5000 décès et 400.000 infections à la COVID-19 au Royaume-Uni au cours de la première semaine de 2021

Par Robert Stevens
12 janvier 2021

Au cours des sept premiers jours de cette année, 4952 personnes sont mortes en Grande-Bretagne à cause de la COVID-19 et 400.639 ont été nouvellement infectées.

Au plus fort de la pandémie, en avril, plus de 1000 décès étaient rapportés régulièrement dans les bilans quotidiens. Ce sombre jalon a été franchi une nouvelle fois mercredi, avec 1041 morts. C'était la dixième fois au cours de la pandémie que plus de 1000 personnes mouraient en un seul jour.

Le même jour, le Royaume-Uni est entré en quarantaine après l'adoption de nouvelles restrictions nationales par les députés.

Sir Simon Stevens, directeur général du National Health Service England, s'exprimant lors du point de presse de Downing Street le 7 janvier 2020 (Photo d'Andrew Parsons / n° 10 Downing Street-FlickR)

Jeudi, 1162 décès et 52.618 nouveaux cas ont été enregistrés. En Angleterre, 661 décès dus au coronavirus ont été enregistrés dans les hôpitaux. C'est la deuxième fois que le nombre total de décès quotidiens dépasse 600 pendant cette vague de la pandémie, les 674 décès ayant été enregistrés mercredi.

Le nombre total de décès en Grande-Bretagne, tel que mesuré par le gouvernement, s'élève à 78.508. Les scientifiques qui conseillent le gouvernement ont averti cette semaine que le total atteindra 100.000 avant la fin du mois. Le professeur John Edmunds, épidémiologiste à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, a déclaré au Financial Times qu'il était «acquis» que la Grande-Bretagne connaîtrait un bilan de plus de 100.000 morts avec la COVID-19.

Cependant, il est probable que ce chiffre sera atteint encore plus tôt. Les données publiées par les agences statistiques britanniques le 28 décembre ont révélé que rien qu'en Angleterre et au Pays de Galles, il y avait eu 87.000 décès pour lesquels la COVID-19 était mentionnée sur le certificat de décès.

L'Office for National Statistics estime que la propagation de cette nouvelle mutation plus infectieuse est responsable d'environ 60 % des nouveaux cas. La valeur R (Reproduction) est estimée entre 1,1 et 1,3 au niveau national. À Londres, elle est nettement plus élevée, entre 1,2 et 1,5.

Les chiffres publiés jeudi par le ministère de la Santé et des Affaires sociales sur le dépistage et la recherche ont révélé que 311.372 personnes ont été déclarées positives au moins une fois dans la semaine du 30 décembre. Ceci malgré une baisse significative du nombre de personnes testées pendant les vacances de Noël, puisque 29 % de tests en moins ont été effectués par rapport à la semaine précédant la veille de Noël.

Au cours des dix derniers jours, plus de 50.000 personnes ont été déclarées positives chaque jour. Mardi, le nombre de nouveaux cas quotidiens confirmés a dépassé les 60.000 pour la toute première fois, et le même jalon a été franchi mercredi.

Le même jour, l'Independent a rapporté que «le Royaume-Uni compte plus de nouveaux cas de Covid-19 par habitant que tout autre grand pays du monde, selon les dernières données». Le nombre d'infections au Royaume-Uni s'élève à 800 personnes sur un million, «soit près de quatre fois le taux par habitant de l'Italie, de l'Espagne et de la France, et plus de dix fois pire que les nouvelles infections signalées lors de la première vague en avril dernier». Elle a ajouté: «Seuls les États-Unis ont un taux d'infection par habitant presque équivalent à celui du Royaume-Uni parmi tous les pays qui ont connu plus d'un million de cas».

«Le Royaume-Uni compte maintenant un total de plus de 2,7 millions de cas confirmés de coronavirus, ce qui en fait le pays le plus touché en Europe en termes de nombre de cas cumulés».

Le nombre total de cas avait atteint 2.889.419 jeudi après-midi.

Lors de la première vague de la pandémie, le nombre de décès dus à la COVID-19 dans les maisons de soins britanniques a atteint près de 20.000, la politique meurtrière d'«immunité collective» du gouvernement conservateur ayant créé ces véritables massacres. En octobre, Amnesty International a publié un rapport condamnant les actions du gouvernement et dénonçant les mensonges des conservateurs selon lesquels ils auraient mis un «anneau d'acier» autour des maisons de soins pour les protéger.

Alors que seulement 1,5 million de personnes ont reçu leur première dose de vaccin en Grande-Bretagne (environ une personne sur 50) et que nombre des personnes les plus vulnérables attendent toujours d'être inoculées, une terrible perte de vie dans une maison de soins du sud-est de l'Angleterre révèle l'immense danger auquel sont confrontés des centaines de milliers de personnes âgées vulnérables et le personnel.

