Le gouvernement Macron rejette les appels à ne pas rouvrir les écoles alors que la pandémie se répand

Par Will Morrow
4 janvier 2021

Les écoles rouvrent aujourd'hui en France, après les vacances, alors que la pandémie continue de s'étendre de manière incontrôlée. Le gouvernement Macron rejette les appels des médecins spécialistes, des groupes de parents d'élèves pour l'annulation ou le report des cours en présentiel.

Le virus se propage extrêmement rapidement dans tout le pays. Le décompte officiel de plus de 3 400 cas au cours des dernières 24 heures est une vaste sous-estimation - le 31 décembre, plus de 19 000 cas ont été signalés. Le gouvernement Macron a lui-même admis qu'il y a probablement déjà 15.000 nouveaux cas par jour. La moyenne mobile de sept jours pour les décès reste juste en dessous de 300, mais 969 décès ont été signalés en un seul jour le 28 décembre.

La situation est rendue encore plus dangereuse par l'émergence d'une nouvelle souche encore plus contagieuse au Royaume-Uni. Le nombre de nouveaux cas signalés quotidiennement au Royaume-Uni est plusieurs fois supérieur à celui de la France et de l'Allemagne, et dépasse les 50 000 chaque jour depuis le 29 décembre. La nouvelle variante a déjà été détectée dans plus d'une douzaine de pays, notamment en France, en Espagne, en Italie et en Allemagne.

Les principaux médecins spécialistes français et européens ont publiquement demandé que les écoles ne soient pas rouvertes. Sur Twitter, le professeur Antoine Flafault, directeur de l'Institut de santé mondiale à Genève, a tweeté samedi que « Avec l’aggravation de la situation aux UK et IRL, ne commettons pas la même erreur que lors de l’arrivée de la 1ère vague en Italie, pas de procrastination en Europe: ne rouvrons pas les écoles début janv., mais vaccinons, vaccinons, vaccinons d’abord. Accélérons la vaccination. » Mahmoud Zureik, médecin enseignant en épidémiologie à Paris, a tweeté un appel à la fermeture des écoles pendant au moins une semaine pour permettre l'étude de la propagation du virus.

Dans une lettre ouverte publiée mercredi, l'organisation "Ecole et familles oubliées" a adressé une lettre ouverte au gouvernement Macron, demandant que « Compte tenu de la reprise épidémique, des dernières découvertes scientifiques, ainsi que de l’incertitude énorme concernant la variante VUI-202012/01 du SRAS-CoV-2, nous demandons que les écoles ne rouvrent pas le 4.01.2021. »

Les syndicats nationaux d'enseignants ont appelé à une journée de grève dans le système éducatif le 26 janvier. Il s'agit d'un effort d'arrière-garde des syndicats, qui ont travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement Macron pour imposer le maintien des classes en personne et supprimer l'opposition des enseignants. Une grève dans le secteur de l'énergie interviendra deux jours plus tard, le 28 janvier.

Lors de la réouverture des classes début novembre, les enseignants ont organisé des assemblées impromptues à l'extérieur des bâtiments de dizaines d'écoles avant l'école et ont voté pour ne pas entrer dans les salles de classe. Ils ont exigé l'application de conditions de sécurité dans les salles de classe, et ont affiché sur les médias sociaux des déclarations dénonçant les conditions dangereuses dans leurs classes.

Depuis lors, aucune de ces conditions n'a été résolue. Les écoles continuent à être remplies de 35 élèves à la fois, des centaines d'entre eux mangent ensemble dans les cafétérias et les enfants s'entassent dans les transports publics. Les syndicats se sont efforcés de réprimer la grève, se sont opposés aux demandes de fermeture des écoles et ont plutôt appelé à une "grève d'avertissement" démoralisante d'une journée visant à maintenir les enseignants et les élèves dans les salles de classe. Le gouvernement Macron a déployé la police anti-émeute pour utiliser des gaz lacrymogènes contre les étudiants en grève dans plus d'une douzaine d'écoles qui réclamaient leur fermeture.

