Une diffamation à motivation politique: Le Globe and Mail canadien affirme que le Projet 1619 racialiste et discrédité est l’oeuvre de «marxistes»

Par Roger Jordan et Keith Jones
22 janvier 2021

Le mois dernier, le Globe and Mail, le «journal de référence» du Canada, a publié une calomnie à motivation politique contre le marxisme. Rédigé par Konrad Yakabuski, l'un de ses principaux chroniqueurs, et intitulé «Les nouveaux marxistes réécrivent l'histoire des États-Unis», l'éditorial du Globe affirme que le Projet 1619 du New York Times – une réinterprétation racialiste de droite de l'histoire américaine – a été inspiré et rédigé par des marxistes.

Ceci est manifestement absurde. Le New York Times est le quotidien le plus identifié au Parti démocrate, l'un des deux partis de Wall Street et de l'impérialisme américain, et en tant que tel un adversaire irréconciliable du marxisme et du socialisme.

De plus, quiconque connaît un peu la grande controverse intellectuelle et historiographique qui a entouré le Projet 1619 du Times sait très bien que l'opposition à ce projet a été menée par les marxistes du World Socialist Web Site.

Mais Yakabuski, un admirateur de Thatcher dont le frère est ministre du gouvernement conservateur de l'Ontario, ne laissera pas les faits se mettre en travers de sa calomnie maccartiste. Il attribue le Projet 1619 du Times à des «arbitres de l'histoire autoproclamés» qui avancent une «interprétation marxiste de l'histoire des États-Unis». Soulignant ses motivations politiques, il conclut sa tirade par une dénonciation de la révolution imprégnée de nationalisme canadien.

David North, le président du comité de rédaction international du WSWS et l'auteur de nombreux articles du WSWS qui ont révélé les omissions, les distorsions et les falsifications flagrantes de la réécriture de l'histoire américaine par le Projet 1619, a envoyé une lettre au Globe pour protester contre la chronique de Yakabuski le 21 décembre. Elle disait:

Re: Les nouveaux marxistes réécrivent l'histoire des États-Unis (19 décembre):

Contrairement à ce que dit M. Yakabuski, la falsification de l'histoire américaine par le New York Times n'a rien à voir avec le socialisme. Le Projet 1619 promeut une variante raciale de la politique identitaire. Il est ancré dans la théorie critique de la race, qui rejette explicitement la lutte des classes que les marxistes considèrent comme la force motrice de l'histoire.

M. Yakabuski omet de mentionner le fait – reconnu par des publications de l'establishment comme l'American Historical Review et le Wall Street Journal – que le site web trotskyste du World Socialist Web Site (wsws.org) a joué le rôle principal dans l'opposition au Projet 1619. Les plus grands historiens des États-Unis, dont Gordon Wood et James McPherson, ont critiqué le Projet 1619 dans des interviews menées par le WSWS.

Les socialistes défendent l'héritage des révolutions démocratiques des États-Unis. C'est pourquoi le WSWS s'oppose à la version racialisée de l'histoire offerte par le New York Times.

David North

Detroit

Président du WSWS

Le Globe a refusé de publier la lettre de North, bien qu'il se soit scrupuleusement conformé aux directives de sa section Lettres à la rédaction, notamment en limitant le nombre de mots à 150.

Cet acte de censure politique apporte une preuve supplémentaire, s'il en était besoin, que l’article de Yakabuski n'était pas le fruit de la simple ignorance ou de l'incompétence journalistique. Il s'agissait plutôt d'une tentative à motivation politique de discréditer le marxisme et le mouvement socialiste, en l'identifiant à la politique racialiste.

Les lecteurs de la chronique de Yakabuski n'apprennent rien du débat sur le Projet 1619: un débat, il faut le souligner, qui non seulement est largement documenté, mais qui est sans doute le plus important politiquement et le plus largement commenté sur la controverse de l'histoire et de l'historiographie américaines depuis des années.