Le Guardian a rapporté jeudi que «13 des 27 résidents de la maison de soins Edendale Lodge à Crowhurst étaient morts d'une maladie de type Covid, confirmée ou suspectée, depuis le 13 décembre», selon le directeur de la maison. «Plus d'un tiers du personnel a également été déclaré positif lors de l'épidémie dans laquelle des résidents sont morts la veille de Noël et le lendemain de Noël. Le dernier décès est survenu lundi de cette semaine».

Le Guardian a rapporté que «dans toute l'Angleterre, les foyers de COVID dans les maisons de soins augmentent à nouveau, après des mois de taux d'infection bien plus faibles qu'au printemps, grâce aux mesures de contrôle». Au cours de la dernière semaine de septembre, 42 personnes sont mortes de COVID-19 dans des maisons de soins, note l'article. Mais depuis le début du mois de décembre, «les maisons de soins en Angleterre ont enregistré 440 personnes décédées de la COVID en une semaine, et ce chiffre est passé à 588 la semaine précédant Noël, selon l'Office des statistiques nationales». Cela signifie que le nombre de décès dans les maisons de soins a été multiplié par 14 en trois mois.

Avec la nouvelle souche du virus si contagieuse, il ne fait aucun doute que beaucoup plus de décès se produiront dans les maisons de soins. La mutation a été détectée pour la première fois dans le Kent, dans le sud-est de l'Angleterre, en septembre, et elle est surtout répandue dans la région du grand sud-est, qui comprend Londres, le sud-est et l'est. La maison de soins Edendale Lodge se trouve dans cette région.

La différence entre le virus original et la nouvelle mutation a été décrite la semaine dernière par le professeur Axel Gandy de l'Imperial College de Londres comme «assez extrême». Il a déclaré à BBC News: «Il y a une énorme différence dans la facilité avec laquelle le virus variant se propage. C'est la plus grave mutation du virus depuis le début de l'épidémie».

Les hôpitaux de tout le Royaume-Uni sont débordés. La BBC a rapporté qu'il y a «26.500 patients atteints de la Covid dans les hôpitaux, ce qui signifie que près d'un tiers de toutes les personnes hospitalisées ont le virus».

Lundi, les admissions de Covid ont atteint un record pour le troisième jour consécutif en Angleterre, avec 3587 admissions. Ce chiffre n'inclut pas les hospitalisations au Pays de Galles, en Écosse et en Irlande du Nord.

Le professeur James Naismith de l'université d'Oxford a déclaré au journal Metro lundi: «Sur la base des tendances actuelles, il est très possible que les admissions à l'hôpital au Royaume-Uni atteignent ou même dépassent 5000 par jour. Je ne pense pas que cela soit tenable sur une longue période. L'inquiétude est que si nous ne faisons pas baisser rapidement le nombre de cas, alors 5000 hospitalisations par jour ne seront pas le maximum».

À Londres, la moitié des patients traités à l'hôpital sont atteints de COVID-19.

Cette semaine, le directeur médical du NHS England, Vin Diwakar, a averti que les hôpitaux de la capitale sont à moins de deux semaines d'être submergés par le virus, même dans le «meilleur» des cas. Dans le «pire» des cas, rapporté par le Health Service Journal, Diwakar a déclaré que les hôpitaux de Londres devraient avoir un déficit de 4400 lits d'ici le 19 janvier.

S'exprimant lors de la conférence de presse de Downing Street aux côtés du premier ministre Boris Johnson, le directeur général du National Health Service England, sir Simon Stevens, a déclaré: «Nous voyons plus de 800 patients par jour admis dans les hôpitaux de Londres avec un coronavirus. C'est l'équivalent d'un nouvel hôpital St-Thomas plein de patients atteints de Covid, doté d'un personnel complet, ou d'un nouvel hôpital University College plein de patients atteints de coronavirus chaque jour».

Alors que cette catastrophe de santé publique se déroule, l'objectif du gouvernement est de mettre fin au plus vite au confinement limité de sept semaines qu'il a été contraint d'imposer et de rouvrir complètement l'économie. Selon le Spectator conservateur, d’après un entretien avec le ministre de la Santé Matt Hancock, «les restrictions sur la Covid-19 seront levées une fois que les personnes vulnérables auront été vaccinées. Le gouvernement n'a pas l'intention d'attendre que tout le monde ait reçu le vaccin pour commencer à ouvrir».

(Article paru en anglais le 7 janvier 2021)

Troisième confinement national pour le Royaume-Uni tandis que le coronavirus échappe à tout contrôle

7 janvier 2021

Les gouvernements retardent l’administration de la deuxième dose de vaccin

8 janvier 2021