Des rapports médicaux montrent l’impact dévastateur de la longue vendetta d’État contre Assange

Par Thomas Scripps et Laura Tiernan
25 septembre 2020

La procédure d’extradition de Julian Assange a débuté mercredi avec le témoignage du Dr Quinton Deeley, psychiatre consultant auprès du Service national de santé, maître de conférences à l’Institut de psychiatrie et coauteur d’un rapport du Collège royal de psychiatrie sur l’autisme chez les adultes.

Sur la base d’un test psychiatrique standard pour l’autisme, d’une observation de deux heures, d’un entretien téléphonique de six heures avec Assange, et d’autres entretiens avec ses amis et sa famille, Deeley a diagnostiqué chez Assange un trouble du spectre autistique, plus précisément le syndrome d’Asperger.

Assange dans la prison de Belmarsh

Le diagnostic est important sur le plan juridique, car les personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique ont beaucoup plus de chances de se suicider. Comme le professeur Kopelman l’a déclaré mardi, Assange souffre de dépression modérée à sévère avec des symptômes qui incluent des «préoccupations suicidaires». Ces conditions, a déclaré Kopelman, sont provoquées et exacerbées par la menace d’extradition et seraient considérablement aggravées si Assange devait être incarcéré aux États-Unis.

Selon la loi britannique sur l’extradition (2003), l’extradition d’un individu est interdite si elle est «injuste et oppressive» en raison de son «état physique ou mental» ou si elle contrevient à l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui protège contre la «torture» et les «peines inhumaines ou dégradantes».

S’exprimant sur la probabilité qu’Assange se suicide s’il se fait extrader, Deeley a déclaré que, selon lui, le risque était «élevé». L’extradition est «un résultat qu’il craint, qu’il redoute». Il a dit l’envisager avec un sentiment d’horreur». Assange a «toujours maintenu qu’il trouverait cette épreuve insupportable» et qu’il considère son traitement «comme une punition essentiellement exemplaire, qu’on fait de lui un exemple».

Décrivant comment le syndrome d’Asperger «aggraverait» la dépression d’Assange et la menace de suicide, Deeley a expliqué que «le taux de troubles mentaux» et «les taux de suicide sont plus élevés chez les personnes du spectre autistique» et que leur «capacité à tolérer le stress psychologique en général est réduite». Dans le cas d’Assange, «son style de pensée très analytique et très ciblé contribue effectivement à une propension à la préoccupation et à la rumination intense». C’est un facteur aggravant pour sa dépression et son état d’esprit. Il contribue à ses sentiments d’anxiété très intenses et produit essentiellement un état d’esprit insupportable, un état émotionnel qu’il se sent incapable de tolérer».

Les tentatives de l’avocat de l’accusation, James Lewis QC, de rejeter le diagnostic de la maladie d’asperger étaient insensibles et mal informées. En réponse à son contre-interrogatoire, Deeley a été obligé de dire au tribunal que «les personnes autistes peuvent se débrouiller en tant que parents» et qu’«une personne autiste peut être consciencieuse». À plusieurs reprises, lorsque Lewis n’a pas reçu les réponses qu’il souhaitait, il a demandé de manière laconique: «Essayez-vous d’aider le tribunal?» L’avocat de la défense Edward Fitzgerald QC s’est opposé à cet interrogatoire «inapproprié» d’un témoin expert qui donnait «des réponses précises, intelligentes et intelligibles».

À un moment donné, l’avocat de l’accusation a tenté de suggérer que la «préoccupation d’Assange pour les enfants, les personnes vulnérables et les animaux», notée par sa mère dans son entretien pour l’évaluation de Deeley, était «incompatible avec les critères» du syndrome autistique. Deeley a répondu qu’«une personne autiste peut être consciencieuse, avoir des principes ou souscrire à des idéaux de comportement et se trouver également émue par la pensée de la souffrance en général d’autres personnes».