La mise à nu et la réfutation du récit racialiste du Projet 1619 ont été initiées par le World Socialsit Web Site, en commençant par un essai publié le 6 septembre 2019, moins de trois semaines après la publication du Projet par le New York Times. Cette critique a été développée dans d'autres essais et conférences du WSWS au cours des quatre mois suivants, et par la publication sur le WSWS en novembre-décembre 2019 d'entretiens avec des historiens de premier plan de la Révolution américaine et de la Guerre de Sécession, dont Gordon Wood, James McPherson, James Oakes et Victoria Bynum. Ces historiens, ainsi que leur collègue Sean Wilentz, ont ensuite adressé une lettre au Times pour protester contre un certain nombre d'erreurs gratuites dans le Projet 1619.

Yakabuski voudrait faire croire à ses lecteurs que les falsifications et distorsions historiques du Projet 1619 ont été «presque unanimement combattues» par des «historiens professionnels», mais c'est tout le contraire.

La majorité des historiens sont restés silencieux ou se sont ralliés au Projet 1619. Un éditorial paru dans le numéro de février 2020 de l'American Historical Review (AHR), la principale revue universitaire d'histoire du pays, a défendu le Projet 1619. Il affirmait que le récit racial parrainé par le New York Times représentait une contribution positive à l'historiographie américaine et présentait ses révisions et falsifications historiques les plus grossières comme des différences d'interprétation légitimes. Dans leur réponse, David North et l'historien Tom Mackaman ont noté que la défense du Projet 1619 par l'AHR «révèle la mesure dans laquelle la mythologie racialiste, qui a fourni le fondement “théorique” de la politique identitaire de la classe moyenne, a été acceptée, et même adoptée, par une partie importante de la communauté universitaire comme base légitime pour l'enseignement de l'histoire américaine».

Tout en déplorant que «d'innombrables Américains» aient «adhéré à cette interprétation marxiste de l'histoire», Yakabuski passe commodément en revue le Projet 1619 en deux brefs paragraphes.

Au lieu de cela, il met au centre de son affirmation que les marxistes «réécrivent l'histoire américaine» la décision du conseil scolaire du district de San Francisco de rebaptiser les lycées du nom de Lincoln, Washington, Jefferson et d'autres dirigeants de la Révolution américaine et de la guerre de Sécession. Ce mouvement réactionnaire, comme l'a expliqué le WSWS ailleurs, est motivé par la même politique racialiste de droite qui a guidé la rédaction du Projet 1619.

Tout comme lorsqu'il diffame les marxistes comme étant responsables du Projet 1619, Yakabuski ne parvient pas à identifier un seul marxiste associé à la tentative du conseil scolaire de San Francisco de purger ses écoles des noms des dirigeants des deux révolutions démocratiques américaines. La seule personne qu'il mentionne est Jeremiah Jeffries, un nationaliste noir membre du comité de renommage de la commission scolaire, qui a soutenu la candidature de London Breed au poste de maire de San Francisco pour sa réélection. Breed est un démocrate de droite qui a soutenu la campagne présidentielle éphémère de l'investisseur et homme d'affaires milliardaire Michael Bloomberg.

La dénonciation par le Globe du Projet 1619 comme étant l'œuvre de «marxistes» et de «socialistes» est en fait partagée par nul autre que Donald Trump. Le président américain milliardaire et aspirant dictateur a cherché à rallier le soutien de la classe dirigeante à ses conspirations antidémocratiques par des avertissements répétés selon lesquels les «marxistes» et les «socialistes» constituent une menace existentielle pour le capitalisme américain. Pour illustrer cette menace, Trump a cité de manière fallacieuse le Projet «marxiste» 1619.

Yakabuski conclut sa diatribe par une attaque sournoise contre la révolution et la lutte pour l'égalité qui s'appuie sur les principaux clichés du nationalisme canadien, principale arme idéologique de la bourgeoisie canadienne. Il compare les auteurs du Projet 1619 et les membres du comité de renommage des écoles de San Francisco à «ceux qui ont formé le Comité de la sécurité publique qui a envoyé à la guillotine toute personne soupçonnée de déloyauté pendant la Révolution française». «Dans leur zèle pour purger les infidèles,» poursuit-il, «les révolutionnaires finissent toujours par manger les leurs. Leurs prétentions à lutter pour l'égalité sont vite mises à nu comme une soif de vengeance».

