporte pas d'intérêt. Mais les programmes massifs d'achat d'obligations de la Fed et d'autres grandes banques centrales ont fait augmenter le prix des obligations et poussé les taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas (les deux ont une relation inverse).

Cette semaine, le taux d'intérêt des bons du Trésor américain à 10 ans, l'un des piliers du système financier mondial, a été d'environ 0,5 pour cent, près de son plus bas niveau historique. Cela signifie que lorsque l'inflation est prise en compte, ces obligations, considérées comme une valeur refuge, génèrent des rendements négatifs, incitant un recours vers l'or.

Un gestionnaire de fonds de la société mondiale de gestion d'actifs Schroders, Jim Luke, a noté que lorsque l'inflation est prise en compte, le rendement des obligations américaines à 10 ans est tombé à un niveau record de moins 1,02 pour cent ce mois-ci et pourrait encore baisser.

«Les gens qui regardent l'or ont tendance à être caractérisés comme des «accros d'or» et certains ont ce genre de mentalité de foi aveugle», a-t-il déclaré au Financial Times. «Mais ce qui attire les investisseurs vers l'or, ce n'est pas la foi en l'or lui-même, c'est beaucoup plus le manque de confiance en d'autres choses – les banques centrales, les gouvernements et, en particulier, un manque de confiance dans la disponibilité de rendements réels ailleurs. L'or est l'inverse de cela.»

Les zigzags et virages brusques des marchés financiers sont dus à l'afflux massif d'argent, créé en appuyant simplement sur un bouton d'ordinateur, par les gouvernements et les banques centrales alors qu'ils cherchent à renflouer les grandes entreprises et à soutenir les marchés boursiers.

Selon la Bank of America, les gouvernements ont annoncé des mesures de relance d'une valeur de 20,000 milliards de dollars pour tenter de contrer les effets du coronavirus, un montant équivalent à 20 pour cent du produit intérieur brut mondial. La banque a déclaré que le prix de l'or pourrait encore augmenter et atteindre 3000 dollars.

Cela a conduit à la création de ce qui pourrait être décrit comme le développement d'un syndrome de double personnalité sur des marchés financiers de plus en plus fous.

D'une part, les spéculateurs boursiers estiment que l'intervention de la Fed américaine à la mi-mars, lorsqu'elle est devenue le dernier recours de tous les secteurs du système financier américain – du marché des bons du Trésor américain aux obligations d'entreprises – signifie que, quelles que soient les évolutions dans l'économie réelle, la Fed sera disponible pour soutenir Wall Street.

Cette conviction est à l'origine de la montée incessante des marchés boursiers depuis leur chute à la mi-mars, qui a ajouté des centaines de milliards de dollars à la fortune des oligarques financiers alors que les travailleurs font face aux pires conditions économiques depuis la grande dépression des années 1930.

Mercredi, sur fond de l'aggravation de la pandémie, le Dow Jones a augmenté de 373 points, soit 1,4 pour cent, le S&P 500 a augmenté de 0,6 pour cent, le ramenant à moins de 2 pour cent de son record enregistré en février et l'indice NASDAQ, axé sur les technologies, a enregistré sa 31e hausse record pour 2020.

D'un autre côté, il y a une crainte croissante, reflétée dans la hausse du prix de l'or, que l’injection continue de milliers de milliards de dollars de monnaie créée par ordinateur par les banques centrales ne sape l'ensemble du système financier.

Depuis août 1971, lorsque le président américain Nixon a retiré le soutien en or du dollar américain, chaque monnaie du monde, le dollar américain compris, est devenue une monnaie fiduciaire, ce qui signifie qu'elle n'a aucun soutien dans un actif physique.

La confiance dans le système monétaire au cours des 50 dernières années a été maintenue par la conviction que le pouvoir de l'État, des gouvernements et des banques centrales est capable de maintenir la stabilité. Mais cette confiance est maintenant rapidement érodée par l'expansion sans précédent de la masse monétaire.

Cela s'exprime par la crainte que, si elle se poursuit, cela conduise inévitablement à l'inflation: une inflation causée non pas par la hausse des prix dans l'économie réelle mais par l'effondrement de la valeur des monnaies fiduciaires, à commencer par le dollar américain qui a été en forte baisse au cours des derniers mois.

D'autres facteurs sont également à l'œuvre, en particulier le dysfonctionnement politique croissant aux États-Unis, sur fond d’inquiétudes que les élections présidentielles de novembre ne puissent même pas avoir lieu ou si tel est le cas, qu’elles aboutissent à une crise majeure si Trump est vaincu mais refuse d'accepter le résultat.

Les tensions géopolitiques croissantes, surtout le conflit avec la Chine, alimentent également une crise de confiance.

Et, bien que cela ne soit pas souvent rapporté dans la presse financière, il y a aussi une réelle crainte que la dévastation produite par la pandémie et la subordination de la santé de la société à la volonté incessante de tous les gouvernements de maintenir coûte que coûte les bénéfices des sociétés vont produire une recrudescence de la lutte des classes qui ébranlera les fondements mêmes de l'ordre économique capitaliste.

(Article paru en anglais le 6 août 2020)