Le médecin a expliqué en résumé que selon les normes cliniques normales, son évaluation «serait suffisante pour parvenir à un diagnostic». Il a reconnu qu’il s’agissait du seul diagnostic d’un trouble du spectre autistique, mais a souligné que le Dr Nigel Blackwood, qui fournira les preuves médicales pour l’accusation, «a reconnu que certains traits sont présents». Fitzgerald a noté que c’est le professeur Kopelman qui a été le premier à relever ces traits, ce qui l’a incité à demander une évaluation du spectre autistique. Deeley a ajouté que pendant son séjour à la clinique d’évaluation de l’autisme chez les adultes, «la plupart [des cas] n’ont pas fait l’objet d’un diagnostic d’autisme… nous sommes très prudents dans l’application du diagnostic».

L’évaluation fournie par Deeley rend d’autant plus méprisable la diabolisation d’Assange par les médias qui, pendant une décennie, l’ont qualifié de «bizarre», d’«immature» et pire encore. Elle souligne l’énorme force de caractère du fondateur de WikiLeaks, qui a poursuivi son travail et sa défense juridique dans un contexte d’agression aussi impitoyable. Ceux qui se sont vautrés dans cette fange – des journalistes du Guardian aux organisations de pseudo-gauche et à l’ancien establishment libéral – ne méritent que le mépris.

Au cours de la séance de l’après-midi, l’accusation du gouvernement américain a appelé le professeur Seena Fazel, psychiatre légiste, comme témoin. Fazel a des connaissances spécialisées sur le suicide en prison et le traitement des troubles mentaux chez les prisonniers.

James Lewis QC a cherché à établir que l’évaluation d’Assange par Fazel différait sensiblement de celle du professeur Kopelman et de ses collègues qui avaient diagnostiqué qu’Assange souffrait de «dépression modérée à sévère», avec des symptômes psychotiques «dépendants de l’humeur» et d’hallucinations auditives.

Fazel a témoigné qu’Assange était «modérément déprimé», disant à Lewis que, sur la base de ses visites avec Assange en mars et juin de cette année: «je ne classerais pas Assange comme une “dépression sévère avec des caractéristiques psychotiques”».

Bien que le gouvernement américain l’ait appelé à témoigner, nombre des observations de Fazel concordent avec les arguments de la défense. Il a décrit le risque de suicide comme «dynamique… il change en fonction des circonstances… C’est très, très difficile d’anticiper avec certitude le risque de suicide d’une personne dans un mois, dans deux mois, en particulier si sa situation change».

En contre-interrogatoire avec Edward Fitzgerald QC, Fazel a reconnu qu’Assange souffre de dépression. Fitzgerald a cité la déclaration du témoin Fazel, qui explique la divergence d’opinions sur la gravité de son état: «Le professeur Kopelman et Mullin ont tous deux qualifié la dépression de M. Assange de grave. L’une des raisons possibles de cette divergence d’opinions est que mes deux évaluations cliniques sont plus récentes et que l’état de M. Assange s’est amélioré depuis septembre 2019».

Edward Fitzgerald QC: «Vous ne dites donc pas “qu’ils se sont trompés en septembre”? Vous dites… “c’est un état qui peut s’améliorer et qui peut s’aggraver”».

Professeur Fazel: «C’est exact.»

Fazel partage l’avis du professeur Kopelman selon lequel deux facteurs ont influencé l’amélioration de l’état d’Assange: les médicaments et son retrait de l’aile des soins de santé de la prison de Belmarsh, où on l’a maintenu pendant plusieurs mois en isolement. Fazel a approuvé la déclaration de Fitzgerald selon laquelle «nous avons affaire à une condition épisodique et fluctuante qui peut être grave ou modérée».

Si on plaçait Assange en isolement et coupé de tout ce qui peut l’aider actuellement – y compris le traitement psychologique, les médicaments, les bons samaritains et sa famille – il serait exposé à un «risque accru».

Sur la base de son examen d’Assange en juin 2020, Fazel a confirmé qu’il était à «haut risque» de suicide. Il a également convenu que si Assange était condamné et recevait une longue peine, ce serait un facteur de risque.

