L'armée éthiopienne prend le contrôle de la capitale régionale après une offensive contre la province du Tigré

Par Jean Shaoul
2 décembre 2020

Le premier ministre Abiy Ahmed a annoncé dimanche que les forces gouvernementales «contrôlaient totalement» Mekelle, la capitale régionale de la province du Tigré, dans le nord de l'Éthiopie.

Il a affirmé que les militaires étaient entrés dans la ville lors de la «dernière phase» du conflit avec le Front populaire de libération du Tigré (TPLF). Les opérations militaires dans la région du Tigré ont cessé, a-t-il dit, bien que les forces fédérales «continuent leur tâche d'appréhender les criminels du TPLF et de les traduire en justice».

La province voisine d'Amhara a envoyé ses «forces spéciales» en uniforme pour soutenir l'armée et maintenir la sécurité, tandis que des fonctionnaires sont également arrivés d'Amhara pour s’occuper de la gestion de certaines villes de l'ouest du Tigré. Ces deux mouvements vont alimenter les tensions ethniques.

Régions d'Éthiopie (Source: Wikivoyage)

La prise de contrôle de Mekelle par l'armée fait suite à l'offensive qui a commencé après l'expiration de l'ultimatum d'Abiy demandant aux dirigeants locaux dissidents de se rendre, qui a expiré mercredi soir.

Abiy avait appelé la direction du Front populaire de libération du Tigré (TPLF), le parti au pouvoir local, à se rendre pour empêcher l'assaut de la ville. Il a menacé les 500.000 citoyens de Mekelle, en disant: «Nous appelons les habitants de Mekelle et de ses environs à désarmer, à rester chez eux et à se tenir à l'écart des cibles militaires [et] à faire leur part pour réduire les dommages potentiels en raison d'une poignée d'éléments criminels». Il leur a demandé de soutenir le gouvernement fédéral contre le TPLF «en traduisant en justice ce groupe traître».

Les responsables militaires avaient précédemment averti qu'il n'y aurait «aucune pitié» si les habitants de Mekelle ne prenaient pas leurs distances avec le TPLF et ne partaient pas tant qu'ils le pourraient encore. Une telle action visant des civils est une violation du droit international, ce qui a incité Laetitia Bader de Human Rights Watch à avertir que «Traiter toute une ville comme une cible militaire serait non seulement illégal, mais pourrait également être considéré comme une forme de punition collective».

Le chef du TPLF Debretsion Gebremichael a défié l'ultimatum d'Abiy, déclarant que son peuple était «prêt à mourir» pour défendre sa patrie et son droit à l'autodétermination et que «leur brutalité ne peut que renforcer notre détermination à combattre ces envahisseurs jusqu'au bout».

Abiy a lancé l'offensive militaire dans le Tigré, où vivent environ six millions de personnes, le 4 novembre, affirmant que le TPLF l'avait provoquée en envahissant des bases de l'armée et en massacrant des officiers non tigréens et que son but était de rétablir «l'ordre constitutionnel et l'État de droit».

Le Parlement a déclaré le gouvernement régional du Tigré illégal et a voté sa dissolution. La direction du Tigré a été accusée d'avoir «violé la constitution et mis en danger le système constitutionnel» en organisant des élections régionales en septembre après qu'Abiy ait reporté les élections promises cette année, apparemment en raison de la pandémie, alors que les protestations antigouvernementales et l'opposition se multipliaient. Les élections au Tigré ont eu lieu à la suite d'âpres disputes entre le gouvernement fédéral et le TPLF qui dit avoir été marginalisé depuis qu'Abiy est devenu premier ministre en février 2018.

Le Parlement a déclaré qu'une nouvelle administration intérimaire organiserait des élections et «mettrait en œuvre les décisions prises par le gouvernement fédéral». Il a déclaré que le TPLF devait être qualifié de groupe terroriste après l'avoir accusé d'avoir massacré l'ethnie Amhara à Oromia le 2 novembre.

Abiy est déterminé à obtenir le retrait de la direction du TPLF et à établir une nouvelle direction soumise au gouvernement fédéral dans le cadre de son plan plus large de centralisation de son autorité aux dépens des régions décentralisées, dans un contexte de tensions ethniques croissantes qui menacent de déchirer l'Éthiopie.

Des combats entre les forces tigréennes et fédérales ont été signalés dans plusieurs villes de la province. Bien que l'on pense qu'il y a eu de lourdes pertes des deux côtés, il y a peu d'informations fiables sur ce qui se passe, car le gouvernement fédéral d'Addis-Abeba a coupé les lignes téléphoniques et Internet au Tigré, arrêté des journalistes, expulsé William Davison, analyste principal du Crisis Group pour l'Éthiopie, le 21 novembre, et empêché les gens d'atteindre la province.

