La vaccination contre la COVID-19 aux États-Unis: une immense débâcle

Par Benjamin Mateus
7 janvier 2021

Début octobre, Alex Azar, secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, a déclaré que 100 millions de doses du vaccin contre la COVID-19 seraient produites d'ici la fin de l'année. En raison de problèmes de chaîne d'approvisionnement, cette estimation a été rapidement réduite à 40 millions de doses un mois plus tard.

Il y a exactement quatre semaines, Margaret Keenan du Royaume-Uni, une grand-mère de 91 ans, a été la première personne à recevoir le vaccin à ARNm Pfizer le 8 décembre 2020. Les États-Unis ont officiellement entamé leur campagne de vaccination le 14 décembre après que l'autorisation d'utilisation d'urgence a été accordée pour le vaccin de Pfizer. Le vaccin de Moderna a été inauguré le 20 décembre.

Nombre de doses du vaccin administrées par 100 personnes, par pays

Avant les vacances de Noël, le groupe de travail sur le coronavirus de la Maison-Blanche avait assuré au public qu'il était en bonne voie de vacciner 20 millions de personnes d'ici le 31 décembre. Mais à la fin de l'année, à peine trois millions avaient reçu le vaccin.

Selon un reportage détaillé de Bloomberg, les États-Unis ont administré 4,66 millions de doses, soit 1,55 million de doses par semaine. Cela signifie que seulement 1,4% de la population a été vaccinée et que 30% seulement des vaccins distribués ont été administrés. Le Royaume-Uni avait administré un peu plus de 947.000 doses, soit 1,42 pour cent de sa population. À ces rythmes, à peine un tiers des Britanniques et des Américains auront été vaccinés au début de 2022.

À l'échelle internationale, après beaucoup de battage médiatique, les semaines qui ont suivi ont enregistré une administration anémique désastreuse d'un peu plus de 13 millions de doses de ces vaccins vitaux dans 33 pays. Le monde est organisé en un système d'État-nation étroitement liés financièrement. Pourtant, quand il s'agit d'une vaste initiative de santé publique, l'incompétence totale de ces machines d'État dépasse l’entendement. Il faudra une décennie pour administrer des milliards de doses à la population mondiale au rythme actuel.

Actuellement, la plupart des vaccins ont été administrés aux agents de santé et aux résidents des établissements de soins de longue durée. Les défis importants à venir seront la vaccination de la population en général. Avec des approvisionnements limités et des sites de vaccination encore non désignés, pointer du doigt et accuser sont rapidement devenus courants. Le gouvernement fédéral a laissé aux États le soin de décider de la manière dont le déploiement aurait lieu avec peu de fonds pour les aider dans cette tâche herculéenne.

Clair Hannan, directrice générale de l'Association of Immunization Managers, a déclaré au Wall Street Journal: « L'Opération Warp Speed ou d'autres s'attendaient peut-être à ce que nous donnions à tout le monde le vaccin du jour au lendemain. C'était une équation logistique pour eux. Si vous êtes dans les vaccins depuis longtemps, vous savez que c'est la partie la plus facile. Faire les injections concrètes est la partie la plus difficile. »

Le sous-financement massif de ces initiatives s’ajoute aux budgets inadéquats de la plupart des services de santé étatiques épuisés chargés de gérer et de superviser le déploiement. Dans un communiqué de presse de septembre, le Center for Disease Control and Prevention a annoncé une somme dérisoire de 200 millions de dollars aux juridictions pour la préparation à l’arrivée du vaccin contre la COVID-19. Au minimum, il a été estimé que 6 à 8 milliards de dollars seraient nécessaires pour financer ces programmes.

Au milieu de la flambée continue des cas dans tout le pays, les systèmes de santé disposent d'un nombre limité de personnes disponibles pour aider à administrer ces vaccins. Tenter d'administrer ces traitements dans une approche de distanciation sociale, puis de surveiller les receveurs du vaccin pendant 15 à 30 minutes pour détecter les effets indésirables, demande beaucoup de ressources. Surmené et malmené, le personnel disponible limité est affecté en priorité aux soins des patients hospitalisés.

Sans surprise, un pourcentage élevé de professionnels de la santé et de fournisseurs de soins de première ligne, qui sont une priorité pour la vaccination, hésitent ou refusent de se faire vacciner. Après des mois de mauvaise gestion par les systèmes de santé et les autorités à tous les niveaux de gouvernement, beaucoup ont du mal à accepter les résultats de ces analyses préliminaires et préfèrent attendre que les études proprement dites soient terminées.

Le gouverneur Michael DeWine de l'Ohio a noté qu'il était troublé par le fait qu'un nombre relativement élevé de membres du personnel des maisons de soins infirmiers, 60 pour cent pour être exact, ait choisi de ne pas prendre le vaccin. Il les a menacés que s'ils n'acceptaient pas le vaccin maintenant, ils devraient l'attendre à l'avenir.