Fitzgerald a demandé à Fazel si l’isolement cellulaire, défini par les règles Mandela comme 22 heures par jour en isolement, affecterait l’état dépressif d’Assange. Il a expliqué que sans la possibilité de faire de l’exercice ou de se mêler aux autres prisonniers, et sans contact avec sa famille, son état s’aggraverait.

Fitzgerald a cité des sources du gouvernement américain selon lesquelles Assange pourrait être soumis à des mesures administratives spéciales (MAS) s’il est extradé. Si cela devait arriver, il «ne pourrait pas fréquenter d’autres prisonniers, il aurait des contacts très limités avec le monde extérieur et tous les appels téléphoniques qu’il passerait seraient surveillés».

Fazel a reconnu que ces circonstances, combinées à une longue peine, entraîneraient un risque accru de suicide, avec comme facteur clé «de sombres perspectives… le désespoir est un facteur de risque important».

Les procureurs américains avaient signalé un éventail improbable de programmes offerts aux détenus des prisons fédérales américaines, allant des «concours d’essai et de poésie» à l’appréciation de l’art et aux cours de compétences commerciales, mais Fitzgerald a expliqué qu’Assange serait classé comme «risque pour la sécurité» et se verrait refuser l’accès.

Fazel a concédé qu’il n’était ni «un expert des prisons américaines» ni un expert des SAM. Il n’avait pas visité ADX Colorado où Assange pourrait être détenu avant ou après son procès. Fitzgerald a cité des descriptions de cette prison comme étant une «version propre de l’enfer» et le jugement du directeur de la prison selon lequel elle est «impropre à l’habitation humaine».

Plus tard dans l’après-midi, des extraits de la déclaration de témoin de la Dr Kate Humphrey, neuropsychologue clinique principale de recherche à l’Imperial College de Londres, ont été lus en preuve. Elle a rapporté les résultats des tests psychométriques effectués sur Julian Assange au HMP Belmarsh, confirmant qu’il souffre de troubles cognitifs suite à son incarcération prolongée.

Alors que les antécédents scolaires et professionnels d’Assange avaient suggéré un niveau optimal de fonctionnement intellectuel «dans la fourchette supérieure, ou plus probablement très supérieure», les tests effectués à Belmarsh ont montré un score «moyen» pour le raisonnement verbal simple, «nettement inférieur» à ce niveau optimal. Le rapport poursuit: «il n’a pas été en mesure d’effectuer un deuxième sous-test verbal, car il s’est senti accablé d’informations et nauséeux et a obtenu un score moyen faible sur la quantité effectuée». Il a obtenu de mauvais résultats à une série de tests, montrant des signes de troubles de la mémoire et de l’orientation.

Le témoignage de Humphrey montre l’issue personnellement dévastatrice pour Assange de la vendetta multiétatique contre lui. Ce que le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, a décrit en mai 2019 comme une décennie de «persécution collective» et de «torture psychologique» d’Assange a eu l’effet escompté.

La procédure de mercredi s’est terminée par l’opposition de la juge Vanessa Baraitser à la demande de Fitzgerald d’un ajournement après le témoignage de la semaine prochaine pour permettre à la défense de se préparer adéquatement aux conclusions finales. Fitzgerald a cité l’impact du second acte d’accusation américain, entré à la veille de l’audience, rappelant que la demande d’ajournement de la défense avait été rejetée, et a déclaré: «nous devons encore recevoir des instructions [d’Assange] à ce sujet».

Fitzgerald a poursuivi, «Je ne pense pas que nous puissions rendre justice à l’affaire de M. Assange à moins de disposer d’une période de temps significative.» Baraitser a répondu: «Vous avez le week-end.» Lorsque Fitzgerald répondit: «Nous n’avons pas le temps, nous préparons les témoins pour la semaine prochaine», Baraitser lui dit: «c’est la situation dans laquelle vous vous trouvez.»

Fitzgerald a indiqué qu’il allait présenter une demande officielle d’ajournement, après en avoir discuté avec Assange, Baraitser lui a répondu: «Ne comptez pas sur moi pour vous accorder ce temps».

(Article paru en anglais le 24 septembre 2020)