Ceci n'est pas le moment d'examiner le rôle que les deux révolutions démocratiques bourgeoises américaines ont joué dans l'émergence ultime, sous l'égide de l'Empire britannique, d'un État capitaliste rival dans la partie nord de l'Amérique du Nord, le Canada. Mais il faut noter que les origines de la bourgeoisie canadienne se trouvent dans les Loyalistes de l'Empire-Uni, les opposants probritanniques à la Révolution américaine, et les restes de l'élite dirigeante de l’ancien régime en Nouvelle-France.

La Confédération, l'unification des colonies de l'Amérique du Nord britannique en 1867, n'était pas un mouvement populaire animé par des principes démocratiques, mais un accord commercial conclu par des politiciens coloniaux, des promoteurs de chemins de fer, des banquiers et le gouvernement britannique. L'un des principaux objectifs était l'annexion de ce qui est aujourd'hui le Canada occidental, la dépossession des peuples autochtones et la destruction de leurs relations de propriété collective. Comme les dirigeants de l'Empire britannique à Londres qui complotaient pour accorder la reconnaissance diplomatique aux États insurrectionnels confédérés d'Amérique, les Pères de la Confédération du Canada avaient espéré que l'esclavagisme l'emporterait dans la guerre civile américaine.

La Confédération était fondée sur une répudiation explicite des principes démocratiques révolutionnaires qui avaient animé la Révolution américaine, et qui constituaient le fondement idéologico-politique de ce que Lincoln décrivait comme «une nouvelle naissance pour la liberté»: l'abolition de l'esclavage et l'octroi des pleins droits de citoyenneté à la population afro-américaine. Alors que la Déclaration d'indépendance de l'Amérique, inspirée par l'assaut idéologique des Lumières contre la monarchie absolue, l'obscurantisme religieux et l'inégalité, proclamait que «la vie, la liberté et la poursuite du bonheur» étaient des «droits inaliénables» et affirmait le «droit du peuple de modifier ou d'abolir» un gouvernement qui violait ces droits, les Pères de la Confédération célébraient «la paix, l'ordre et le bon gouvernement» et proclamaient leur loyauté envers la Couronne et l'Empire britanniques.

Jusqu'aux années 1960, le courant dominant du nationalisme anglophone et franco-canadien/québécois a ridiculisé les États-Unis en les qualifiant de «trop démocratiques, et trop égalitaires». Par la suite, et dans le cadre de leurs efforts pour maitriser une classe ouvrière de plus en plus rebelle, les idéologues de la classe dirigeante ont donné au nationalisme canadien et québécois un lustre libéral de «gauche». Le Canada était désormais présenté comme une société plus chaleureuse et plus douce que l’avide république du dollar du sud.

Mais, quels que soient les changements apportés au récit nationaliste canadien, l'animosité envers la révolution demeure. Elle est un aspect inaliénable de la classe dirigeante canadienne.

L'attaque de Yakabuski sur la révolution fait écho à un éditorial du Globe de 2018, «Pourquoi 1867 était mieux que 1776», publié à l'occasion de la fête du Canada. Il loue les origines supposées du Canada dans «le changement et l'amélioration progressifs» apportés par «la négociation et le compromis» au cours des révolutions américaine et française, «les rejets abrupts, radicaux et sanglants, très sanglants, du passé». En précisant que le «journal de référence» du Canada abjure la violence révolutionnaire, mais pas la répression étatique de l'opposition venant d'en bas ou l'agression dans la poursuite des intérêts prédateurs de la bourgeoisie canadienne sur la scène mondiale, l'éditorial du Globe a ensuite célébré la participation du Canada aux deux guerres mondiales impérialistes du siècle dernier.

La véritable préoccupation de Yakabuski, des rédacteurs du Globe et de leurs employeurs, la plus riche famille de milliardaires du Canada, les Thomson, n'est pas l'histoire. Ce qui motive leurs vives dénonciations de la révolution, leurs attaques aigries contre la lutte pour l'égalité et leurs tentatives de salir le marxisme et de l'identifier à la politique raciale de droite, c'est la crainte d'une opposition grandissante de la classe ouvrière au Canada, comme dans le monde entier, et d’un soutien croissant au socialisme.

(Article paru en anglais le 21 janvier 2021)