Pour une grève générale contre la réouverture des écoles allemandes!

Par Déclaration du Sozialistische Gleichheitspartei (Parti de l’égalité socialiste)
18 août 2020

Le Sozialistische Gleichheitspartei, SGP (Parti de l’égalité socialiste) appelle les enseignants, les étudiants et les travailleurs allemands à se lever contre la dangereuse réouverture des écoles. En exigeant un retour à l'enseignement en face-à-face devant la hausse des taux d'infection à coronavirus, les gouvernements des Länder (provinces) de tous bords mettent en danger la santé et la vie d'innombrables enseignants, élèves et parents. Cette politique meurtrière ne peut être stoppée que par la mobilisation indépendante de tous les travailleurs dans une grève générale nationale.

Lorsque le nombre d'infections quotidiennes a dépassé la barre des 1000 le 15 mars et que la pandémie de coronavirus s'est propagée rapidement en Allemagne, les écoles ont été fermées en raison de la pression des enseignants, des parents et des élèves. Aujourd'hui, malgré un nombre tout aussi élevé, elles sont rouvertes lors d'une nouvelle vague d'infections sans qu'aucune précaution sérieuse ne soit prise.

Des centaines de milliers d'enseignants allemands et des millions d'enfants sont confrontés à un risque mortel dans les salles de classe surpeuplées, les installations sanitaires délabrées et sur le chemin de l’école dans les transports en commun bondés. Toutes les mesures de sécurité qui ont été élaborées au cours de la dernière année scolaire pendant des semaines de travail par les éducateurs, les parents et les élèves sont jetées par-dessus bord. Même les réglementations concernant la distanciation minimale et le port de masques de protection ne s'appliquent pas dans les salles de classe.

Cependant, il est désormais scientifiquement établi que les enfants et les adolescents sont au moins aussi contagieux que les adultes et que le virus se propage fortement via les écoles et les garderies. «Nous mettons en garde contre l'idée que les enfants ne jouent aucun rôle dans la pandémie et sa transmission», ont déclaré la semaine dernière dix éminents virologues dans un communiqué conjoint sur les ouvertures d'écoles mettant en garde contre «un manque de mesures de prévention et de contrôle».

Les décès en nombre massif d'enseignants, de parents et même d'élèves sont acceptés comme faisant partie du retour au travail des travailleurs et de la protection des profits des riches. Les centaines de milliards d'euros dont les entreprises et les banques ont été arrosées depuis le début de la pandémie doivent maintenant être récupérés auprès de la population - à tout prix.

Quatre groupes d'entreprises berlinois ont exprimé cette volonté avec une franchise remarquable dans une déclaration commune. «Il est grand temps que les opérations régulières dans les écoles berlinoises recommencent», disent-ils. «Il est dans l'intérêt des employeurs et de leurs employés que leurs enfants reçoivent à nouveau un enseignement fiable et soient pris en charge.»

Cette politique impitoyable dans l'intérêt des banques et des grandes entreprises est soutenue par tous les partis du Bundestag (parlement fédéral). L'Alternative pour l’Allemagne (AfD) d'extrême droite, les néonazis et les négationnistes de la pandémie manifestent contre les mesures de protection - et le gouvernement fédéral et les Länder mettent leurs exigences en œuvre. Que ce soit l'Union chrétienne-démocrate / Union chrétienne-sociale (CDU-CSU), le Parti social-démocrate (SPD), les Verts ou le Parti de gauche qui dirige le gouvernement, chacun procède avec une brutalité à couper le souffle.

Dans le Land le plus peuplé d'Allemagne, la Rhénanie du Nord-Westphalie (NRW), des études scientifiques ont classé la moitié de toutes les salles de classe comme étant inacceptable sur le plan de l’hygiène et des lieux de reproduction pour le coronavirus, selon les directives actuelles sur les lieux de travail. Lorsque la ministre de l' éducation du Land, Yvonne Gebauer (Parti libéral-démocrate, FDP) a été interrogée à ce sujet par la radio Deutschlandfunk, elle a insisté sur le fait que la présence en cours doit être à cent pour cent. Elle a catégoriquement écarté la possibilité de location d'espace supplémentaire, comme l'exigent les virologues. «Nous ne pouvons pas empêcher les gens de tomber malades du COVID- 19», a-t- elle déclaré laconiquement.

La résistance s’intensifie contre cette politique, qui privilégie le profit aux dépens des vies humaines. Les enseignants s'organisent via les réseaux sociaux pour échanger des idées et protester contre la politique de réouverture. Dans de nombreuses écoles, les élèves discutent de grèves dans les écoles. De même, des résistances s’organisent dans toute l'Europe et dans le monde.

Le Sozialistische Gleichheitspartei (SGP) soutient toutes ces manifestations et actions. Pour qu'elles réussissent, elles doivent être étendues à l'ensemble de la classe ouvrière. Les enseignants et le corps enseignant doivent s'unir avec d'autres travailleurs et préparer ensemble une grève générale contre la politique criminelle des élites dirigeantes.

La réouverture des écoles fait partie de la politique générale d'ouverture de l'économie, qui oblige les travailleurs des abattoirs, les ouvriers agricoles, les ouvriers d'usine et bien d'autres à reprendre leurs postes de travail dangereux pour augmenter les profits des grandes entreprises et faire monter les cours des actions. A cette fin les enfants doivent rentrer à l’école pour que les parents retournent sur le marché du travail sans restriction, quel qu'en soit le prix.

