Vidéo: Une conférence démasque le rôle du Parti communiste des Philippines dans le soutien au régime de Duterte

28 août 2020

Mercredi, l'Université technologique de Nanyang à Singapour a accueilli une conférence de l'historien Joseph Scalice expliquant le rôle du Parti communiste des Philippines dans le soutien au régime brutal de l'homme fort philippin Rodrigo Duterte.

La conférence intitulée «D'abord comme tragédie, ensuite comme farce: Marcos, Duterte et les partis communistes des Philippines» démasque de manière dévastatrice le rôle fourbe du Parti communiste des Philippines (CPP), son fondateur et «théoricien» Jose Maria Sison et la perspective en faillite du stalinisme et du maoïsme sur laquelle ils se fondent.

Elle démontre, à travers un examen détaillé des sources contemporaines, la continuité politique entre le soutien du PCP au président fascisant philippin Rodrigo Duterte en 2016 et l'approbation de la dictature de Marcos par un parti communiste précédent.

Dans les jours précédant la conférence, Sison a lancé une attaque calomnieuse contre Scalice, le qualifiant, sans la moindre preuve, d'agent de la CIA. Le 25 août, la veille de la conférence, le PCP a consacré une édition spéciale de son journal Ang Bayan à un entretien avec Sison intitulé«Critique des attaques trotskistes contre le PCP et la révolution philippine» qui a répété ses mensonges contre Scalice, encore sans aucune justification.

L’introduction commence à 5m43s et Josephn Scalice commence sa conférence à 8m51s

En commençant sa conférence, Scalice démolit systématiquement la déclaration éhontée de Sison selon laquelle c'était un gros mensonge que «le PCP était le facilitateur et le défenseur de Duterte». Scalice fournit une preuve irréfutable sous forme de photos et de citations de Sison, du PCP et de ses organisations de façade associées de leur étroite collaboration avec le président fascisant et sa guerre contre la drogue. Sa conférence explique pourquoi, en se basant sur un examen de son idéologie maoïste, le PCP a promu des personnalités comme Duterte comme représentants de la «bourgeoisie progressiste», qui sen prennent invariablement à la classe ouvrière et la paysannerie.

La conférence a été suivie par un large public du monde entier, y compris d'éminents universitaires, des journalistes et un large public. Il y avait des participants des États-Unis, d'Europe, d'Australie et d'une grande partie de l'Asie, y compris Singapour, Hong Kong, Sri Lanka et un nombre très important des Philippines. Les participants ont participé activement à la conférence, posant plus d'une centaine de questions dans le forum de discussion.

Après la conférence, le débat public s'est poursuivi sur les réseaux sociaux où les gens ont publié des réactions à la présentation de Scalice. La réaction a été extrêmement positive. «J'ai étéépoustouflé par la conférence», a écrit l'un d'eux. «J'ai regardé, pantois. Tant de révélations. Recherche approfondie», a écrit un autre. La présentation a été qualifiée de «sidérante!» et «une conversation intense, extrêmement riche en informations historiques». Un intervenant a remercié Scalice pour sa «présentation courageuse et bouleversante».

La conférence de Scalice se termine par un appel passionnéà la vérité historique dans des conditions où les falsifications historiques sont utilisées dans des pays du monde entier à des fins réactionnaires. La conférence mérite d'être largement diffusée et étudiée comme une introduction au rôle pernicieux joué par le stalinisme et sa variante chinoise, le maoïsme, au cours du siècle dernier. Nous encourageons nos lecteurs à partager le lien vers la conférence aussi largement que possible via les médias sociaux et d'autres moyens.

(Article paru en anglais le 27 août 2020)