Fioles congelées du vaccin contre la COVID-19 (AP Photo / Francisco Seco)

Le Dr Nikhila Juvvadi, directeur clinique de l'hôpital Loretto de Chicago, qui a administré les premières doses du vaccin Pfizer aux agents de santé de première ligne, a déclaré à NPR que de nombreux membres du personnel hospitalier appartenant à des groupes minoritaires se méfiaient du vaccin. Dans une enquête menée par l'hôpital, 40% ne se feraient pas vacciner.

Dans un article récent du Los Angeles Times, moins de la moitié du personnel de l'hôpital communautaire St-Elizabeth du comté de Tehama était disposé à se faire vacciner. Vingt pour cent des prestataires de soins de santé de première ligne du Providence Holy Cross Medical Center à Mission Hills ont refusé de se faire vacciner. Près de la moitié des travailleurs de la santé du comté de Riverside ont refusé le vaccin.

Sur une base anonyme, une infirmière de Riverside parlant au World Socialist Web Site a exprimé sa méfiance envers les organismes gouvernementaux, du ministère de la Santé publique de Californie et le gouverneur Newsom, qui ont abandonné les ratios patients-infirmières, à la CDC qui a déclaré à plusieurs reprises qu'il était sûr d'ouvrir les écoles.

«Pendant très longtemps, le CDC a répété que le virus se propageait par des gouttelettes. Les agents de santé ne recevaient des masques que si leur patient était sous traitement respiratoire. La CDC s'accrochait au fait qu'il était à base de gouttelettes. Ils l'ont fait parce qu’ils savaient qu’ils n’avaient pas de masque respiratoire, une décision a été prise: sacrifions l’agent de santé et tenons-nous au mensonge. Mais quant aux infirmières, nous savions depuis le début qu’il était aéroporté. Nous avons des études en infirmerie, et nous savions qu'on nous mentait et exigions des EPI. Si mon esprit simple peut comprendre et voir ce dont nous avons besoin, pourquoi est-ce qu'ils ne le peuvent pas, et ils ont tous les plus grands esprits à leur disposition? À mon hôpital et EVS, des travailleurs de laboratoire sont morts et ils n'ont pas reçu de protection adéquate. [La résolution du Congrès du SEP 2020] a résonné très fort avec moi. La bonne chose serait de cesser de s'inquiéter du profit, d'arrêter de profiter de la guerre pour les gens qui meurent.»

Il y a du mérite à ces préoccupations soulevées par les travailleurs de la santé de la base. Les solutions provisoires proposées pour faire face aux problèmes d'approvisionnement impliquent de distribuer les vaccins d'une manière qui n’a pas été validée par les essais menés à ce jour.

Le médecin en chef du Royaume-Uni a défendu la décision de retarder la deuxième dose du vaccin AstraZeneca à trois mois, invoquant des pénuries de vaccins COVID-19 qui poseront des problèmes importants pendant plusieurs mois à venir. Dans un article d'opinion récent dans le Washington Post, Robert M. Wachter et Ashish K. Jha tentent de plaider en faveur de l'offre d'une dose unique d'un vaccin COVID-19 et de retarder la deuxième face aux centaines de milliers d'infections quotidiennes. Ils affirment que les essais vaccinaux ont indiqué qu'une dose unique après dix jours offrait une efficacité de 80 à 90%. Le conseiller en chef de l'opération Warp Speed Moncef Slaoui a suggéré que les adultes entre 18 et 55 ans ne reçoivent que deux demi-doses du vaccin Moderna pour augmenter le nombre disponible.

BioNTech a averti le Financial Times qu'il n'y avait «aucune donnée» pour soutenir de telles recommandations, dont le but est d'atteindre le plus grand nombre de personnes possible malgré les limites d'approvisionnement. Pourtant, d'autres pays européens comme l'Allemagne prévoient de suivre l'exemple du Royaume-Uni. Comme ces schémas ont reçu une autorisation d'utilisation d'urgence, une modification du protocole nécessiterait une approbation distincte, mais sur la base de quelles données?

Une étude du New England Journal of Medicine publiée le 31 décembre a révélé que douze jours après la première dose du vaccin Pfizer, l'efficacité n'était que de 52% avec un intervalle de confiance de 29,5 à 68,4%. Les limites acceptables établies par l'Organisation mondiale de la santé exigent à la fois un seuil de 50 pour cent et une limite inférieure de plus de 30 pour cent, ce qui classerait le traitement à peine acceptable.

Une solution que toutes ces personnalités nationales et scientifiques de premier plan omettent de mentionner est un programme visant à «fermer tous les lieux de travail non essentiels, à fermer les écoles et à fournir d'urgence le soutien financier nécessaire pour soutenir la population jusqu'à ce que la crise soit surmontée», comme indiqué dans la récente déclaration du Nouvel An publiée hier sur le WSWS.

Cela donnerait le temps de contenir le virus et une marge de manœuvre aux systèmes de santé et permettrait de lancer une initiative de vaccination de masse pendant que les ressources seraient consacrées à la production de vaccins. Ce n'est pas la science, mais sa mauvaise application, qui a créé le désastre actuel.

(Article paru en anglais le 5 janvier 2021)