Nous appelons donc les enseignants et les travailleurs à discuter les revendications suivantes dans les écoles, les usines et les quartiers en vue d'une grève générale à l'échelle nationale:

Pas de retour aux cours réguliers tant que le virus n'est pas sous contrôle! Pendant la pandémie, l'enseignement ne devrait avoir lieu qu'en ligne ou en petits groupes d'étude fixes, physiquement séparés et logés en toute sécurité.

Des milliards d’euros pour plus d'enseignants, de nouveaux locaux et un enseignement en ligne! Pour garantir une supervision et un enseignement sûrs, des locaux annexes doivent être loués ou réquisitionnés et beaucoup plus d'enseignants doivent être embauchés. Il y a suffisamment d'enseignants stagiaires, d'étudiants et d'autres professionnels qui seraient prêts à diriger de petits groupes sous la direction d'éducateurs expérimentés s'ils étaient correctement payés. De plus, tous les enseignants et élèves doivent disposer de bons ordinateurs et d'un accès Internet de haut débit pour garantir un enseignement en ligne de qualité. Les familles ont besoin d'un soutien financier et social complet pendant la pandémie.

Arrêter toute production non essentielle! Tant que la pandémie ne sera pas contenue, seuls les secteurs clés - tels que la production alimentaire, les soins médicaux et la logistique - devraient rester opérationnelles. Les travailleurs de ces secteurs doivent être équipés des mesures de protection les plus avancées pour prévenir l'infection. Tous les autres doivent bénéficier d’un salaire plein pot!

Pour un développement massif des tests et de la recherche des contacts! Pour maîtriser la pandémie, des tests doivent être mis à la disposition de tous et la recherche des contacts doit être multipliée par centaines de milliers pour traquer rapidement les cas de coronavirus et tester et isoler ceux potentiellement infectés.

Un argument particulièrement trompeur est que les écoles doivent être ouvertes, faute de quoi les enfants des familles pauvres seraient laissés pour compte et leurs parents seraient confrontés à des difficultés sociales. Les mêmes partis qui versent maintenant des larmes de crocodile détruisent le système éducatif public depuis des décennies et sont responsables de la propagation de la pauvreté. Maintenant, cette pauvreté est destinée à servir comme un argument pour mettre en danger la survie même des personnes à risque.

La réouverture des écoles n'a rien à voir avec les problèmes des familles pauvres. Au contraire, elle s'accompagne des attaques les plus graves contre la classe ouvrière depuis la Seconde Guerre mondiale. Premièrement, les travailleurs sont contraints de travailler dans des conditions dangereuses, puis des centaines de milliers d’entre eux sont jetés à la rue. Dans le seul secteur automobile allemand, au moins 300.000 emplois seront supprimés. En plus de cela, il y a des licenciements collectifs dans le commerce de détail, l'aviation et de nombreuses autres industries.

Comme pour la réouverture des écoles, les travailleurs sont confrontés non seulement au grand patronat et au gouvernement, mais aussi aux syndicats. Tout comme l'IG Metall organise le retour au travail et les licenciements collectifs dans l'industrie automobile, le syndicat de l'éducation et des Sciences (GEW) soutient la réouverture des écoles. Le GEW s'est même prononcé contre le port obligatoire des masques en classe, exigé de toute urgence par les virologues.

Le Sozialistische Gleichheitspartei, SGP appelle les travailleurs de tous les secteurs à mettre en place un réseau de comités d'action, indépendants des syndicats, pour préparer une grève générale contre la réouverture des écoles et toutes les politiques de la classe dirigeante. Le sacrifice de vies humaines pour le profit doit être combattu par les travailleurs avec une politique mettant leur vie et les besoins de la société au-dessus des intérêts de profit des capitalistes. Les centaines de milliards d'euros qui sont allés aux banques et aux grandes entreprises et qui sont consacrés à l'armement et à la guerre doivent être utilisés pour l'éducation, les soins de santé et le versement continu des salaires.

Les comités d'action doivent contacter les travailleurs d'autres pays confrontés aux mêmes attaques. Aux États-Unis, des comités d'action ont déjà été formés dans les grandes usines automobiles qui luttent pour des conditions de travail sûres. Les enseignants aux États-Unis, au Brésil et en Grande-Bretagne se battent également contre la réouverture des écoles. Les partis internationaux frères du SGP soutiennent la mise en place de comités d'action partout et aideront les travailleurs à s’organiser en réseau. Le parti de l’égalité socialiste américain (SEP) a déjà publié un appel le 5 août pour une grève générale nationale.

Le développement d'une grève générale en Allemagne serait une contribution importante pour encourager les travailleurs du monde entier. Cela amènerait la classe ouvrière en conflit direct avec la grande coalition des chrétiens-démocrates et sociaux-démocrates et tous les partis qui mettent en œuvre les politiques brutales aux niveaux fédéral et Land, tout en recourant de plus en plus ouvertement à des méthodes autoritaires et en s'appuyant sur des réseaux de néo-nazis dans la police, les forces armées et l'État.

La réouverture des écoles, la propagation de la pandémie et des millions d'autres infections et décès ne peuvent être évités que par une mobilisation massive de la classe ouvrière dirigée contre la cause de la misère provoquée par la pandémie - contre le système capitaliste.

Le Sozialistische Gleichheitspartei et son organisation de jeunesse, l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE), se battent pour cet objectif. Nous appelons les enseignants à nous contacter pour aider à organiser l'opposition. Nous appelons les étudiants et les jeunes à soutenir la résistance et à rejoindre l'IYSSE. Inscrivez-vous à la newsletter du WSWS pour rester informé de la lutte en cours contre la réouverture des écoles.

(Articles paru en anglais le 15 août 2020)