Les syndicats sont particulièrement préoccupés par la perspective d'une action collective des enseignants en Grande-Bretagne contre la réouverture des écoles demain. Les syndicats de l'éducation en Grande-Bretagne ont été contraints de conseiller aux enseignants de ne pas aller à l'école aujourd'hui.

Le gouvernement Macron procède ainsi en sachant parfaitement que la réouverture des écoles accélérera la propagation du virus. Le directeur de la Santé publique France, Jérôme Salomon, a concédé dans une interview au Journal du Dimanche que le brassage des élèves après les vacances "peut redistribuer les cartes de la situation épidémiologique".

Faisant référence aux nouvelles variantes du virus détectées pour la première fois en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, M. Salomon a souligné les informations selon lesquelles la nouvelle souche toucherait particulièrement les jeunes en âge scolaire. Les souches "affectent particulièrement les jeunes, pour lesquels la possibilité de propagation du virus peut être plus élevée que dans la population générale". Nous devons être très attentifs dans le milieu scolaire et universitaire", a-t-il déclaré.

Le professeur Mark Walport, membre du groupe consultatif scientifique pour les urgences en Grande-Bretagne, a déclaré à l'émission Andrew Marr de la BBC qu'"une personne [âgée] entre 12 et 16 ans a sept fois plus de chances que les autres membres d'un ménage d'introduire l'infection dans un ménage. Et nous savons qu'il y a eu une petite baisse du taux de transmission chez les écoliers après la moitié du trimestre, qui a augmenté à nouveau après leur retour". Un nouveau rapport publié par l'Imperial College de Londres sur la "Transmission de la lignée Sars-Cov-2 B.1.1.7 en Angleterre" note que "les données [génétiques] disponibles indiquent un changement dans la composition par âge des cas déclarés, avec une plus grande proportion de jeunes de moins de 20 ans parmi les cas déclarés [variantes] que parmi les cas [non-variants]".

Les déclarations du médecin spécialiste contredisent directement la justification mensongère de l'administration Macron pour sa politique. S'exprimant sur Europe1 le 20 décembre, le ministre de l'éducation Blanquer a déclaré que le report de l'ouverture des écoles "n'est pas l'option privilégiée". Il a fait référence à des études anonymes "qui ont montré qu'en milieu scolaire, nous avons réussi à contaminer moins qu'en dehors du milieu scolaire".

La politique du gouvernement n'a rien à voir avec la science de la lutte contre le virus, et encore moins avec son souci avoué du bien-être psychologique des élèves. Son souci est de faire en sorte que les élèves soient poussés dans les salles de classe, que les parents puissent être poussés à travailler et que les profits des entreprises ne soient pas affectés par la pandémie. Sa politique meurtrière de profits avant la vie est déjà responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes en France et conduit à une nouvelle recrudescence du virus qui pourrait être encore plus meurtrière que l'année précédente.

Dans des conditions de mort massive, l'élite française s'est fabuleusement bien comportée tout au long de l'année 2020. Les 40 milliardaires français les plus riches valent aujourd'hui 500 milliards de dollars, soit une augmentation de plus de 95 milliards de dollars par rapport à l'année précédente. L'écrasante majorité de ce gain provient de la hausse du cours des actions de l'industrie de la mode et du design de luxe, qui a propulsé la richesse de Bernard Arnault (actionnaire de LVMH) et de Françoise Bettencourt Meyers (L'Oréal). L'indice boursier français a presque entièrement récupéré toutes ses pertes initiales depuis le début de la pandémie, grâce aux centaines de milliards de dollars injectés par les gouvernements français et européens pour le sauvetage des entreprises.

En opposition à la politique de mort de l'élite au pouvoir, les enseignants et les élèves français devraient former dans chaque école leurs propres comités indépendants, indépendants des syndicats d'enseignants. Des actions de grève doivent être mobilisées pour la fermeture de l'enseignement en présentiel et du travail non essentiel, et la mise à disposition de vastes ressources au système éducatif pour financer l'enseignement à distance jusqu'à ce qu'un vaccin ait été distribué dans toute la population.