En plus des affrontements militaires, les hostilités se sont étendues aux civils, avec des violences ethniques entre les Tigréens et les Amhara, le plus grand groupe ethnique d'Éthiopie. Selon une enquête de la Commission éthiopienne des droits de l'homme, un groupe de jeunes Tigréens, avec la complicité des forces de sécurité locales, avait tué au moins 600 civils des groupes ethniques Amhara et Wolkait à Mai Kadra il y a deux semaines. Les dirigeants des Tigres ont nié ce fait. Les réfugiés tigréens ont fait état d'atrocités commises par la milice Amhara qui combat aux côtés des forces fédérales.

Des centaines, voire des milliers, de personnes sont mortes dans le conflit jusqu'à présent, et jusqu'à un million de personnes ont été déplacées parce que des civils ont fui les combats. Environ 43.000 personnes du Tigré occidental, autour des villes de Humera et Kansha, ont fui vers le Soudan voisin. La région de Kassala est l'une des régions les plus pauvres du Soudan, qui lutte pour faire face à l'afflux de réfugiés et qui a un besoin urgent d'aide. Les troupes éthiopiennes et les paramilitaires empêcheraient désormais les Tigréens d'atteindre ou de traverser la frontière.

Selon les Nations unies, la pénurie est devenue «très critique» dans la région du Tigré, les liquidités et le carburant nécessaires au fonctionnement des générateurs diesel étant épuisés. Un rapport publié la semaine dernière a indiqué que la nourriture pour près de 100.000 réfugiés érythréens vivant dans le Tigré voisin serait épuisée en une semaine et que plus de 600.000 personnes qui dépendent des rations alimentaires mensuelles n'en ont pas reçu ce mois-ci. L'Éthiopie compte quelque 1,7 million de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur du pays qui vivent dans des camps.

Le pire essaim de criquets pèlerins qui ait frappé l'Éthiopie depuis 25 ans aggrave la crise. L'année dernière, les criquets ont détruit 350.000 tonnes de céréales et 1,2 million d'hectares de pâturages, ce qui a obligé un million de personnes à travers le pays à recevoir une aide alimentaire d'urgence. Les dégâts de cette année devraient être plus importants, compte tenu des fortes pluies récentes.

Selon un document interne des Nations unies (ONU) vu par Reuters, le conflit au Tigré a mis un terme aux efforts de lutte contre les essaims de criquets pèlerins alors que les Tigréens étaient mobilisés pour la guerre. Selon un récent rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), environ 600.000 Tigréens dépendent de l'aide alimentaire, tandis qu'un autre million de personnes reçoivent d'autres formes d'aide, toutes perturbées aujourd'hui par la fermeture des banques et le blocage des routes.

Abiy a refusé tous les appels de l'ONU, de l'Union européenne, de l'Union africaine et des agences internationales à négocier avec le TPLF, prétendant que l'opération militaire était une «opération de maintien de l'ordre» visant à écarter les chefs rebelles «traîtres» et à rétablir l'autorité centrale conformément au système constitutionnel dévolu à l'Éthiopie. Il a insisté: «Un élément fondamental de l'ordre juridique international est le principe de non-intervention dans les affaires intérieures des États souverains... Nous demandons respectueusement à la communauté internationale de s'abstenir de tout acte d'ingérence indésirable et illégal».

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui assure la présidence de l'Union africaine, a dépêché trois envoyés de haut niveau pour l'Éthiopie, mais le gouvernement fédéral d'Addis-Abeba a refusé de les autoriser à rencontrer les dirigeants du TPLF.

Les efforts des Nations unies pour organiser une médiation semblent avoir été contrecarrés par Washington, qui considère depuis longtemps l'Éthiopie comme un allié clé et un mandataire dans la Corne de l'Afrique.

La situation désespérée à laquelle l'Éthiopie est confrontée est liée à l'escalade de la crise du capitalisme mondial et à la grande rivalité des puissances qui en résulte et qui a conduit, au cours des dernières décennies, à la fragmentation et à la désintégration d'une région qui comprend l'Éthiopie, le Soudan, le Sud-Soudan, la Somalie et Djibouti. La Corne est une arène de grande puissance intense et de rivalité régionale pour le contrôle des réserves de pétrole et des ressources minérales des pays voisins, et la voie maritime par l'étroit détroit de Bab al-Mandeb par lequel passe une grande partie du pétrole européen – les États-Unis et l'Europe étant engagés dans une lutte féroce avec la Chine.

L'administration Trump a joué un rôle clé dans l'arrivée au pouvoir d'Abiy en 2018, dans le cadre de ses efforts pour desserrer la dépendance du pays à l'égard des investissements chinois, initiés sous le gouvernement dominé par le TPLF, ouvrir l'économie d'État aux sociétés et aux banques mondiales et contrer la propagation de l'influence de la Chine sur le continent.

Tibor Nagy, le secrétaire d'État adjoint américain aux affaires africaines, a exprimé son soutien à Abiy en déclarant: «Ce ne sont pas deux États souverains qui se battent. C'est une faction du gouvernement qui dirige une région qui a décidé d'entreprendre des hostilités contre le gouvernement central».

(Article paru en anglais le 29 novembre 2020)

Émeutes en Éthiopie suite à l'assassinat du chanteur et activiste oromo Hachalu Hundessa